Ils mettent en garde contre une augmentation « exponentielle » des violences contre les policiers qui expulsent des « bouteilles »

Les syndicats des Mossos et de la Guardia Urbana demandent plus de personnel, de formation et de matériel pour les tâches d’ordre public

Expulsion à Gracia
Expulsion à GraciaLORENA SOPENA – EP

C’est « de loin l’été le plus compliqué de ces dernières années » en raison de « la perception de l’absence d’autorité par certains groupes de citoyens » qui a fait que les actions policières, principalement celles nocturnes pour évacuer les foules, sont plus compliquées par les violences subies. par des mandataires. C’est ainsi que l’envisage l’Union de la police autonome de Catalogne (USPAC), qui a demandé à la Direction générale de la police de la Generalitat une « réponse ferme et rapide » à l’augmentation des attaques contre les policiers lorsqu’ils agissent en « bouteilles ». ou d’autres interventions liées au couvre-feu lorsqu’il était en vigueur en Catalogne ou au respect des mesures de contrôle de la contagion par covid.

Plusieurs syndicats des Mossos d’Esquadra et de la Guardia Urbana ont dénoncé la croissance « exponentielle » envers les agents cet été lors des expulsions. Les épisodes de lancement de bouteilles et d’autres objets lorsque la police a agi dans ces concentrations, comme on l’a vu lors des festivités de Gracia et Sants les dernières nuits, se répètent dans d’autres municipalités catalanes à une plus petite échelle, selon le porte-parole du principal syndicat de Mossos SAP-Fepol, Toni Castejn, qui ajoute que les foules sont « incontrôlables » mais que dans certaines villes catalanes, les agents locaux sont reçus avec hostilité par des dizaines de personnes.

Pour l’USPAC il y a une « vague de violence et de manque de respect » envers les agents qui s’est aggravée cet été au cours de laquelle les boîtes de nuit sont fermées et les gens tendent vers la « bouteille ». Le mélange d’alcool, la concentration de nombreuses personnes dans des espaces spécifiques, comme les places ou la plage, et le devoir de la police de respecter les réglementations sanitaires, comme le couvre-feu lorsqu’il était en vigueur, devient un cocktail explosif qui se termine par des affrontements contre autorité, charges d’agent et carrières tumultueuses.

C’est pourquoi Castejn souligne qu’il s’agit « d’une action presque impossible » devant des milliers de personnes avec la force de police disponible. En ce sens, il rappelle que pour une intervention la semaine dernière à Sitges avec quelque 600 personnes concentrées dans une « bouteille », il y avait un seul fourgon Mossos des unités opérationnelles. « Se necesita un trabajo preventivo, como asumir las cargas. Es un descontrol », aade el portavoz de SAP-Fepol quien recuerda que el Departament de Interior abri una bolsa de horas para agentes durante el toque de queda, y as reforzar la seguridad por la nuit. Cependant, il a de nouveau exigé des améliorations en matière de matériel pour les agents et de formation puisque des agents de l’ordre public sont utilisés pour ces expulsions.

L’USPAC a également exigé que le ministère de l’Intérieur « défende sa police sans complexes surtout les pactes et les gangs politiques » pour lesquels ils ont exhorté à activer le « service de défense juridique, afin d’assurer sa présence dans tous les tribunaux de Catalogne. »365 jours par an en défense de toute agression subie par un agent Mossos ». Ils ont également demandé de renforcer les unités de week-end et pendant les journées « bouteille » spécifiques ainsi que des caméras et des casques pour une personne.

Fêtes de Sants
Fêtes de SantsLORENA SOPENA

Un problème social

Le porte-parole du syndicat majoritaire de la Garde urbaine SAPOL, Jordi Rodrguez Lima, a souligné que les opérations sont « dépassées » dans ces actions d’expulsion mais il répartit la faute. D’une part, elle reproche au gouvernement de ne pas approuver une réglementation claire en matière de vie nocturne qui soutient l’action de la police et celle des conseils municipaux d’appliquer des mesures garantissant la maîtrise des risques sanitaires dus à la pandémie. « Nous agissons dans la rue pour la sécurité de tous », a déclaré Rodrguez Lima, qui considère également que « la société a perdu le contrôle ».

« Maintenant, il n’y a plus de valeurs ni de respect pour la police, ni pour aucune autorité », explique le porte-parole de la SAPOL, qui rappelle qu' »aller à une fête ne doit pas conduire à une confrontation avec les agents ». De plus, il assure qu’il y a aussi le problème économique des gens qui sortent pour s’amuser et qui ne dépensent pas autant dans une ’bouteille’ que dans les lieux de divertissement. En ce sens, il rappelle qu’il n’y a pas que des jeunes mais aussi des gens de tous âges qui consomment dans la rue. Comme s’il ne suffisait pas d’agir devant de grands groupes, Rodrguez Lima souligne que la police est confrontée à un problème supplémentaire et c’est que toute intervention est enregistrée par de nombreux téléphones portables pour capturer toute « erreur de police ». « C’est une façon compliquée de travailler, car cela détermine toute performance de savoir qu’ils vous contrôlent comme ça », ajoute-t-il.

Le syndicat CSIF pointe également le travail important des agents de nuit et de l’unité anti-émeute Urbana Guard dans les soirées de Gracia et Sants, non seulement avec les représentations dans des « bouteilles » mais aussi dans les soirées illégales dans les appartements et locaux. Cependant, ils accusent la « mauvaise gestion qui est pratiquée par l’administration municipale » en raison du manque de matériel et de personnel et rappellent qu’ils sont jetés « des objets contondants » dans les expulsions « qui peuvent nous causer des blessures très graves ».

Le secrétaire à l’Organisation du CSIF, Eugenio Zambrano, a exhorté l’équipe du gouvernement de Barcelone à renforcer « la législation pour mieux protéger la police » puisqu’il considère que son manque de tendance à  » frivoler ou alimenter un sentiment anti-policier  » amène  » à débiter chacun qu’il fait le système de sécurité publique plus difficile et nous expose les policiers à un risque élevé d’être agressés ou harcelés. » Ainsi ils estiment que les ’bouteilles’ ne doivent pas être « socialement normalisées » comme le souligne le Consistoire car cela génère des problèmes de coexistence et de sécurité dans l’espace public et augmente les infections. Le syndicat est favorable à l’ouverture de lieux de vie nocturne dans la ville car « il est plus facile depuis la sphère de la police administrative de contrôler le fonctionnement et le respect des règles » dans ces établissements.

Charges à Sants

Les derniers épisodes de violence contre la police ont pu être observés hier matin lors des festivités de Sants lorsqu’un groupe de personnes a lancé des objets sur les agents de Mossos et Guardia Urbana qui tentaient de s’introduire par effraction dans le parc industriel d’Espanya. Des milliers de personnes s’y sont rassemblées pour boire sans distanciation sociale et beaucoup sans masque.

Des accusations ont été portées contre la police et plusieurs groupes ont pu être vus en train de s’enfuir lorsque la police est arrivée. Certains non-résidents ont déplacé des conteneurs à ordures pour les utiliser comme barricades pour lancer des objets et des actes de vandalisme ont été enregistrés, tels que des bris de verre dans des voitures et des magasins. Certains syndicats, comme le CSIF, ont condamné ces violences.

En revanche, le ministre de l’Intérieur de la Generalitat, Joan Ignasi Elena, a assuré que ce week-end 300 agents supplémentaires se sont joints pour aider des dispositifs conjoints avec la police locale pour contrôler la sécurité « après la fin du couvre-feu », sans compter les 113 subventions qui avait déjà été mis en œuvre. Elena a ajouté qu’ils ont apporté leur soutien aux conseils municipaux de diverses villes de Catalogne pour aider à maintenir l’ordre public et « faire respecter les réglementations qui existent en raison de la pandémie et qui ont été prises sur la base des heures supplémentaires » des agents .

« Il y a eu une augmentation des effectifs de 25% par rapport à 2019, la seule chose qu’on puisse faire c’est mettre plus de troupes, mais on ne peut pas contacter d’agents du jour au lendemain, avec les troupes que nous avons ce service doit être fait » , ai-je remarqué.

Vous pourriez également aimer...