Juana Rivas a fait appel contre le juge de Grenade qui a refusé sa sortie de prison pour pouvoir passer Noël avec ses enfants

La justice italienne autorise les deux frères à passer les vacances en Espagne avec leur mère

Juana Rivas, dans les tribunaux de Grenade.
Juana Rivas, dans les tribunaux de Grenade.
  • grenade Les services sociaux italiens ont souligné que « le comportement » de Juana Rivas « porte atteinte » à ses enfants
  • Tribunaux Juana Rivas contre-attaque avec trois autres plaintes pour divulgation des données d’un de ses enfants

Juana Rivas de Grenade continue de poursuivre en justice pour minimiser la peine d’un an et trois mois de prison – après la grâce partielle du gouvernement car elle était initialement de deux ans et six mois – pour avoir kidnappé ses deux enfants et les avoir éloignés de leur père.

L’avocat de la mère de Maracena, Carlos Arnguez, a présenté ce mercredi un recours devant l’Audition de Grenade contre la décision du juge Manuel Piar de rejeter sa libération pour les « abus sexuels » présumés subis par l’un de ses enfants lorsqu’elle les a gardés kidnappés à leur père en avril 2017.

L’objectif de ce recours, comme l’explique l’avocat, est d’accorder à Juana Rivas la suspension de sa peine et sa sortie de prison, ce qui permettrait à la mère de passer le cap Noël avec leurs enfants, car la justice italienne a déjà autorisé et sans recours que les enfants partent en vacances avec leur mère.

C’est la cour d’appel de Cagliari en Italie qui a décidé le 12 décembre que les enfants se rendraient en Espagne avec leur mère pour être ensemble pendant la période de Noël. Après les vacances, les enfants doivent retourner à Cagliari avec leur père Francesco Arcuri.

Actuellement, Juana Rivas purge sa peine au Centre d’insertion sociale Matilde Cantos (CIS) de Grenade. Lorsqu’il a commencé à purger sa peine, à la mi-juin dernier, un bracelet télématique purger sa peine à domicile. C’était une troisième année en un temps record, comme le rapporte EL MUNDO.

Cependant, en juillet dernier, à la demande du Poursuivre, le juge de Surveillance pénitentiaire il durcit les conditions du troisième degré, estimant qu’il n’y avait pas de raisons suffisantes pour lui permettre un régime qui en pratique était une probation. Il a établi qu’il ne quitterait le centre que selon un horaire fixe et deux week-ends par mois. C’est le régime qui est maintenu aujourd’hui.

Selon l’avocat de Juana Rivas, « toutes » les conditions légales sont réunies pour accorder la suspension de la peine à la mère de Maracena afin qu’elle soit totalement libre, malgré le fait que le juge Piar ne considère pas qu’il en soit ainsi. De plus, selon l’avocat, il existe des circonstances qui « conseillent » d’octroyer cet avantage, puisqu’il s’agit d’un «délinquant principal, la peine est de quinze mois de prison et il a versé les 12.000 euros d’indemnité « au père des enfants.

D’autres raisons qui conseillent la suspension de peine, selon son avocat, sont qu’il a un emploi stable, un réseau de soutien familial, une formation académique suffisante et qu’il manque de dépendances ou de troubles mentaux qui devraient être traités.

L’avocat a décidé de faire appel directement auprès de l’Audience de Grenade de la décision du juge Piar de refuser la libération de Juana Rivas car il s’agit de « grave injustice » qui nécessite une « réponse urgente » de la part des autres magistrats. S’il avait été fait appel devant le juge Piar, « la procédure serait retardée et cela nuirait à l’intérêt des mineurs qui ne pourraient pas être avec leur mère » à Noël. De plus, il s’agit d’une affaire avec un détenu qui nécessite un traitement « préférentiel et urgent ».

Trois fausses raisons

En appel, l’avocate de Juana Rivas souligne que la suspension de la peine est un « acte discrétionnaire, mais pas arbitraire », puisqu’il doit être motivé. Le juge Piar, de l’avis d’Arnguez, nie la libération sur la base de trois motifs « faux, absolument inventés » et évite de se prononcer sur les « plusieurs circonstances qui justifient la suspension de la peine, et que nous utilisons dans nos écrits ».

Selon l’avocat, c’est « absolument un mensonge » que Juana Rivas n’ait pas exprimé son repentir, il est « totalement faux » qu’elle se soit livrée à tout autre comportement criminel en Italie, et il est « cruel et imprudent » d’affirmer que l’un des enfants a été abusé sexuellement.

Vous pourriez également aimer...