Jos Mara Aznar voit le PP dans un moment «manifestement améliorable»

L’ancien président critique le manque de leadership du gouvernement et de l’opposition et prône une grande coalition de socialistes et de «  populaires  »

Jos

Jos Mara Aznar (à gauche) et le président du PP, Pablo Casado, dans un acte récent de la classe de leadership IADG-UFV.
EFE

Jos Mara Aznar assure qu’il n’a que deux rôles: celui du Real Madrid et celui du PP. Et « les deux sont dans un moment clairement améliorable. » Conscient des difficultés que traverse Pablo Casado, l’ancien Premier ministre lui a conseillé de «proposer un projet très clair et de parler très clairement aux Espagnols».

Dans une conférence organisée ce mardi par l’Université Francisco de Vitoria et l’Institut Atlantique, intitulée «  Espagne, Constitution et liberté 1996-2004  », l’ancien dirigeant du PP a déploré le manque de leadership que connaît l’Espagne, sans exclure son parti. de cette critique: « Maintenant, en politique, l’un des problèmes les plus expressifs est le manque de leadership, qui nous empêche de prendre des décisions absolument essentielles. »

Etre également dans l’opposition? « Étant dans l’opposition, il doit l’expliquer au peuple, car à la fin les gens finiront par le comprendre. » À quoi Aznar fait-il référence? Que devrait expliquer plus Casado? «Cela devrait expliquer chaque jour que chaque fois, il y aura moins de personnes qui travaillent et plus de personnes qui ne travaillent pas, et il viendra un moment où cela ne pourra pas être maintenu. Ou que «la réduction des impôts augmente davantage», a-t-il estimé. « Expliquer c’est difficile, mais c’est du leadership, et cela peut être fait. »

Si cela semble être un effort «dur», c’est parce qu’il estime que le PSOE relève désormais la politique des «extrêmes», puisque son partenaire, Podemos, «veut liquider le système. Pour cette raison, l’ancien leader «populaire» prône une «grande coalition» dans les grandes affaires de l’Etat. Ce pacte PP-PSOE est-il réalisable? « Oui, tant que ces personnes [los socialistas] Je n’aurais pas été d’accord avec ces messieurs [de Podemos] ».

L’accord entre Pedro Sánchez et Pablo Casado « est l’Espagne possible et souhaitable », a-t-il souligné. « Un accord entre les deux grands partis pour limiter les abus de l’Etat de droit est un élément fondamental d’ordre et de bon sens en Espagne », a souligné Aznar. « Est-ce possible? Toujours. C’est une option politique. »

Voilà, Aznar a admis que le PP doit rechercher «de nouveaux éléments de définition parce que la société a beaucoup changé». En ce sens, il a veillé à ce que dans toute la droite, son parti principal soit un «aimant qui attire les électeurs des autres partis de centre-droit».

Malgré « toutes les difficultés de communication et la maladresse inhérente au centre-droit, il y aurait une majorité d’Espagnols qui comprendraient » que Casado renverserait le message économique, a insisté Aznar. Ce projet «identifiable» agirait comme une force unificatrice, à son avis, pour toute la «modération» espagnole.

Bien sûr, l’ancien président du gouvernement a reconnu que la thèse selon laquelle «le centre droit doit être uni» pour gagner les élections est simple à maintenir, mais qu’elle «est plus compliquée à mettre en œuvre».

Pour Aznar, «la bataille des idées est absolument fondamentale». « Le monde des idées est plus sûr que celui des algorithmes. Il est plus positif pour la liberté. Il y a un excès d’algorithmes qui conduit au plus grand état de manipulation et de faiblesse de l’être humain de son histoire », a-t-il soutenu, avant de recommander l’idéologie libérale comme « celle qui peut le mieux garantir aujourd’hui nos démocraties, qui sont menacées ».

Vous pourriez également aimer...