Ils attaquent la tente de l’une des entités qui exige le respect de la peine de 25% des espagnols

Après qu’un premier institut ait refusé de se conformer à la décision de justice sur « l’indication » du gouvernement

Les formulaires scolaires de tout le monde jetés à terre.
Les formulaires scolaires de tout le monde jetés à terre.MME
  • éducation Un institut à Manresa, le premier à refuser de se conformer à la peine 25% de castillan par « indication » du gouvernement
  • éducation La Generalitat protège le directeur de l’institut qui refuse d’appliquer la peine de 25% d’espagnol

La pression nationaliste s’intensifie contre les entités qui exigent le respect de la décision qui exige que 25% des cours soient dispensés en espagnol dans toutes les écoles de Catalogne. Une tente de l’Escuela de Todos, l’une des organisations qui promeut l’exécution de la décision de justice mettant fin à l’immersion linguistique, a été attaquée ce samedi.

Vers dix heures du matin un individu s’est approché du stand que l’Escuela de Todos avait installé dans la ville barcelonaise de Sant Adri del Bess, a proféré des insultes contre les volontaires qui collaborent avec l’entité au cri des scélérats et a jeté à terre les formulaires qu’ils offrent aux citoyens pour faire rapport sur le Suprême Décision du tribunal et les inviter à réclamer le respect de la Generalitat. C’est ainsi qu’Arturo Fernndez, membre de la société civile catalane qui collabore à l’initiative, raconte ce journal.

Cet épisode nie le boycott institutionnel qu’Escuela de Todos a également subi dans la localité de Vic, dans lequel sa mairie a refusé à l’entité l’installation d’une tente conformément à l’ordonnance municipale qui réglemente la coexistence, les bonnes coutumes et la civilité

Tous ces épisodes se déroulent à quelques semaines du délai de deux mois accordé par la Cour suprême pour exécuter la sentence qui renverse l’immersion qui s’accomplira en février et alors qu’EL MUNDO a déjà révélé le premier cas documenté d’un institut qui a rejeté en rédiger la demande d’une famille afin que 25% des cours soient dispensés en espagnol dans le centre pour se conformer à la décision de justice.

Plus précisément, c’est l’institut Lacetnia, dans la ville barcelonaise de Manresa, dont le directeur, Francesc Delis, a rejeté la demande du père d’un de ses étudiants de se conformer à la décision de la Haute Cour, alléguant : L’institut suit les indications que le Département de l’Education marque à ce sujet. C’est pourquoi je décide de continuer avec les critères linguistiques appliqués jusqu’à présent au centre. L’entité Hablamos Espaol se prépare déjà à faire appel de cette décision devant la Cour supérieure de justice de Catalogne.

Décision que le chef de Ciudadanos en Catalogne, Carlos Carrizosa, a lié aujourd’hui avec l’accord approuvé par le gouvernement pour protéger les administrateurs qui ne se conforment pas à la peine. La formation constitutionnaliste exige que la Generalitat rende publiques les instructions envoyées aux centres pour savoir s’ils constituent un crime et avertit que les directeurs de l’institut sont tenus de se conformer aux lois en tant qu’agents publics. Il n’y aura pas assez de listes de partis séparatistes pour accueillir tous ceux qui perdent leur emploi pour ne pas avoir purgé leur peine, a estimé Carrizosa.

Vous pourriez également aimer...