Ils revendiquent plus de 40 ans de prison pour trois accusés d’avoir violé à tour de rôle une femme devant une boîte de nuit

L’un des accusés a pris des photos nues de la victime alors qu’elle était agressée sexuellement et les a partagées avec divers amis

Façade de la discothèque où se sont déroulés les événements en 2018
Façade de la discothèque où se sont déroulés les événements en 2018MONDE
  • Événements Libération provisoire des six détenus de Molins de Rei accusés d’agression sexuelle en groupe

Le tribunal de Barcelone jugera trois accusés des crimes d’agression sexuelle et de découverte et divulgation de secrets à partir de ce jeudi. Ils sont poursuivis pour avoir approché une femme sous l’emprise de l’alcool et de la drogue à la sortie d’une boîte de nuit à Molins de Rei le 19 mai 2018, l’amenant sur un terrain vague du quartier de Ciudad Cooperativa de Sant Boi. dans la voiture de l’un d’eux et là, à leur tour, ils l’ont violée. Le Procureur considère que chacun l’a agressée sexuellement tandis que les deux autres la tenaient fermement, malgré les cris et la résistance de la victime.

De plus, l’un des prévenus a pris des photographies de la victime alors qu’elle était violée, sur lesquelles elle apparaît nue et les a partagées avec ses amis, dont un autre prévenu. Pour cette raison, le Procureur demande 43 ans de prison pour deux des personnes poursuivies pour la violation et 46 pour un troisième, puisqu’il considère qu’en plus de la violation, il a commis un crime de révélation de secrets.

Le mémoire du procureur indique que les trois prévenus ont passé la nuit dans les locaux de Be-Disco et qu’à leur départ ils ont retrouvé la victime qui avait consommé de l’alcool et de la cocaïne, « présentant ainsi une grave altération de ses fonctions intellectuelles et physiques ». La femme est montée dans la voiture avec les prévenus et ils se sont rendus dans un champ de Sant Boi où « en connaissance de l’état » d’intoxication de la victime et profitant de cette circonstance, ils se trouvaient « dans un endroit reculé » à l’aube et qu’« ils étaient majoritaires », les prévenus l’ont déshabillée et l’ont agressée sexuellement à tour de rôle.

Le Procureur précise que les prévenus ont accepté que « chacun d’eux puisse le faire alors que les autres ne permettaient pas à la victime de l’empêcher » et de cette manière ils l’ont violée à plusieurs reprises. L’un des prévenus a pris des photos de la victime nue à l’intérieur du véhicule et les a transmises sur Whatshap à un autre prévenu et à ses amis. Quand ils ont fini, ils ont abandonné la victime près de la gare de Sant Boi, la poussant hors de la voiture. La femme s’est rendue dans un centre médical où il a été certifié qu’elle avait subi un viol et l’enquête des Mossos d’Esquadra a commencé à arrêter les suspects.

Dans un premier temps, ils ont arrêté six prévenus mais à l’issue de l’enquête judiciaire, le procureur accuse trois d’entre eux d’être ceux qui siègeront sur le banc. Au cours de la procédure, l’un des prévenus a reconnu avoir enregistré des images de la relation sexuelle, qu’ils prétendent être consensuelles, bien qu’il les ait par la suite effacées. L’un des prévenus a même expliqué que « l’ambiance était conviviale et amusante, que c’est la plaignante qui a pris l’initiative ; et qu’à aucun moment la plaignante n’a exprimé de rejet, de peur ou de refus de poursuivre les pratiques sexuelles », selon des sources judiciaires. .

À la suite de l’agression, la victime a subi de nombreuses blessures sur tout le corps et a mis plusieurs jours à guérir, en plus de séquelles psychologiques. Pour cette raison, le procureur, en plus de la peine de prison, réclame une indemnité pour la victime de 30 360 euros pour le préjudice moral et les préjudices subis. Le procès commence ce jeudi à l’Audiencia de Barcelona et se poursuivra la semaine prochaine.

Vous pourriez également aimer...