Ils enquêtent sur le maire de Mstoles pour détournement de fonds et prévarication

Le conseiller socialiste doit déclarer comme instruit le 18 novembre dans cette affaire initiée à la suite d’une plainte déposée par Mme Madrid-Ganar Mstoles

Noelia posse
Photographie d’archive de la maire de Mstoles, Noelia Posse.JAVIER BARBANCHO

La Cour d’instruction numéro 1 de Métoles a convoqué le maire de Mstoles à témoigner comme enquêté, Noelia posse (PSOE), pour un crime présumé de détournement de fonds et tergiversation avoir prétendument annulé une dette de 2,45 millions d’euros envers la société ITV Mstoles SL

Selon la notification de la Cour, le conseiller socialiste doit déclarer comme enquêté le 18 novembre prochain dans cette affaire initiée à la suite d’une plainte déposée par Mme Madrid-Ganar Mstoles, qui a été admise pour traitement en avril dernier.

La plainte, à laquelle Efe a eu accès, a été déposée en février dernier par les deux conseillers de Mme Madrid, Susana garca et Gabriel Ortega, étant entendu que le Conseil municipal « a pardonné la perception des redevances » qui impliquent l’utilisation de terrains publics pour que ladite société puisse exercer son activité dans la commune.

Dans celui-ci, les conseillers de Mme Madrid Ils ont affirmé que la décision de ne pas recouvrer la dette répondait au « simple caprice de la société et du conseil d’administration du conseil municipal, ainsi que du trésorier » qui servait « l’intérêt des entreprises privées » et non celui de l’administration publique.

« Le besoin de l’Administration était le recouvrement de la dette contractée par la société et non l’annulation de plus de la moitié de la dette, le report sans garanties et intérêts de la dette non remise et la réduction du canon pour les vingt prochaines années « , ajoutent-ils dans leur écriture.

Par ailleurs, selon les conseillers de la formation, ladite décision, vraisemblablement illégale, a été prise « malgré l’existence de deux rapports défavorables du contrôleur et du secrétaire du conseil municipal », des postes qui ont été licenciés après coup, en mai dernier.

De Mme Madrid, ils rappellent également que cette mesure a déjà été présentée par le maire actuel dans un conseil d’administration locale au cours de la dernière législature, et qu’à cette occasion elle a été retirée en raison de l’objection des conseillers de Gagnez des mstoles, qui faisaient alors partie de l’administration municipale et du conseil d’établissement.

« C’est du jamais vu pour un gouvernement qui se dit progressif, vraisemblablement, une amnistie fiscale adaptée à une entreprise privée, et encore plus avec des rapports sur la table qui assurent qu’il s’agit d’une grave illégalité », a dénoncé le porte-parole de Mme Madrid Win. Métoles, Gabriel Ortega, après avoir déposé la plainte.

« Nous sommes sortis de la crise du coronavirus en sauvant des entreprises comme celle-ci, en sauvant des emplois, en diminuant les impôts des hôteliers, en aidant les commerçants et les citoyens et nous avons tout fait légalement, car sinon, nous ne l’aurions pas fait », a répondu l’adjoint au maire, David Muoz (PSOE).

Muoz a souligné que « le problème est que Mme Madrid-Ganar Mstoles vote contre toute décision soutenue par Podemos, qui est membre du gouvernement progressiste de Métoles; On ne sait pas où ils iront, ils finiront par voter avec le PP et l’extrême droite de Vox comme ils l’ont fait en d’autres occasions ».

« Nous ne perdons pas de temps dans une crise de colère de Mme Madrid-Ganar Mstoles, un parti dont les dirigeants rompent et votent avec le PP de Jos Luis Martnez-Almeida à Madrid, ils ont également rompu à Legans, laissant le gouvernement et aussi ici ils se posent d’une scission de Podemos », a ajouté le conseiller socialiste.

Vous pourriez également aimer...