Joe Biden nomme sa conseillère Julissa Reynoso comme nouvel ambassadeur des États-Unis en Espagne

D’origine dominicaine, avec une vaste expérience diplomatique et bilingue en espagnol et en anglais, Reynoso est l’actuelle chef de cabinet de la première dame et sera la première femme à occuper ce poste.

Julissa Reynoso comparaît devant la presse à la Maison Blanche en mars.
Julissa Reynoso comparaît devant la presse à la Maison Blanche en mars.PA

La Maison Blanche a annoncé la nomination de Julissa Reynoso Pantaleon, qui jusqu’à présent a servi comme chef de cabinet de la première dame, comme ambassadeur en Espagne. Reynoso est l’une des figures les plus projetées du Parti démocrate, et, en plus de diriger le bureau de la première dame, est la co-président du Conseil de politique de genre de la Maison Blanche, qui a été institué par l’actuel président.

Complètement bilingue espagnol et anglais -en fait, elle a vécu en République dominicaine jusqu’à l’âge de 7 ans- Reynoso est considérée comme une une personne très proche à la fois du président Joe Biden et de sa femme, Jill, avec un agenda multilatéraliste, féministe et pro-immigration et des minorités qui s’inscrit dans l’idéologie du gouvernement américain actuel. De plus, il a beaucoup d’influence sur l’immigration à la Maison Blanche.

Votre rendez-vous ne sera pas immédiat, puisqu’elle nécessite une enquête exhaustive de ses activités -notamment financières- pour éliminer tout type de conflit d’intérêts, et, plus tard, l’approbation du Sénat. L’ensemble de ce processus retarde généralement l’arrivée de l’ambassadeur d’environ six à huit mois, selon le calendrier – et aussi l’attitude – du Sénat.

Dans le cas de Reynoso, compte tenu de son expérience en tant que diplomate et à des postes de direction au Département d’État et à la Maison Blanche, ce mandat est susceptible d’être beaucoup plus court. Le dernier mot, en tout cas, c’est le Sénat.

Reynoso, 46 ​​ans, est le première femme à représenter les États-Unis en Espagne et aussi la première personne non blanche à occuper ce poste. Depuis 2009, les États-Unis n’ont nommé aucune personne ayant une expérience diplomatique ou politique comme ambassadeur à Madrid. À ce jour, l’administration Biden a été extrêmement lente à nommer ses ambassadeurs.

Malgré sa relative jeunesse, Reynoso accumule un curriculum plus que considérable en diplomatie et politique étrangère. Lorsque Hillary Clinton était secrétaire d’État, elle était sous-secrétaire d’État adjointe pour les Amériques. Et, après le départ de Clinton du gouvernement, c’était ambassadeur en Uruguay.

Dans cette destination, elle a été impliquée dans un incident lorsqu’elle s’est vu refuser l’entrée dans la discothèque de Montevideo Cirque. Dans un premier temps, les gardes de sécurité des lieux lui ont interdit d’entrer, affirmant qu’il n’avait pas d’entrée. Lorsque Reynoso leur a dit que le reste de ses amis ne l’avaient pas non plus, qu’ils avaient pu entrer, ils lui ont dit que la raison en était la façon dont il était habillé. Finalement, les gardes ont expliqué qu’elle ne pouvait pas entrer parce qu’elle était noire. Tout l’incident a culminé avec des excuses publiques de Cirque.

Reynoso est né en République dominicaine en 1975, bien que sa famille ait déménagé aux États-Unis en 1982. Il a grandi dans le Bronx, à New York et est diplômé du Université de Harvard. Plus tard, elle est devenue avocate au Université de Colombie, à New York (aux États-Unis, pour être avocat, vous devez étudier quatre ans après avoir obtenu un diplôme universitaire, et pour pratiquer, vous devez passer un examen ultérieur). Son entrée au premier rang de la politique remonte à 2008, lors de la campagne d’Hillary Clinton.

En plus de l’administration publique, elle a travaillé comme avocate dans le cabinet d’avocats new-yorkais Simpson Thacher & Bartlett, l’une des plus grandes entreprises de Wall Street, où le salaire minimum d’entrée il y a cinq ans était de 190,00 $ par an (161 000 euros). A New York, Reynoso a vécu principalement dans le quartier connu sous le nom de Hauteurs de Washington, à l’extrême nord de l’île de Manhattan, bordant déjà le Bronx, une zone à forte population dominicaine qui fut précisément visitée par les rois d’Espagne Felipe VI et Letizia en 2014.

Vous pourriez également aimer...