Irene Montero fait approuver aujourd’hui par le Congrès sa première loi emblématique, celle du « seulement oui c’est oui »

Il arrive après avoir surmonté le rejet du PSOE et renforce Podemos contre Yolanda Daz

Irene Montero et Ione Belarra, lors d'un récent événement à Valence.
Irene Montero et Ione Belarra, lors d’un récent événement à Valence.Kai ForsterlingEPE
  • bibliothèque de journaux Le gouvernement promeut la loi du « seul oui, c’est oui » : « Si vous ne voulez pas, vous n’êtes pas obligé de participer à un acte sexuel »
  • Congrès Le PSOE retire «in extremis» l’amendement qui mettait en danger la loi du «seulement oui, c’est oui» après la pression de United We Can

Jour du vote des lois au Congrès, jour de tension pour le Gouvernement. La fragilité parlementaire de la coalition fait que les revendications des partenaires de gouvernance – des nationalistes jusqu’aux United We Can même – portent les négociations jusqu’au bout, sans que le soutien semble assuré jusqu’au bout. C’est donc avec le Droit de l’audiovisuel, que la session plénière du Congrès vote aujourd’hui, et que le PSOE négociait encore hier soir avec United We Can, ERC et Bildu. Il semble clair que la loi sur la liberté sexuelle, connue sous le nom de loi du seul oui est oui, qui est la première grande initiative d’Irene Montero validée par la Chambre basse, sera approuvée sans encombre.

Nous pouvons exhiber aujourd’hui, sauf surprise non prévue au sein du Gouvernement, l’une de ses lois vedettes. Politique utile dont a besoin le violets prendre de l’oxygène devant un PSOE qui, comme en témoigne ce week-end Pedro Sánchez, veut monopoliser le drapeau social de l’action gouvernementale. Irene Montero verra, selon toute vraisemblance, comment une loi dont l’avant-projet a reçu l’approbation du Congrès termine son processus au Congrès. Conseil des ministres pour la première fois le 3 mars 2020.

Une procédure longue, lourde, contestée, avec des heurts entre les deux partenaires gouvernementaux, des accusations de blocage entre ministères, la Justice… Montero a vu les échéances d’une des premières lois qu’il a promues Pouvons quand il est arrivé au gouvernement. L’adoption de la loi du seul oui est oui a été complexe jusqu’au dernier moment, lorsque son approbation a été menacée, car le PSOE voulait inclure des mesures visant l’abolition de la prostitution, contre le rejet de ses partenaires. Ce rdago a été sauvé, après que les socialistes, voyant le danger que la loi déclinerait, aient retiré leurs revendications.

L’approbation de la loi du seul oui est oui s’ajoute à l’approbation que, en première lecture, le Conseil des ministres a donnée il y a quelques jours à la nouvelle loi sur l’avortement, où Montero a pris le pouls de Nadia Calvio Oui José Luis Escriv pour inclure les victimes dues à la règle douloureuse, pas le Trésor avec l’abolition de la TVA sur les produits d’hygiène féminine.

Deux médailles politiques qui, en plus, coïncident dans le temps avec une certaine distance et froideur dans les relations entre les ministres Podemos et le vice-président Yolanda Diaz, leader de l’espace United We Can au sein du gouvernement. Un moment où le projet politique dans lequel travaille Daz a provoqué un croisement d’opinions sur le poids ou le rôle principal que la formation violette devrait avoir ou voudrait avoir.

Parallèlement à la loi du oui, c’est oui, le Congrès se prononce sur deux autres lois essentielles à l’action gouvernementale : la Proposition de loi organique complémentaire à la loi intégrale pour l’égalité de traitement et la non-discrimination et le Projet de loi générale sur la communication audiovisuelle. Si dans le premier cas, la perspective du gouvernement est qu’il n’y a pas de problèmes pour son approbation, comme pour le second, le PSOE a vu hier comment ses partenaires ont continué sans confirmer leur soutien. Un amendement technique introduit par les socialistes a interpellé leurs partenaires -Unidas Podemos, ERC et Bildu, Mme Pas ou Comproms- et les producteurs indépendants, comprenant que le texte permettrait le travail des sociétés de production liées à Atresmédia Oui Jeu de médias comme le travail d’entreprises indépendantes tant qu’elles ne sont pas destinées à leurs propres chaînes.

Les partenaires du PSOE ont en effet présenté hier une dernière proposition aux socialistes pour modifier le texte de la norme. Des sources parlementaires socialistes ont confirmé hier soir que les négociations se poursuivaient pour parvenir à un accord qui ne mettrait pas en danger la loi. Des sources parlementaires ont expliqué que malgré les divergences, elles ne considéraient pas que la règle pouvait être en danger car elles avaient négocié avec les nationalistes. Il convient de rappeler le texte du fameux quota catalan de Netflix et cela a conduit à l’un des nombreux épisodes de tension entre le gouvernement et l’ERC.

Vous pourriez également aimer...