Ils demandent 30 ans de prison pour un couple marié pour avoir forcé un vieil homme à mendier qui a perdu une jambe après avoir passé tant d’heures dans la rue

La victime avait jusqu’à 18 ans d’affilée dans le centre de Barcelone dans la même position, ce qui a eu un impact sur sa santé

Image du v
Image de la victime
  • Tribunaux Arrêté pour avoir exploité un vieil homme comme un mendiant qui a perdu une jambe en raison d’une position forcée

L’Audiencia de Barcelone vit un jugement pionnier. Un couple d’origine roumaine et un de leurs compatriotes siègeront sur le banc accusé d’un crime de traite des êtres humains commis contre une personne particulièrement vulnérable ainsi qu’un autre de blessures pour lesquelles le procureur demande 30 ans de prison pour chacun des trois prévenus. . Hace unos meses los Mossos d’Esquadra y la Guardia Urbana de Barcelona detuvo a los tres acusados, que son de la misma familia, por explotar a un anciano, tambin de nacionalidad rumana, al que obligaban a ejercer la mendicidad hasta 18 horas seguidas en le centre de la ville. En raison du long temps passé dans des positions forcées, la victime a dû être amputée de la jambe, en plus d’autres blessures.

Le document fiscal indique que le vieil homme était veuf et vivait à Bucarest sans revenu ni famille, souffrait de limitations dans ses déplacements et cela l’obligeait à utiliser une béquille pour se déplacer. En septembre 2016, le mariage mis en examen voyait en cet homme « une opportunité d’obtenir un revenu quotidien au prix d’une exploitation en mendicité » de la victime, puisqu’il avait 71 ans, sans ressources et vulnérable. C’est pourquoi ils lui ont offert « la possibilité de venir avec eux à Barcelone, lui disant mensongèrement qu’il aurait un avenir meilleur ici et qu’il pourrait gagner beaucoup d’argent » et il a accepté de sortir « de la misère dans laquelle il vivait. »

Un mois plus tard, le couple et le vieil homme ont voyagé en bus de la ville roumaine de Ploiesti à Barcelone. le contrôler. Dès le lendemain de son arrivée, le vieil homme a commencé sa routine de travail du lundi au vendredi dans le centre de Barcelone, à proximité de zones touristiques telles que Gran de Gracia, et là « ils le faisaient asseoir par terre avec un panneau en carton où il a exprimé qu’il mendiait l’aumône, ils lui ont mis un gobelet en plastique pour récupérer l’argent et ils ont mis un fauteuil roulant à côté de lui sur lequel, faute de force suffisante, il ne pouvait pas grimper sans aide. »

Situation « déplorable »

« Sans papiers, sans eau ni nourriture en quantité suffisante, sans repos et malade, M. P était de 06h00/07h00 du matin jusqu’à 22h00 le soir en train de mendier, jusqu’à la fin de la donne les prévenus viennent le chercher », indique le Procureur et ajoute que les prévenus le contrôlaient pour l’empêcher de demander de l’aide ou de partir. De temps en temps, le prévenu recueille tout l’argent que gagnait la victime qui mange ce que les piétons lui ont donné et fait son nécessaire dans un jerrycan ou une bouteille, puisqu’ils ne l’ont pas laissé se reposer. La nuit, ils l’ont emmené dans une pièce avec d’autres personnes et là, il a dormi sur une couverture ou des draps en carton.

La victime était ainsi restée six mois, jusqu’au printemps 2017, « dans des circonstances déplorables, avec une mauvaise alimentation, un repos insuffisant, un manque d’hygiène, des vêtements incorrects et sans soins de santé appropriés ». Pour cette raison, les maladies du vieillard, notamment vasculaires, s’aggravaient et son pied gauche se gangrenait. Les prévenus « pour cacher son action et ne pas alerter les autorités ici, ont décidé de ne pas l’emmener aux services de santé de Barcelone et ont accepté de l’envoyer à Rumana » et là, ils ont amputé la moitié de ce membre. Pendant un mois, le couple accusé s’est occupé de la victime et lorsqu’il allait mieux, ils l’ont ramené à Barcelone en juin 2017 pour le soumettre à nouveau à la mendicité.

La victime, qui devait se déplacer en fauteuil roulant, « n’a reçu aucun de l’argent obtenu en mendiant, les prévenus le gardant dans son intégralité. Lorsqu’il a suggéré aux prévenus l’idée de recevoir une partie de leur argent, ils ont déclaré à lui, l’argent ? », et ils ne lui ont donné aucune somme », pointe le procureur qui ajoute que quelques semaines plus tard le couple accusé « a vendu l’exploitation » du vieil homme pour 400 euros à son compatriote qui être testé. Plus précisément, il est accusé d’avoir emmené la victime pendant un mois près du Passeig de Gràcia toute la journée et de contrôler là qu’il mendiait puis de garder la collection. « Au même titre que les deux autres prévenus et avec la même intention d’exploitation » ce prévenu a enfreint au vieil homme « un traitement identique d’outrage et lui a fait subir l’exploitation décrite malgré sa mauvaise santé.

La victime a continué à dormir dans la même pièce, sur du carton et dans des conditions désastreuses. Le prévenu l’a soumis aux mêmes conditions que les autres prévenus avaient fait précédemment : Contrôle, appropriation intégrale des bénéfices obtenus avec la mendicité, repos insuffisant et insuffisant, heures pénibles en plein air, déficit alimentaire et sans soutien social ou sanitaire ».

Jeux d’argent

La santé de la victime s’est détériorée au cours des mois suivants et c’est pourquoi il a demandé de l’aide aux passants et aux habitants du lieu où il mendiait, près de la rue Gran de Gracia, qui ont alerté les services sociaux et la police, qui l’ont sauvé « de l’exploitation situation subie ». En septembre 2018, il a été admis à l’hôpital de Sant Pau et ils ont dû amputer le reste de sa jambe gauche en raison de la nécrose et de l’infection dont il souffrait. Les rapports médicaux ont indiqué que le vieil homme a subi cette blessure à cause de longues heures passées dans la rue sans bouger et d’une mauvaise alimentation.

Outre la peine de prison, le procureur demande aux prévenus d’indemniser la victime à hauteur de plus de 225 000 euros pour les préjudices subis. Après avoir sauvé le vieil homme de la rue, les agents ont entamé une enquête qui s’est terminée des mois plus tard avec l’arrestation de l’accusé qui l’exploitait à l’époque et avec le mariage à Rumana. Selon l’opération policière, certains prévenus ont dépensé la collecte du mendiant pour des jeux de hasard typiques de son pays mais qui se pratiquent à Barcelone. Le tribunal de Barcelone jugera cette affaire dans les semaines à venir.

Vous pourriez également aimer...