Ils enquêtent sur les plaintes de crevaisons de femmes au Pays basque, en Catalogne, en Cantabrie et en Andalousie

Les jeunes femmes ont des vertiges et perdent connaissance après des attentats qui font déjà l’objet d’enquêtes par l’Ertzaintza, les Mossos et la police nationale

Plusieurs ertzainas le long d'une rue du Casco Viejo, l'un des quartiers les plus festifs
Plusieurs ertzainas le long d’une rue du Casco Viejo, l’un des quartiers festifs les plus fréquentés de Vitoria.Jon Rodríguez BilbaoEPE
  • événements Alerte maximale en Euskadi pour les crevaisons aux femmes lors de fêtes avec douze cas enquêtés par la police
  • Catalogne Les plaintes pour crevaisons dans les clubs de Catalogne s’élèvent à 17

L’Ertzaintza et les Mossos d’Esquadra enquêtent sur 30 agressions avec des aiguilles sur des femmes qui ont été retrouvées dans des lieux festifs et des boîtes de nuit au cours des deux dernières semaines. Des crevaisons probablement liées à des tentatives de soumission chimique qui ont déclenché une véritable psychose en France depuis le printemps dernier. A Baiona, commune basco-française située à 40 kilomètres au nord de la frontière avec l’Espagne, 113 crevaisons ont été détectées lors des festivités estivales qui se sont achevées hier.

Les piqûres aux femmes dans les bras et les jambes lors d’actes festifs nocturnes se sont multipliées depuis les dernières semaines en Euskadi et en Catalogne . L’Ertzaintza et la police régionale catalane confirment respectivement 12 et 18 enquêtes, sur la base des informations fournies par les victimes. Les témoignages recueillis jusqu’à présent dans les deux communautés autonomes répètent le même schéma : les jeunes qui ressentent une piqûre en dansant ou en partageant un espace avec d’autres jeunes et en peu de temps souffrent de vertiges et même perdent le contrôle. Des enquêtes en France ont lié ces agressions à des tentatives d’infractions sexuelles par soumission chimique des victimes. Les agresseurs présumés utiliseraient des substances telles que l’ecstasy liquide contre leurs victimes. Une hypothèse que, pour le moment, l’Ertzaintza ne confirme pas en Euskadi, où au cours du week-end dernier, une alerte sociale maximale a été activée face aux derniers cas lorsque les festivités patronales commencent dans les trois capitales basques et dans d’innombrables villes et les quartiers.

L’Ertzaintza n’a pas détecté de restes chimiques dans les 12 cas qu’elle analyse

L’Ertzaintza a confirmé hier qu’elle enquêtait sur 12 plaintes déposées par des jeunes ces derniers jours. Les dernières attaques ont eu lieu dans une boîte de nuit à Bilbao contre deux filles, deux autres femmes ont également subi des crevaisons lors de soirées de Azpeitia (Guipzcoa) et deux mineurs ont comparu devant l’Ertzaintza après avoir subi des crevaisons lors d’un concert à Zarautz. La dernière victime de ces crevaisons a été signalée en La victoireégalement alors qu’il se trouvait dans une boîte de nuit où trois autres crevaisons avaient déjà été détectées.

Des plaintes qui sont déposées alors que des agressions sexuelles sont également signalées dans les lieux festifs de villabona (Guipzcoa), où deux hommes ont été arrêtés.

En Catalogne, 12 des 18 crevaisons recensées l’ont été à Lloret

En Catalogne, il y a déjà 18 cas de soumission chimique présumée. Les Mossos d’Esquadra ont fait savoir samedi qu’ils enquêtaient sur une nouvelle plainte pour crevaison dans un lieu de loisirs à Gérone. Une jeune femme s’est présentée aux urgences Hôpital Docteur Josep Trueta vendredi soir après avoir remarqué l’attaque et la police régionale a recueilli une déposition de sa part dans le même centre de santé. La victime présumée n’avait pas subi d’agression sexuelle ni de vol.

Cette plainte s’ajoute aux 16 déposées par des jeunes femmes et un homme ces dernières semaines en Catalogne. Sur ces 17 cas, 12 ont été enregistrés dans la ville touristique de Lloret de Mar (Gérone) et cinq en Barcelone. La garde urbaine de Barcelone a participé ce week-end encore deux plaintes des femmes pour des crevaisons dans les boîtes de nuit de la ville, ce qui porte à 19 le nombre total de cas en Catalogne.

Justement, le Généralité a mis à jour ce week-end le document opérationnel qui vise à apporter une réponse « coordonnée, globale et efficace » à la situation générée suite à la détection de crevaisons dans les espaces de loisirs.

Les personnes qui soupçonnent avoir été victimes de cette pratique peuvent bénéficier d’une prophylaxie de l’exposition à VIH et des analyses toxicologiques urgentes seront réalisées, conformément au nouveau protocole commun des élus de Égalité et féminismes, Santé et À l’intérieur du gouvernement catalan.

Ertzaintza et Mossos d’Esquadra demandent aux femmes qui souffrent de crevaisons de rechercher une aide immédiate dans leur environnement, d’informer les services d’urgence et de se rendre rapidement dans les centres de santé. Les médecins spécialistes craignent que les produits chimiques prétendument utilisés ne se dissolvent rapidement dans le sang sans laisser de trace.

Ils enquêtent également sur les crevaisons en Andalousie et en Cantabrie

La Gendarmerie nationale maintient également une enquête ouverte pour clarifier la plainte d’une femme qui prétend avoir subi deux crevaisons au bras à Malaga le 8 juillet, et deux femmes qui affirment avoir été victimes d’une crevaison de soumission chimique dans une boîte de nuit à Malaga. Le port de Santa María (Cdiz) ce week-end.

Dans le cas de Malaga, comme le rapporte la jeune femme, âgée de 22 ans et de nationalité française, a quitté les lieux avec un jeune étranger qu’elle avait rencontré puis s’est rendue dans son appartement en compagnie du garçon. Le lendemain matin, elle se réveilla étourdie et remarqua dans l’un de ses bras deux points d’inoculation compatibles avec deux ponctions. Les résultats du laboratoire sont attendus pour confirmer si la jeune fille a été inoculée avec une substance chimique.

Dans le cas des incidents à El Puerto de Santamara, des sources de la police nationale ont expliqué à EFE qu’elles essayaient de clarifier les faits et ont avancé que dans l’analyse médicale effectuée sur les victimes, aucun reste de substances toxiques n’a été trouvé. .

L’affaire a éclaté après qu’une jeune femme, étudiante en pharmacie à Séville, a dénoncé sur ses réseaux sociaux avoir été témoin d’une agression à la seringue dans une boîte de nuit de la ville de Cadix.

Selon son récit, une amie a remarqué la crevaison lorsqu’elle est allée aux toilettes et c’est alors qu’elle a vu une personne avec une seringue s’éloigner de l’endroit, ce qui lui a rappelé des cas similaires qu’elle avait vus à la télévision.

La jeune femme assure qu’elle est revenue prévenir les personnes qui se trouvaient encore dans les lieux et là elle a découvert que une autre femme avait subi la piqûre, pendant que son amie était soignée dans une ambulance.

La police nationale maintient cette enquête ouverte à la suite de la plainte qu’elle a déposée, qui a été largement diffusée sur les réseaux sociaux, ainsi que d’autres signalées dans d’autres villes de la province, comme une précédente lors du festival Cabo de Plata à Barbate. .

En outre, plusieurs personnes ont reçu des soins de santé à l’hôpital Marqus de Valdecilla pour crevaisons au Reggaeton Beach Festival Santander (RBF Santander) qui s’est tenue dimanche, bien que tous les tests effectués jusqu’à présent aient été négatifs pour la drogue.

Cela a été rapporté à Europa Press par des sources de la police nationale, qui tout au long de la nuit de dimanche a reçu cinq appels de participants au RBF pour des crevaisons alléguées de soumission chimique.

Plusieurs personnes ont reçu des soins de santé à l’hôpital Valdecilla, qui les a testées pour la détection de toxines, bien que, jusqu’à présent, elles aient toutes été négatives. Cependant, la police nationale enquête sur les événements survenus ce dimanche au RBF Santander, qui ont réuni des milliers de jeunes à partir de 13 heures dimanche et jusque dans la nuit sur le site de Magdalena. Pendant le festival, dans certains réseaux sociaux, il a été averti que des piqûres de soumission chimique avaient lieu.

★★★★★