Juanma Moreno est à la recherche d’un « nouveau Bendodo » au sein du Conseil pour agir comme un « paratonnerre »

Le président andalou veut établir une « ligne défensive » de conseillers

Juanma Moreno et Alberto N.
Juanma Moreno et Alberto Nez Feijo célèbrent la victoire du PP.BERNARDO DAZ
  • politique Juanma Moreno fait ses débuts en tant que baron principal du PP, mettant Isabel Daz Ayuso comme « référence »: « Nous regardons le meilleur »
  • polypropylène Feijo à Juanma Moreno le soir des élections : « Félicitations, calife »

J’assume les résultats avec plus de responsabilité que d’euphorie. Juanma Moreno exulte de la majorité absolue qu’il a obtenue dimanche aux élections andalouses, mais il commence déjà à sentir le poids d’une telle richesse politique. Les 58 députés obtenus par le PP (sur 109 possibles) envoient à Moreno un message clair : il a beaucoup de voix empruntées et doit gouverner pour tout le monde. C’est ainsi qu’ils le reconnaissent dans le PP-A.

Maintenant le chef populaire L’Andalou a cinq semaines devant lui pour constituer sa nouvelle équipe, mais pas repartir de zéro. Moreno rumine depuis plusieurs jours qui constituera sa ligne défensive au sein du Board, selon des sources proches de lui. Sa première tâche est de trouver un numéro deux pour faire office de paratonnerre et préserver le président des attaques extérieures. Ou est-ce un nouveau bendodo. L’ancien ministre de la Présidence, Elas Bendodo, quitte l’Andalousie pour se concentrer sur son travail de coordinateur général du PP national.

Bendodo, qui a mené la campagne électorale de Moreno, est considéré comme l’auteur intellectuel du soi-disant gouvernement du changement en andalouse. Telle a été son influence, qu’à San Telmo on lui reproche ironiquement à la fois la pluie et le soleil. Mais c’est justement ce qui a servi de bouclier, jusqu’à présent, à Moreno.

Le président andalou par intérim est très conscient du cas de Pedro Sánchez, qui, après s’être débarrassé de Carmen Calvo, José Luis Balos et Ivn Redondo, a été privé de ces paratonnerres qui, en raison de leur poids politique, ont attiré l’attention. Désormais, les attaques lui reviennent directement, à la seule exception du ministre Flix Bolaos, jugé par la direction du PP-A.

Dès lors, Moreno veut s’entourer d’une équipe de poids politique, dans laquelle il y aura aussi des indépendants et des surprises, affirment-ils dans son équipe. Parmi les noms qui circulent déjà dans les piscines populaires figurent Antoine Sanz, actuel vice-ministre de la présidence, ou Thomas Burgos, Secrétaire général de la présidence andalouse et confident de Moreno. Il a été l’acteur clé, avec le directeur des communications du conseil d’administration, dans les réunions au cours desquelles il a été décidé d’avancer les élections au 19-J.

Ceux qui le connaissent bien assurent que Moreno gardera un énorme secret sur ses élections pour le nouveau gouvernement andalou. Ils le comparent à Mariano Rajoy et Alberto Nez Feijo, qui se sont toujours targués de ne pas subir de fuites dans leurs rendez-vous. Et si un nom est filtré, il peut déjà être omis, souligne un conseiller par intérim de la Junta de Andaluca.

Ce sur quoi Moreno est clair, c’est quel sera son modèle économique à suivre : celui de Madrid. On regarde les meilleurs, c’est pour ça que je parle de Madrid, a-t-il confié à Isabel Daz Ayuso ce mardi lors du conseil d’administration national du PP. Nous voulons concurrencer Madrid et attirer des entreprises en parallèle, a-t-il assuré.

Vous pourriez également aimer...