Ils demandent que l’ancien ministre Gonzlez Laya se déclare mis en examen pour l’entrée en Espagne du leader du Front Polisario

L’ancien chef du ministère des Affaires étrangères, Camilo Villarino, et le deuxième chef d’état-major de l’Air conviennent dans leur déclaration devant le juge qu’ils obéissaient à un ordre supérieur

Camilo Villarino, à l'arrivée aux courts de Saragosse.
Camilo Villarino, à l’arrivée aux courts de Saragosse.EFE
  • Justice La police dit au juge que Brahim Ghali a quitté l’Espagne sans papiers
  • Politique La défense accuse les Affaires étrangères que le chef du Polisario, Brahim Ghali, a atterri à Saragosse sans passer le contrôle des passeports

Ancien chef de cabinet des Affaires étrangères Camilo Villarino et le deuxième chef d’état-major de la Force aérienne, Francisco Javier Fernndez Snchez, ont convenu ce lundi dans leur déclaration devant le Tribunal d’instruction numéro 7 de Saragosse, le premier en tant qu’enquête et le second en tant que témoin, qui a obéi à un ordre supérieur de laisser le chef de la Front Polisario, Brahim Ghali, à la base aérienne de Saragosse et sans son passeport.

Cette déclaration a motivé les avocats de l’accusation populaire à avoir annoncé qu’ils allaient demander la déclaration sous enquête de l’ancien ministre des Affaires étrangères Arancha Gonzlez Laya devant le juge qui s’occupe de l’affaire, Rafael Lasala. Comme indiqué par l’avocat Antonio Urdiales, à la sortie des deux déclarations ce lundi en salle 10 du Cité de la justice de Saragosse.

Ghali est arrivé le 18 avril dans un avion algérien à la base aérienne de Saragosse, sans passer les contrôles aux frontières ni les papiers. De là, il est parti en ambulance pour Hôpital San Pedro de Logroo et a été admis au centre de santé sous le nom de Mohamed Benbatouche. Le 2 juin, il quitte l’Espagne de Pampelune.

Selon le juge d’instruction, le lieutenant-général Fernndez Sanchez n’a pas été appelé à témoigner comme faisant l’objet d’une enquête car « il n’y a aucune preuve qu’il savait que la personne arrivant en Espagne avait ou n’avait pas un passeport diplomatique ou était exemptée pour quelque raison que ce soit de passeport. contrôle. et douanes ».

Le chef de cabinet du président de La Rioja, Eliséo Sastre, comparaîtra également comme témoin, à une date encore à déterminer. Le parquet a également demandé au secrétaire général technique du ministère des Affaires étrangères, Jos Mara Muriel Palomino.

Dans le cadre de l’enquête, le Bureau d’information générale La police nationale a remis un rapport au tribunal dans lequel elle conclut que le chef du Front Polisario a obtenu « légalement » son « statut d’étranger résident et de ressortissant espagnol », « sans montrer de signes de fraude ou de tromperie ».

Dans une lettre officielle datée du 30 juillet, à laquelle Europa Press a eu accès, les agents assurent avoir « identifié de nombreux documents, tant espagnols qu’étrangers », liés à Brahim Ghali et avoir fait « toutes les vérifications relatives ». Concrètement, il indique un DNI sahraoui, un passeport algérien, un DNI espagnol et un NIE.

Malgré le fait que la police nationale ait identifié quatre documents d’identité liés à Ghali, le Préfecture de Police Supérieure de Navarre Il a informé le juge que le leader du Polisario avait quitté l’aéroport de Pampelune-Noain pour l’Algérie sans passeport ni document prouvant son identité.

Réglementation étrangère

Dans un procès-verbal du 30 août, la Police a expliqué au magistrat que Ghali « a été autorisé à quitter le territoire national car il s’agissait d’un départ volontaire », en vertu de la Réglementation étrangère qui établit que vous pouvez quitter le pays « avec des papiers défectueux ou même sans papiers » s’il n’y a pas d’interdiction ou d’empêchement de l’avis des services de police de contrôle.

Le leader du Front Polisario a quitté l’Espagne au petit matin du 2 juin pour l’Algérie, après avoir comparu devant le juge Santiago Pédraz pour diverses plaintes déposées contre lui pour violations présumées des droits humains dans les camps de réfugiés sahraouis de Tindouf. L’instructeur de la Cour nationale n’a pris aucune mesure de précaution car il n’a vu aucune preuve d’un crime qui indiquait Ghali.

Les accusations contre le président de la République arabe sahraouie démocratique ont pris de l’ampleur lorsqu’on a appris qu’il se trouvait en Espagne, plus précisément à l’hôpital San Milln-San Pedro (Logroo), où il a été admis le 18 avril avec un état grave en raison de complications. dérivé du coronavirus.

Urdiales a indiqué qu’il espère que les raisons et les causes de l’entrée en Espagne de Brahim Ghali via l’aéroport de Saragosse seront clarifiées.

L’avocat considère que Brahim Ghali est responsable de la mort de 280 Espagnols. Il veut que Villarino explique comment il est entré en Espagne, car « si nous obtenons l’explication, nous serons tous heureux et sinon, nous demanderons l’ouverture d’un procès ».

Echange de messages par WhatsApp

Les messages échangés par WhatsApp entre le chef de cabinet de l’ancien ministre des Affaires étrangères, Camilo Villarino, et le lieutenant-général Francisco Fernndez, deuxième chef d’état-major de l’Air, montrent que le débarquement du chef du Front Polisario, Brahim Ghali, en Espagne Il a été effectuée sans aucun type de contrôle douanier et que, de toute façon, « quiconque doit le savoir le sait déjà ».

Avec ces derniers mots, exprimés par Villarino dans le guêpes, aux mains du juge d’instruction de Saragosse sur le voyage de Ghali, communique au commandement militaire que tout ce qui concerne l’identification du leader du Polisario « n’est pas un problème et ne relève pas de la responsabilité de l’armée de l’air ».

Ces communications débutent vers 12h40 le dimanche 18 avril de cette année, à travers un premier message dans lequel le chef d’état-major informe le deuxième chef d’état-major de la Force aérienne que son « contact algérien » communiquera prochainement les données du vol à destination de Espagne, information documentaire qui est finalement envoyée quatre heures plus tard.

Villarino signale lui-même l’arrivée d’une ambulance à la base pour récupérer le voyageur, atteint du Covid « à un degré avancé », et prévient le lieutenant général que « sauf modifications » seuls le patient et l’enfant qui l’accompagne doivent débarquer. »

« Le patient voyage, selon mes informations, avec un passeport diplomatique algérien, et son fils a une sorte de titre de séjour en Espagne », souligne Villarino.

Il ajoute que « en tout cas ce dernier n’est pas un problème et n’est pas de la responsabilité de l’armée de l’air. Celui qui doit le savoir le sait déjà ».

En réponse, le général de corps d’armée Fernndez demande l’indicatif d’appel de l’avion afin d’éviter des « problèmes » d’autorisation par le contrôle aérien civil et ajoute, en relation avec les documents des voyageurs, que « nous ne nous intéressons qu’à la partie aéronautique ».

Par ailleurs, à la question des militaires, qui renseignent sur chacune des démarches effectuées jusqu’à la sortie de l’ambulance en direction de l’hôpital de Logroo et le décollage de l’avion, « voulez-vous la douane et/ou l’immigration traitement à faire », le directeur de cabinet de Laya répond par un « non » concis.

Quatre jours plus tard, une fois l’information publiée selon laquelle le chef du Front Polisario était entré dans un hôpital de La Rioja dans un état grave, Villarino a envoyé au commandement militaire un lien vers l’actualité et lui a dit que « dans les Affaires étrangères, nous ne mentionnerons pas la Défense . »

Vous pourriez également aimer...