Ils dénoncent devant la Commission européenne la « fuite » des juges et procureurs de Catalogne en raison du harcèlement indépendantiste

La Societat Civil Catalana et Llibertats exigent une justice « libre, indépendante et avec toutes les garanties »

Juges en Catalogne
Juges en CatalogneD.UMBERT
  • tribunaux La Catalogne perd 64 juges en un an et le TSJC demande un complément de salaire pour éviter qu’ils ne partent
  • tribunaux Fuite des magistrats en Catalogne : le TSJC demande « une incitation économique » pour les empêcher de partir

« De nombreux juges, magistrats et opérateurs judiciaires demandent un changement de destination et il n’y a personne qui veut venir en Catalogne. » Ainsi, le président de la personne morale Llibertats, Eloy Moreno, a défini l’une des conséquences du processus d’indépendance comme la « fuite » des professionnels de la justice vers d’autres destinations lors de l’ouverture des concours de transfert. Moreno est l’éditeur du rapport sur « la désertification de l’usine judiciaire en Catalogne et sa relation avec le harcèlement subi par les juges et les procureurs en raison du processus d’indépendance » que la société civile catalane a remis au commissaire à la justice de l’Union européenne Didier Reynders pour l’intégrer dans la préparation du troisième rapport sur l’État de droit dans l’UE, actuellement en cours de préparation par cet organe

Le président de la Société civile catalane, Fernando Snchez Costa, a souligné que son organisation veut « expliquer la réalité de la Catalogne au monde entier et contrecarrer la propagande indépendantiste » et a ajouté qu' »à Bruxelles, toutes les alarmes se déclenchent lorsqu’ils apprennent que la politique nationaliste les dirigeants ont des années à discréditer l’État de droit avec leur discours et lorsqu’ils sont conscients du harcèlement que certains juges et procureurs ont subi en Catalogne ».

Pour cette raison, il a déclaré qu’au sein de la communauté « l’un des piliers de l’Union a été à plusieurs reprises remis en cause, à savoir le respect de l’État de droit » par les gouvernements autonomes eux-mêmes. Pour sa part, le président de Llibertats a déploré « l’atmosphère de pression et de coercition que les juges, les procureurs et les opérateurs judiciaires ont connue pendant des années » qui ne s’est pas seulement limitée aux tribunaux, dans lesquels des militants indépendantistes ont jeté des ordures, de la peinture ou des excréments, mais aussi aux domiciles privés des juges ou sur les lieux de travail de leurs proches, comme dans le cas du magistrat Pablo Llarena qui a reçu des graffitis à son domicile alors qu’il enquêtait sur la cause de la sédition sur 1-O contre des dirigeants indépendantistes.

Ainsi, il a souligné «l’obsession nationaliste d’avoir son propre pouvoir judiciaire en dehors du système espagnol». Le rapport met en garde contre les conséquences de ce « climat de coercition » sur « la qualité du système judiciaire en Catalogne et la défense des droits et libertés de ses citoyens et détaille la « fuite » du personnel judiciaire ces dernières années, comme certains l’ont Les entités de juges et de procureurs, Societat Civil et Llibertats exigent du gouvernement et des organes européens que la justice « libre, indépendante et avec toutes les garanties » puisse être exercée en Catalogne et pour cette raison, ils soutiennent la revendication du CGPJ et de la Cour supérieure de justice de Catalogne Catalunya afin que les juges et les procureurs de la communauté bénéficient d’un complément de salaire.

Vous pourriez également aimer...