Irene Montero justifie l'expulsion de Teresa Rodriguez pendant son congé de maternité: "La politique ne s'arrête pas pendant que nous sommes en congé"

Vendredi,
30
octobre
2020

10:34

Le ministre de l'Égalité reconnaît qu'il y a un "conflit" avec l'ancien secrétaire général de Podemos en Andalousie

La ministre de l'Égalité, Irene Montero, et la ministre de la Consommation, ...

Le ministre de l'Égalité, Irene Montero, et le ministre de la Consommation, Alberto Garzn, au Congrès.
EFE

La ministre de l'Égalité, Irene Montero, a justifié ce vendredi que l'ancienne secrétaire générale de Podemos Andaluca, Teresa Rodríguez, a été expulsée du groupe parlementaire autonome pendant son congé de maternité: «J'ai eu deux grossesses consécutives, et la politique n'a pas pendant que nous sommes en congé. "

Dans une interview à RNE recueillie par Servimedia, Montero a été interrogé sur la pétition enregistrée ce jeudi à la table du Parlement andalou par des députés de United We Can du groupe Adelante Andaluca appelant au pacte anti-transfuguisme, puisque Rodrguez ne forme plus un une partie des partis pour lesquels il a remporté le siège dans les autonomies 2019. Le PP, le PSOE et Vox ont soutenu la pétition et consommé l'expulsion d'Adelante Andaluca dont il était jusqu'à présent son porte-parole.

Le ministre s'est référé en général à ce que disent les porte-parole de Podemos, IU et Adelante Andaluca à ce sujet, car la décision d'expulser Rodríguez du groupe parlementaire "fait partie de l'autonomie des organisations andalouses" de United We Can et Adelante Andalou. «Ce sont eux qui prennent les décisions», a-t-il déclaré.

Cependant, interrogé sur le fait que l'expulsion s'est produite au milieu du congé de maternité de la politique que Podemos a abandonnée en février dernier, un détail qui a été critiqué même par le troisième vice-président du Congrès des députés et un militant de Pouvons, Gloria ElizoMontero n'a soulevé aucune objection: "Vous savez, parce que j'ai eu deux grossesses consécutives et que j'assume toujours des responsabilités politiques, que la politique ne s'arrête pas pendant que nous sommes en congé."

"C'est très triste, mais la situation de divergence n'a pas ralenti pour les deux parties ces mois-ci", a-t-il expliqué. "Des deux côtés, je n'ai pas vu la possibilité d'une désescalade du conflit pendant que Teresa était en congé. Aucune des deux parties n'a arrêté ce conflit."

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Vous pourriez également aimer...