Juana Martn dénonce «l’horreur» d’avoir fait l’objet d’une enquête pendant neuf ans dans l’affaire de corruption Invercaria

La créatrice explique lors du procès qu’elle a investi les 850000 euros d’Invercaria dans sa ligne de vêtements

À droite, Juana Mart
A droite, Juana Martn, accompagnée de son avocat, se dirige vers le procès qui se déroule au tribunal de Séville.
  • Tribunaux La macrocause de corruption d’Invercaria entraînera des poursuites judiciaires au cours des huit prochaines années
  • Invercaria Juana Martn: de l’argent de la Junta de Andaluca pour fabriquer des vêtements au Maroc

Des podiums de mode au quai. C’est ainsi que le chemin du designer peut être résumé Juana Martn, que ce mercredi, il a fait une déclaration lors du deuxième procès qui se tient à l’Audition de Séville sur la macrocause de corruption d’Invercaria, la société de capital-risque de la Junta de Andaluca, qui a effectué des investissements arbitraires, millionnaires et incontrôlés, pendant l’étape des gouvernements PSOE précédents en Andalousie.

Juana Martn a dénoncé la « horreur » et le « vorgine » de comparaître pendant neuf ans comme enquêté – avant l’accusé – dans le cas d’Invercaria et comment l’affaire a émergé chaque fois qu’elle avait un défilé de mode important. « Cela a été un horrible cauchemar », a-t-elle déclaré avec enthousiasme, lors de sa déposition devant le tribunal qui la juge au tribunal de Séville. La couturière fait face à une demande de condamnation du procureur de la huit ans de prison pour des crimes présumés de prévarication et de détournement de fonds, après avoir reçu entre 2006 et 2011 un total de 850 000 euros d’Invercaria.

Sur le banc, en plus de la couturière, siège l’ancien président d’Invercaria Toms Prez-Sauquillo; Cristbal Cantos, ancien directeur de la promotion à Invercaria et plaignant dans cette affaire de corruption; et l’ancien directeur financier de la société de capital-risque du conseil Antonio Nieto.

C’est précisément à la suite de sa participation à un défilé sur le podium de Cibeles en 2005 que la créatrice est entrée en contact avec Invercaria, après le ministre de l’Innovation, des Sciences et des Affaires, Image de balise Francisco Vallejo, elle l’appellera – comme elle l’a raconté dans le procès – pour que la société publique de capital-risque soutienne son projet. « Ils voulaient m’aider à promouvoir ma marque et le Conseil s’est intéressé à mon image parce que je suis une femme et jeune. L’ADN de ma marque est les traditions de l’Andalousie », a-t-il expliqué.

L’ancien président d’Invercaria a également pointé du doigt l’ancien conseiller Vallejo lors de sa déclaration ce mardi, lors de la première séance du procès. L’ancien conseiller a dit à Prez-Sauquillo qu’il devait valoriser la marque andalouse dans le secteur textile et que Juana Martn était hautement reconnue et récompensée. Ainsi, il l’a exhorté à étudier la possibilité et à investir dans le créateur de mode espagnol et flamenco, à qui Invercaria a accordé le 16 janvier 2006 un premier prêt de 120 000 euros.

Lors de l’interrogatoire du procureur, qui a duré environ deux heures, Juana Martn a répété que « tout » l’argent qu’elle avait reçu d’Invercaria était destiné au projet. « Ma conscience ça n’a jamais été pour garder l’argent de qui que ce soit. J’ai essayé de le rendre et ils ne m’ont pas laissé faire. J’avais peur, paniqué, je ne comprenais pas pourquoi la police m’appelait, mais je n’ai jamais pensé que c’était de l’argent qu’ils m’ont donné », a-t-il remarqué.

Le projet financé par Invercaria a prévalu que Juana Martn a ouvert magasins dans toute l’Andalousie et le reste de l’Espagne pour vendre les vêtements conçus par elle, mais seuls ceux de Séville et de Cordoue et un petit bureau à Madrid ont commencé à fonctionner, qui ont finalement fermé. « Je me suis beaucoup battu pour garder les magasins ouverts et aujourd’hui je paie toujours les dettes », a expliqué le créateur. La raison de ce déclin, selon Juana Martín, était la crise qui «nous a frappés assez durement». « Autant que j’ai gagné, les dépenses nous ont débordé« , a défendu.

Dans ce contexte de crise, Juana Martn a tenté d’amener Invercaria à reporter les remboursements du prêt « et je constate qu’ils ont déposé une plainte », déjà au stade où Prez-Sauquillo n’était pas en charge de la société de capital risque.

L’un des aspects les plus controversés du projet de Juana Martn est la fabrication de vêtements conçus par elle dans un atelier marocain. Bien que la couturière ait indiqué qu’elle n’avait pas l’intention de «sous-traiter» quoi que ce soit, elle a reconnu que l’objectif était d’y parvenir à «réduire les coûts», que les vêtements étaient «plus abordables et ils nous seraient loués».

En effet, la couturière s’est rendue avec Prez-Sauquillo et Cristbal Cantos jusqu’à la ville marocaine de Maison Blanche de visiter un atelier de confection, à partir duquel une première commande de t-shirts «brodés et gaufrés» a été commandée. Cependant, la relation commerciale ne s’est pas maintenue dans le temps car l’atelier les obligeait à y fabriquer «des milliers et des milliers» de vêtements. « C’était beaucoup de quantité et ensuite il a fallu payer les douanes et amener les vêtements en Espagne », a précisé Martn.

Le procès pour les prêts Invercaria à Juana Martn se poursuit ce lundi avec le témoignage de Cristbal Cantos. L’ancien conseiller Vallejo, condamné par le tribunal de Séville par l’ERE dans une sentence qui n’est pas encore définitive, est cité comme témoin. De plus, il apparaît comme enquêté dans d’autres pièces détachées de la macrocause. Il y a trente cas différents et un seul a été jugé.

Vous pourriez également aimer...