Ione Belarra promet de « développer » Podemos pour devenir « la première force progressiste en Espagne »

La candidate à la tête du parti «violet» s’est engagée dans une approche «plurinationale» et décentralisée de son projet politique

Belarra, ce s
Belarra, ce samedi à Valence.EFE

Ione Belarra entend faire de Podemos « la première force progressiste en Espagne » et articuler un parti « plus fort, plus féministe, plus vert, plus enraciné » avec les territoires pour faire de Yolanda Daz, chef de la coalition United We Can, le prochain président .du gouvernement.

C’est ainsi que Belarra s’est exprimée ce samedi à Valence, où elle a officiellement présenté sa candidature pour être la prochaine secrétaire générale de Podemos après le départ de Pablo Iglesias.

«Nous ne sommes pas satisfaits», a également considéré le ministre des Droits sociaux sur le rôle que joue Podemos dans l’exécutif de la coalition qu’il forme avec le PSOE. En outre, il a l’intention de surpasser les socialistes aux prochaines élections, un sorpasso cela était également prévu dans les généraux de 2016 et cela n’a finalement pas été réalisé.

« Notre objectif n’est pas de gouverner en minorité », a insisté Belarra, mais « d’être la première force progressiste en Espagne ». Une idée qui a été renforcée par la ministre de l’Egalité, Irene Montero, de faire partie de l’exécutif proposé par Belarra: « Nous ne sommes pas venus pour gouverner en minorité et ne changer que peu de choses ».

Certains changements que Belarra et Montero ont illustrés comme un échantillon de ce que Podemos est capable de développer à partir des institutions, de la La loi de seulement S est S jusqu’à récemment approuvé Loi de Rhodes.

Le projet d’Ione Belarra a les principales figures de la structure du parti à l’étape précédente, dont beaucoup ont accompagné la candidate ce samedi à Valence: la précitée Irene Montero; le porte-parole parlementaire de United We Can, Pablo Echenique; les secrétaires d’État Nacho lvarez et Noelia Vera ou les co-porte-parole nationaux du parti, Rafa Mayoral et Isa Serra, entre autres.

Cependant, l’intention de Belarra est de réarmer Podemos avec une approche féminisée et plus chorale. «Nous allons faire grandir Podemos», a expliqué la requérante, un pari qui n’est possible aujourd’hui que s’il est possible de «féminiser le leadership» de la formation.

L’autre point sur lequel Belarra entend développer son projet politique est de réarticuler la formation territorialement. Dans sa candidature il s’est entouré des principaux coordinateurs régionaux du parti afin de redynamiser l’esprit «plurinational» de Podemos, une de ses marques de fabrique, et il est prévu que durant sa campagne il parcourra plus de points de la géographie nationale.

Neuf valenciens sur la liste

Le début de la campagne vers Vistalegre IV à Valence s’inscrit dans cet objectif de décentralisation de Podemos. La capitale de Turia est un territoire spécial pour violets: Le Gouvernement Botnic -Belarra a choisi ce jardin valencien comme cadre de sa présentation, dans un guide du pacte- c’est depuis 2015 pour Podemos la preuve que les cadres de coalition sont une formule qui va à l’encontre du bipartisme.

En outre, Podem, qui est présent dans l’exécutif valencien depuis 2019 – depuis 2015, il a soutenu le PSPV et les compromis au parlement, mais ne faisait pas partie du gouvernement autonome – a deux conseillers qui sont particulièrement pertinents pour l’histoire. violet: Transparence et logement.

La Communauté valencienne est donc considérée comme un terrain prospère pour le nouveau Podemos – qui a subi une importante réorganisation au niveau régional l’été dernier – et Belarra fait confiance: elle a inclus neuf Valenciens dans sa liste, ce qui signifie près de 10% de votre équipe.

Le porte-parole des tribunaux valenciens et coordinateur régional, Pilar Lima; l’adjoint d’Alicante Txema Guijarro; la directrice générale de l’égalité de traitement et de la diversité ethnique raciale du ministère de l’Égalité, Rita Bosaho, et Esther Sanz, responsable de la communication de Podem.

Désormais, en plus, les députés de Valence et Castelln Rosa Medel et Marisa Saavedra se joignent à la candidature, ainsi que Pau Vivas, chef de cabinet de Pablo Echenique; Lex Aguilar, chef de cabinet du vice-président valencien Rubn Martnez Dalmau, et Mara Teresa Prez, directrice de l’Institut de la jeunesse.

« Augmenter » le nombre de membres et de votes

La campagne Belarra, qui a pour slogan «Grow», vise à relancer un Podemos dans lequel la participation du militantisme augmente et le nombre d’inscrits augmente.

De la même manière, et une fois la base militante armée logement, la formacin tiene el objetivo de lograr ms porcentaje en las prximas elecciones generales, con el reto, cuentan desde la candidatura de Belarra, de hacer presidenta del Gobierno a Yolanda Daz, quien desde hace escasos das est a los mandos del grupo parlamentario de Unidas Pouvons.

La réarticulation territoriale du parti recherchée par Belarra répond également aux résultats électoraux obtenus lors des élections autonomes de l’année dernière: au Pays basque, en Galice et à Madrid, le violets obtenu des chiffres inférieurs à ceux souhaités. Ce n’est qu’aux élections catalanes de février dernier que le parti a obtenu un résultat satisfaisant.

Des sources de l’équipe Belarra définissent que le fait de grandir en militants cherche à «renforcer l’une des valeurs principales» de Podemos, qui est la mobilisation de ses cercles «dans chaque ville, chaque ville et chaque quartier».

Vous pourriez également aimer...