Irene Montero assure que ses conseillers condamnés et accusés sont « persécutés pour avoir défendu la démocratie »

La ministre de l'Égalité, Irene Montero, dans un acte de Podemos.
La ministre de l’Égalité, Irene Montero, dans un acte de Podemos.DANI GAGO / NOUS POUVONS
  • Transferts Irene Montero place dans Egalité comme conseillers une personne condamnée et deux prévenus en attente de jugement pour détournement de fonds
  • « Large front » Irene Montero embarque deux ‘anti-Carmena’ dans la lutte pour la réunification de la gauche

Isa Serra: condamné à 19 mois de prison dans un jugement définitif de la Cour suprême pour avoir agressé des policiers. Carlos Snchez Mato et Célia Mayer: renvoyé en jugement accusé de détournement de fonds et de tergiversation dans le Événement de tennis ouvert. Les trois ont été annoncés hier comme nouveaux conseillers du ministère de l’Égalité malgré leur situation judiciaire.

La ministre, Irene Montero, leur a apporté tout son soutien ce mercredi et a plaidé contre le travail des juges que les trois sont « politiquement, médicalement et judiciairement persécutés » pour leur « défense de la démocratie et des services publics ».

Cependant, l’opposition est très loin de le considérer comme le ministre et est sortie pour critiquer fortement qu’Unidos Podemos provoque avec ces signatures la « dégradation des institutions » du gouvernement lui-même.

Lors d’une cérémonie à San Pelayo (Valladolid) à l’occasion de la Journée internationale de la femme rurale, Montero a répondu à l’agitation suscitée par les nominations en déclarant qu’« il sera toujours » « aux côtés de » ceux qui « défendent la démocratie » et les « services publics »,  » bien qu’ils soient persécutés politiquement, médicalement et judiciairement pour cela, comme c’est le cas de ces trois compagnons.  »

Le ministre de l’Égalité a souligné aux questions de la presse qu’avec l’incorporation de Serra, Sánchez Mato et Mayer « le ministère de l’Égalité gagne, notre pays gagne et ceux qui savent que le peuple démocrate, bien qu’il soit persécuté, continue de gagner .donner la bataille pour lutter pour les droits et libertés de notre pays ».

En ce sens, il a salué leurs « énormes capacités » à exercer leurs nouvelles responsabilités et les a remerciés pour leur implication « malgré tout » qui les entoure à faire partie du projet du ministère de l’Égalité.

En parallèle, le porte-parole national du PP, Jos Luis Martnez-Almeida, qui connaît aussi de près l’affaire Snchez Mato et Mayer car les populaires sont une accusation, a averti dans le Cope qu’il y a « un usage et un abus des institutions que cela implique une dégradation et un usage qui permettent à deux prévenus et au bord du banc « et » un condamné, d’avoir un salaire à la charge de tous les Espagnols.

Pour sa part, le secrétaire général du PP, Teodoro Garca Egea, a déclaré que les « seules prises qui fonctionnent » avec la hausse actuelle des prix sont celles d’Unidos Podemos au ministère de l’Égalité.

De Ciudadanos, le chef du parti libéral, Ins Arrimadas, a souligné que les signatures du ministère sont une « honte » et a mis en cause le « féminisme de Podemos » alors qu’Isa Serra est désormais placée « au doigt » malgré sa condamnation pour la justice  » pour avoir agressé et réprimandé une autre femme, un policier, avec des insultes inadmissibles. »

Interrogée à ce sujet au Congrès, la vice-présidente du gouvernement, Yolanda Daz, a exprimé son « respect absolu » pour les décisions prises par le ministère de l’Égalité et a évité de s’ingérer dans ses décisions.

Vous pourriez également aimer...