Ione Belarra prévient Pedro Sánchez que « le gouvernement risque sa réélection » s’il ne promeut pas un agenda social « plus ambitieux »

On peut considérer qu’il est essentiel d’aborder les « changements structurels » dans la reconstruction et le PGE pour aller vers un « état écosocial »

Le ministre des Droits sociaux et de l'Agenda 2030, Ione Belarra, ce mi
Le ministre des Droits sociaux et de l’Agenda 2030, Ione Belarra, ce mercredi au Congrès.JJ GuillnEFE
  • Politique Podemos pointe désormais vers le port de Valence après l’arrêt de l’expansion de l’aéroport d’El Prat
  • Politique Pablo Iglesias signe également pour ‘Gara’ et ‘Ara’ dans sa stratégie d’approche du mouvement indépendantiste basque et catalan

« Les premières pierres d’un édifice sont les plus importantes. Les négociations pour l’approbation des prochains budgets généraux de l’État ont déjà commencé, Podemos a prévenu le PSOE, son partenaire gouvernemental, que l’avenir de la coalition est conditionné au déploiement d' »un agenda d’approfondissement social et démocratique ambitieux ».

« Le gouvernement joue sa réélection », a déclaré le secrétaire général de la violets et ministre des Droits sociaux, Ione Belarra. A Podemos, conscients de la tendance baissière de l’Exécutif dans les sondages et de l’usure qu’assume la hausse du prix de l’électricité, ils estiment qu’il ne suffit pas d’affronter une phase de reprise après la pandémie, mais que c’est commode d’ouvrir une période de « reconstruction sur de nouvelles bases » et d’aborder les « changements structurels » pour passer d’un « État-providence qui mène une vie digne » et atteindre « un État écosocial », dont l’objectif est « que les gens soient heureux et aient une bonne vie « .

« Il ne s’agit pas seulement de sortir des politiques d’austérité », a souligné le ministre à propos de l’empreinte que la coalition progressiste a déjà laissée au gouvernement, « mais aussi de transformer en profondeur notre système économique et productif » pour, ainsi, « le dire au service des soins et de la planète ».

Un projet, pour faire face à ces « mutations structurelles », qui doivent naître, croient la pourpre, des prochains Budgets généraux de l’État, qui sont déjà en cours de négociation. En ce sens, Belarra a une nouvelle fois fait pression sur les socialistes avec la nécessité de réguler les prix des loyers, comme les deux partenaires l’avaient promis, pour débloquer la future loi sur le logement. « Il ne serait pas logique d’aborder cette négociation sans que les accords conclus l’année dernière ne soient déjà une réalité », a influencé le leader de Podemos, qui a présidé le premier Conseil d’État citoyen du parti ce vendredi après l’été.

La signature de comptes justes de l’Etat centrés sur l’agenda social sera « indispensable » pour « jeter les bases de la reconstruction de notre pays sur de nouvelles bases ». Le problème de l’électricité et du loyer sont des « symboles parfaits », aux yeux de Belarra, du nécessaire changement de paradigme dont l’Espagne a besoin. Mais ce n’est pas la seule demande du PSOE.

Soyez « cruciaux », a-t-il prévenu, abordez une réforme fiscale « juste », comme le parti le réclame depuis des mois : un impôt minimum de 15 % sur les grandes entreprises, éliminer les soi-disant taux rose à certains produits féminins ou pour mettre fin à la TVA d’établissements comme les coiffeurs.

Ce n’est pas la seule demande que Belarra a soulevée dans son discours. On peut, pour mener à bien sa mission transformatrice, continuer à exiger l’abrogation de la loi sur le bâillon ou l’approbation d’une loi sur le secret de fonction.

Vous pourriez également aimer...