Joan Subirats : « Il n’y a pas de problème avec l’espagnol dans les universités catalanes »

Le nouveau ministre des Universités prône « certaines règles communes » dans une Selectividad « ni excessivement centralisée ni excessivement atomisée »

Le nouveau Ministre des Universités, Joan Subirats.
Le nouveau Ministre des Universités, Joan Subirats.Jaime Garca
  • Éducation Le nouveau ministre des Universités met en garde contre « les fausses alternatives autoritaires et ultra-idéologiques » qui menacent « la démocratie »
  • Bonne éducation Jorge Sainz : « Si Joan Subirats oublie l’idéologie, avance dans la réforme universitaire »

Le nouveau ministre des Universités, Joan Subirats, a nié ce mercredi qu’il y ait un problème avec l’espagnol dans les universités de Catalogne et il a veillé à ce que chaque enseignant soit celui qui décide de la langue dans laquelle il enseigne.

Les recteurs des huit centres universitaires publics de Catalogne ont signé il y a quelques mois un document dans lequel ils s’engagent à garantir le catalan comme langue véhiculaire des universités, fixant le chiffre d’un minimum de 80% Catalan dans l’enseignement de chaque diplôme, troisième cycle ou master comme une étape à franchir.

De plus, la Generalitat a exigé que les campus lui envoient tous les six mois une liste des incidents linguistiques dus aux changements de langue, sorte de liste noire des professeurs qui utilisent l’espagnol dans leurs cours.

En parallèle, l’association Plate-forme pour la Llengua a mis en place une boîte aux lettres afin que les étudiants puissent identifier les enseignants qui enseignent leurs matières en espagnol et qui ont reçu plus d’une centaine de plaintes. Tout cela, dans un contexte de harcèlement des étudiants constitutionnalistes de l’association S’Ha Acabat et certains professeurs non nationalistes qui ciblent les étudiants qui demandent à faire la Selectividad en espagnol.

« Je ne pense pas qu’il y ait un problème avec l’espagnol dans les universités catalanes. J’enseigne depuis 47 ans et je n’ai jamais eu de problèmes », a déclaré le remplaçant de Manuel Castells. Qui était professeur de science politique de la Université autonome de Barcelone Il a expliqué que « les plans d’études expliquent dans quelle langue les cours vont se dérouler » et qu’il s’agit d’une « décision de l’enseignant lui-même ». « Une autre chose est que chaque communauté autonome a ses volontés et essaie d’encourager », a-t-il ajouté.

Subirats a estimé que « c’est une bonne nouvelle qu’il y ait une table de dialogue » entre le Gouvernement et la Generalitat et a proposé de « faire tout son possible pour que cela fonctionne ». Le ministre Castells faisait partie de ce forum, mais Subirats a déclaré qu' »il n’est toujours pas très clair » qu’il va participer car « les participants ont changé ». En tout cas, il espère rencontrer cet après-midi le président catalan, Pere Aragons, pour « lui dire bonjour ».

Le nouveau directeur des universités a eu sa première rencontre avec les médias après son entrée en fonction. Il y a rappelé que, bien que les campus jouissent d’une autonomie et que les compétences pédagogiques soient transférées aux communautés autonomes, « le ministère a une fonction de planification, de redistribution et d’évaluation » et « est chargé » de garantir « l’égalité » entre tous les étudiants. .

En ce sens, il a prôné qu' »il existe certaines règles communes » dans la sélectivité, bien que, selon lui, « le système ne puisse être ni excessivement centralisé ni excessivement atomisé ». « Il doit y avoir des conditions égales pour accéder à l’université. Elles doivent être exactement les mêmes ? Nous devrons voir cela. Le système doit combiner l’autonomie des universités et des Communautés autonomes et la reconnaissance de la diversité avec l’égalité. Et que ce soit un système qui s’internationalise et, par conséquent, a la capacité de se connecter avec l’Europe et le monde. »

Il s’est également montré disposé à négocier la durée des diplômes, que Castells a limitée à quatre ans sauf sur les campus appartenant au consortium des universités européennes. « Tenemos que buscar un equilibrio; hay que manejar una lgica de funcionamiento del sistema y, a la vez, de aceptacin de la diversidad, porque una ley orgnica no puede agotar toda la normatividad. Tiene que aceptar que luego hay adaptaciones a las distintas realidades « , il a dit.

Et il a exprimé son intention de s’approprier le Losu de Castells. « Faire mal à la loi, c’est finir de trouver mon degré d’accord et de satisfaction en fonction de ce qui contraste avec le groupe d’acteurs », a-t-il précisé, s’engageant à ce que la réforme universitaire soit prête avant la fin de cette année et approuvée au Parlement. avant la fin du premier semestre 2023″.

Il a également expliqué que deux grands défis du campus pour les années à venir sont l’impact de la Intelligence artificielle et la numérisation, qui, entre autres, modifieront la structure des professions (également hautement spécialisées, comme la médecine ou le droit), et le manque de qualification d’une grande partie de la population adulte, puisque 40% des Espagnols n’ont pas d’éducation au-delà de l’obligatoire et il n’y en a que 20 % avec une formation post-obligatoire, soit la moitié de la moyenne de l’UE.

« Ici, nous avons un problème, qui s’aggrave à partir de 45 ans, où les différences sont très notables », a exprimé Subirats, pariant sur le renforcement de l’apprentissage tout au long de la vie, auquel « ils n’ont pas assez prêté attention aux universités, car elles ont concentré sur cibler âgés de 17 et 18 ans, ce qui est un groupe qui va diminuer dans les prochaines années. »

Le ministre s’inquiète également du niveau de transfert des connaissances, qu’il juge « faible », des questions de genre, des nouveaux systèmes d’évaluation et d’accréditation, de la poussée de la science ouverte ou « comment le processus affecte les étudiants et jeunes chercheurs de précarité de vie. et les équilibres émotionnels ».

« Les adolescents ont vécu des situations compliquées pendant la pandémie, ils ont traversé des moments difficiles en raison du manque de socialisation et de contact », a-t-il rappelé. Et elle a choisi de travailler avec les communautés autonomes et les recteurs pour renforcer les « structures d’accompagnement psychologique des universités ».

Subirats a reconnu qu’il existe un « goulot d’étranglement » dans l’homologation des titres étrangers et a fait confiance que cette situation sera résolue lorsqu’un arrêté royal actuellement en phase de traitement sera approuvé qui prévoit de réduire la paperasse de deux ans à six mois. Le ministère a également lancé un « plan d’urgence » pour accélérer les validations qui comprend la numérisation des dossiers papier et le renforcement avec plus de troupes.

Vous pourriez également aimer...