Irene Montero affirme que le féminisme est « criminalisé » après que le gouvernement a interdit les manifestations pendant 8 millions d’années

La décision a été prise pour des raisons de «santé publique» après étude des itinéraires, des prévisions de fréquentation, de la durée et des zones de fête.

Le gouvernement interdit toutes les manifestations du 8M à Madrid « pour des raisons de santé publique »
// Photo: Javi Martnez

La Délégation gouvernementale à Madrid a décidé d’interdire « pour des raisons de santé publique » tous les appels à manifestations ou concentrations qui avaient été communiqués les 7 et 8 mars dans la Communauté à l’occasion de la journée de la femme. La mesure, qui sera suivie par tous les membres de l’exécutif, a néanmoins généré une tension évidente au sein du gouvernement de coalition. La ministre de l’Égalité, Irene Montero, a assuré, après en avoir eu connaissance, qu’il était évident qu’une tentative est faite pour «marquer» et «criminaliser» le féminisme. Avec cette impression, les porte-parole parlementaires partenaires de l’exécutif comme l’ERC ont accepté.

Montero s’est exprimé en ces termes lors d’un événement organisé par CCOO. Il y a montré son dégoût face au fait qu’il y a «ceux qui veulent refuser le droit à la rue» aux femmes. Un droit qui, disait-il, «cela nous a coûté tant à obtenir: la rue pour étudier, la rue pour travailler, la rue pour revendiquer et conquérir des droits».

Cependant, la ministre de l’Égalité se conformera à la décision de la Délégation gouvernementale et aux indications des autorités sanitaires, mais cela ne l’empêche pas de faire en sorte qu’il y ait un « signal » à la lutte féministe « pour celles qui ont un agenda réactionnaire .

Montero maintient ainsi vivante la théorie selon laquelle à cette occasion, et avec la justification de la pandémie, la tentative de donner un profil bas à la célébration de la Journée de la femme et à ses revendications est en train d’être approfondie. Une intention qui, de l’avis de United We Can, a été révélée il y a un an lorsqu’un effet multiplicateur des infections Covid a été attribué à la macro manifestation du 8 mars.

Irene Montero elle-même ainsi que l’actuel ministre de la Santé, Carolina Darias, et l’épouse du président du gouvernement, Begoa Gmez, ont été victimes de la maladie après avoir assisté à la marche organisée à Madrid. À peine six ans après la manifestation, l’exécutif de Pedro Sánchez a déclaré un état d’alerte et a décrété l’enfermement des citoyens dans leurs maisons.

La décision de la Délégation gouvernementale d’interdire les manifestations cette année a été prise après étude du les itinéraires des marches, les prévisions de fréquentation, la durée des escales ou les lieux de fête qu’ils avaient communiqué.

Après avoir analysé les pétitions soumises « et pris en compte les confluences possibles de différentes concentrations massiques Dans divers quartiers de Madrid, une ferme décision a été prise d’interdire, pour des raisons de santé publique, toutes les manifestations et rassemblements convoqués », a souligné la délégation dans une note.

Le délégué du gouvernement, Jos Manuel Franco, a choisi d’interdire tous les appels « à un moment où la Communauté de Madrid est encore l’un des territoires de l’Espagne avec le taux d’infections le plus élevé, ainsi que les personnes hospitalisées, au-dessus de la moyenne nationale « .

La décision a été annoncée après ce mercredi la ministre de la Santé, Carolina Darias, a fait une nouvelle appel à la responsabilité assurant qu’il n’y a « pas de place » pour les manifestations cette année.

Le ministre de la Santé de Madrid avait également déconseillé tous les appels pour lesquels un rapport technique avait été demandé. Darias s’était déjà exprimé à ce sujet il y a quelques jours, recommandant la non-tenue d’événements de masse à l’occasion de la Journée de la femme. Cette demande a cependant été rejetée dans un premier temps par le partenaire minoritaire du gouvernement, Unidas Podemos. Son porte-parole parlementaire, Pablo Echenique, en est venu à prendre pour acquise la présence de son parti au nombre de manifestations appelées.

60 demandes

La délégation gouvernementale à Madrid a reçu environ 60 pétitions d’organisations féministes d’organiser des rassemblements ou des manifestations autour de la Journée de la femme, et les principaux étaient prévus dans des endroits comme Embajadores, Atocha, Cibeles, Puerta del Sol ou Callao, rapporte EFE.

La Commission 8M elle-même avait appelé quatre concentrations jusqu’à 500 personnes au centre de Madrid pour lundi prochain, entre six et neuf heures de l’après-midi, avec un « protocole exhaustif » pour garantir le respect des mesures de sécurité anti-Covid-19.

Il y a une semaine, Franco a affirmé que certaines des manifestations convoquées n’avaient pas été interdites, affirmant qu’elles respectaient les « paramètres requis » en situation de pandémie, c’est-à-dire qu’elles étaient adaptées au critère du ministre de la Santé de ne pas dépasser le chiffre d’un demi-mille personnes.

Critère d’évaluation

Cependant, le ministre de la Santé précise qu’en plus du nombre de participants, d’autres paramètres doivent être pris en compte lors de la délivrance de leur rapport. Il se référait spécifiquement aux lieux de célébration, à la durée des rassemblements ou marches ou la possibilité qu’ils aient été associés à d’autres actes innombrables.

À ce moment-là, le conseiller avait évalué quatre appels envoyés par la délégation gouvernementale et, dans tous les cas, avait émis un rapport défavorable à sa célébration.

Health, en fait, s’est plaint qu’après les paroles de Franco sur la limite de 500 participants, en seulement 24 heures, ils ont reçu 69 demandes de rapports techniques organiser des manifestations entre le 7 et le 9 mars, toutes basées sur des chiffres de participation inférieurs à un demi-mille personnes.

Enfin, la Délégation a suivi les critères tant du Ministère que du Conseiller et a choisi d’interdire tous les appels quel que soit le nombre de participants attendu.

Vous pourriez également aimer...