La campagne andalouse se bat pour ne pas perdre la récolte de l’aide européenne

La politique agraire communautaire (PAC) sème le Campagne andalouse avec une certaine 1,3 milliard d’euros annuellement en aide directe. Une pluie d’argent sans laquelle il n’y aurait pratiquement pas de secteur agraire – agriculture et élevage – en voie de faillite. La nouvelle réforme est une fois de plus un casse-tête de sudoku à monter par le ministère et les régions. Une tâche dans laquelle personne ne comprend au-delà de la sienne. L’unité qu’ils montrent Asaja, UPA et COAG en Andalousie contre les intentions du ministre Luis Planas, il se fonde sur des positions que ces mêmes organisations rejettent, par exemple, en Castille-la-Manche. C’est un mouvement dans lequel l’Andalousie, celle qui reçoit le plus d’argent, est pour beaucoup «l’ennemi» s’ils veulent obtenir plus de budget.

L’Espagne est un anomalie agraire en Europe. Elle est divisée en 50 régions (zones de caractéristiques agronomiques similaires), alors que l’Allemagne en compte 1, et la France 2. Seule la province de Séville compte 12 régions et l’Andalousie 48. Chacune a ses propres spécificités en matière de réception de l’aide communautaire. . Cela tient à la puissance du secteur dans la Communauté, à sa diversité, à la modernisation des investissements et à des droits historiques controversés.

Les propositions qui, avec l’encouragement de l’UE, et / ou avec l’impulsion du ministère, vont changer le panorama des subventions 2023-27 ont dynamisé le secteur comme jamais auparavant, qui prépare tracteurs dès que le Covid le permet. Le message du ministre Luis Planas – qui a été agriculteur dans sa province, Crdoba- se concentre sur la même aide pour les producteurs qui font de même. Quelque chose d’aussi simple ne se produit pas à cause des droits de collection historiques. Un paysan qui cultivait coton Il y a 20 ans, et maintenant il fait quelque chose de moins exigeant, il reçoit toujours l’aide lucrative du coton. De plus, il ne l’a peut-être jamais cultivée, mais a acheté les droits. Pendant ce temps, votre voisin est en concurrence sur les mêmes marchés mais reçoit moins d’argent s’il ne profite pas de ce passé.

Ministre Luis Planas et Ministre Carmen Crespo.
Ministre Luis Planas et Ministre Carmen Crespo.HA

Aucune association agraire ne partage la bonté de cette idée égalitaire. Ils estiment que ces situations sont minoritaires et évitables et rejettent les changements qui, selon eux, attaquent le secteur de toutes parts: des exploitations familiales aux grandes exploitations très rentables.

Les droits historiques défendus en Andalousie sont l’objectif à battre en Castille-la-Manche, comme l’a dit son ministre de l’Agriculture: « Le moment est enfin venu d’égaliser les paiements aux agriculteurs et aux éleveurs de notre pays ». Et réduire les 50 régions à quelques-uns, anathème pour Asaja Andaluca, est l’objectif d’Asaja Castilla la Mancha: «Moins de régions productives éviteront en Castille-La Manche le discriminations traditionnelles causée par les droits historiques. »Mais elle est répandue.

Conflit d’interêts

Le Secrétaire général de l’UPA Andaluca, Image de balise Miguel Cobos, admet que son union change en fonction de la région, et également situé en Aragn et Castilla Len les lieux sujettes à une autre forme de distribution. «Des messages ont été lancés», dit-il en référence au ministère, «qui ont ouvert des attentes dans d’autres communautés; les couper sera douloureux et compliqué». Le ministère reçoit une forte pression d’autres régions pour changer un système que l’Andalousie, la grande puissance agraire avec 34% des bénéficiaires de l’aide espagnole, défend bec et ongles.

Si les droits historiques s’épuisent, prétend-il Flix garca, depuis Asaja Andaluca, 10 millions d’hectares agricoles entreront désormais dans la distribution par étagères, ou jamais cultivés ou pâturés. En Espagne, il y en a 20 millions, et ce 50% de plus réduira la distribution par hectare. « Il ne s’agit pas de distribuer la solidarité », ajoute-t-il. Miguel Lopez, de COAG, « mais pour donner de l’argent à des terres non productives », et donc payer à des fonds d’investissement qui, comme dans le cas actuel de la parcs solaires photovoltaïques, venez au feu d’une bulle de profit.

Un autre concept brûlant dans la négociation – qui en mai aura déjà la proposition du ministère après avoir entendu toutes les régions – est celui d’un véritable agriculteur. Jusqu’à présent, on l’appelait celui qui reçoit au moins 20% de son revenu agricole de l’activité elle-même et non de subventions. Maintenant, soyez celui qui reçoit ces 20% mais de votre revenu total. Cela influencera le petit propriétaire qui a quelques hectares, par exemple oliveraie familiale, qui servent de revenu supplémentaire pour son autre métier. Avec moins ou pas d’aide, laissez la récolte et, les organisations agraires sont d’accord, peut-être votre propre localité.

Fixation population rurale que l’agriculture réalise en Andalousie est remarquable. Le système agro-urbain de la région le prouve. Il y a 150000 agriculteurs andalous avec une autre activité, dont 230 000 totaux. Sans être un «véritable agriculteur», vous ne pouvez pas prétendre à certaines subventions.

Le front écologique

Un autre des fronts est celui écologique. Les présidents européens ont fixé à 40% les dépenses de la PAC liées à cet aspect et la éco-schémas, ce qu’Asaja considère comme une augmentation des éco-exigences existantes. Sans les éco-régimes, 20% de l’aide ne seront pas facturés, ce qui compromet la rentabilité économique; quelque chose que le ministère voit autrement: sans durabilité environnementale, les marchés sont fermés.

L’agriculture propose également de donner moins d’aide aux exploitations très favorisées afin que les plus modestes aient plus d’argent. Concrètement, elle appliquerait des critères de régressivité à partir de 60 000 euros, puisque «les plus grandes exploitations, par économie d’échelle, sont celles qui ont le moins besoin d’aide pour être compétitives».

Les organisations agraires ne voient pas un seul aspect clé de la proposition ministérielle qui soit bénéfique pour l’Andalousie, ce que partage le ministre. Enfin, pour la période transitoire 2021-2022, le gouvernement propose, au sein de chacune des 50 régions espagnoles, une convergence qui équivaut à une aide aux agriculteurs et aux éleveurs de la même zone.

Luis Planas défend cela dans ce biennium andalou pas perdre « pas un euro; de plus, 52% des bénéficiaires actuels reçoivent quelque chose de plus, 46 un peu moins, et 1,8%, qui est ce bruit que la droite andalouse a causé, reçoivent 20% de moins ».

« Quelqu’un dit que plus de la moitié restent sans collecter le PAC, ce qui est rigoureusement faux », a déploré le ministre sur 7TV. Dans les communiqués conjoints d’Asaja, UPA, COAG et Cooperativas Agro Alimentarias, les données sont différentes: « 50% des 1 300 millions d’euros reçus par plus de 232 000 bénéficiaires andalous seront perdus, et 54 000 seront exclus de ce système d’aide et 120 000 producteurs andalous « . En bref, « plus de chômage et plus de pauvreté » ou, selon le gouvernement, « égalité pour concurrencer pas de privilèges« .

Vous pourriez également aimer...