Indemnité de 60000 euros à une femme acquittée d'avoir tué son bébé et qui a passé 579 jours en prison

Vendredi,
30
octobre
2020

18:04

La Cour suprême a accepté son acquittement "pour violation du droit à la présomption d'innocence car il n'a pas été prouvé que la mort du bébé était causée par la conduite omission de l'accusé".

Un c

Une caméra devant le siège de la Cour suprême, à Madrid.
JAVI MARTNEZ

La cinquième section de la chambre contentieuse administrative a reconnu le droit de percevoir une indemnité de 60000 euros de l'État à une femme qui a passé 579 jours en prison préventive dans une prison de Melilla, accusée du meurtre de son nouveau-né, et qui a ensuite été acquitté.

Tel que rapporté par la Cour supérieure de justice d'Andalousie (TSJA), un tribunal de Melilla a accepté la prison préventive de la jeune femme pour un crime présumé d'homicide du 27 décembre 2012 au 28 juillet 2014. Après avoir été libérée , une apparition hebdomadaire «apud acta» lui a été imposée, qui est devenue par la suite toutes les deux semaines. Un tribunal du jury de Malaga l'a condamnée pour meurtre. Cependant, cette condamnation a été annulée par le TSJA, qui a ordonné la répétition du procès.

Dans le deuxième procès, la femme a été condamnée à deux ans et demi de prison par un autre tribunal du jury pour le crime de meurtre imprudent. La décision a été confirmée par le TSJA, mais la deuxième chambre de la Cour suprême l'a annulée en confirmant l'appel de la femme et en acceptant son acquittement << pour violation du droit à la présomption d'innocence car il n'était pas suffisamment prouvé que la mort du bébé est produit par la conduite omission de l'accusé ".

La jeune femme a demandé une indemnité de 400 000 euros au ministère de la Justice pour le temps qu'elle a passé en prison préventive «indûment». Sa demande a été rejetée, décision qui a ensuite été confirmée par l'Audiencia Nacional. Insatisfaite de cette décision, la défense de la jeune femme a fait appel devant la Cour suprême qui, dans cette décision, confirme son appel.

La Chambre ratifie sa doctrine relative à la responsabilité pécuniaire en cas d'emprisonnement indu et accueille l'appel interjeté par la femme contre la peine contestée. Quant à la quantification de l'indemnité, elle n'accepte pas la pétition du requérant qui l'avait estimée à 400 000 euros, sans préciser des montants précis en fonction des différentes notions sur lesquelles se fondait sa demande: 579 jours de prison, apparences "apud acta ", dommages subis par sa mère et son partenaire sentimental, dommages moraux subis par l'appelant à la suite de la condamnation initiale pour un crime aussi grave suivi d'un processus dépressif et de la nécessité de se rendre à Malaga en raison de la pression sociale et médiatique à Melilla .

Le tribunal a conclu que les dommages causés par la situation de la prison provisoire doivent être indemnisés mais exclut deux des dommages qu'il a réclamés, ceux causés à son environnement familial et les apparitions «apud acta». Ainsi, compte tenu de la situation personnelle et familiale du requérant, il est jugé opportun de fixer l'indemnité à 60 000 euros, majorée des intérêts juridiques à compter de la date de la réclamation.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Vous pourriez également aimer...