La Communauté de Madrid empêche un acte de la ministre Irene Montero pour le 8-M dans un institut: « Non à l’endoctrinement dans les centres publics »

Le gouvernement Ayuso fait valoir qu ‘ »aucune distinction » n’a été faite pour rejeter la demande

Irene Montero.

Irene Montero.
JAVIER BARBANCHO

  • Direct.

    Tout sur 8-M

La Communauté de Madrid a interdit la tenue d’un «acte politique» de la ministre de l’Égalité, Irene Montero, à l’Institut Gómez Moreno de la capitale à l’occasion du 8 mars. Au gouvernement d’Isabel Díaz Ayuso, ils soutiennent que ils n’autoriseront « aucun événement d’endoctrinement dans les centres publics « pendant les heures de classe.

Comme expliqué dans la Puerta del Sol, c’est le ministère de l’Éducation qui doit autoriser toute activité de cette nature. Après avoir demandé des informations à ce sujet à la direction de l’institut, le département d’Enrique Ossorio a décidé de ne pas autoriser sa célébration « car des détails essentiels tels que le développement, le temps ou la durée n’ont pas été fournis », ce qui, comme l’a souligné un porte-parole, pourrait « nuire » à la journée scolaire des élèves.

<< Le nombre de personnes qui viendraient déterminer si les mesures de sécurité et d'hygiène dans les centres éducatifs ont été violées ou non n'a pas non plus été précisé. C'est exactement la même information que celle demandée pour tout acte présentant ces caractéristiques, donc aucune distinction n’a été faite « , ajoutez les mêmes sources.

Au ministère de l’Égalité, pour leur part, ils soutiennent que ce que la Communauté de Madrid a empêché, c’est que le ministre une réunion avec la Commission pour l’égalité de l’Institut. «La réunion devait durer des semaines et avait été demandée par le centre lui-même à l’occasion de la Journée internationale de la femme», explique une porte-parole.

De plus, l’équipe de Montero explique que le ministère de l’Éducation a envoyé une lettre au centre interdiction de la réunion « pour des raisons covid »La non-autorisation a été communiquée avec «une avance suffisante» au directeur le 2 mars, souligne, pour sa part, au gouvernement régional.

À travers un fil Twitter, un groupe d’élèves du secondaire a souligné qu ‘ »il s’agissait de une réunion en plein air, avec un très petit groupe de personnes et avec la distance de sécurité établie par les autorités sanitaires, avec lesquelles la ministre et son équipe de sécurité étaient d’accord « et pour cette raison, ils ont qualifié leur non-autorisation de » scandaleuse « .

«Nous dénonçons l’interdiction d’une réunion organisée par le 8-M pour diffuser et célébrer comment dans les instituts publics nous nous battons chaque jour pour faire des salles de classe un lieu égalitaire et solidaire. L’éducation est le meilleur moyen de sensibilisation ce que nous devons combattre + », a écrit l’un des étudiants.

Vous pourriez également aimer...