La Communauté de Madrid ouvrira un numéro de téléphone pour les squats et fournira des logements sociaux aux victimes d’empiètements

Pour bénéficier de cette mesure, la personne concernée devra prouver qu’elle y a vécu au cours de la dernière année et avoir la pleine propriété du logement, déposer une plainte pour ce qui s’est passé et ne pas avoir un autre logement en Espagne

Peint contre des squatters sur un châle
Peint contre des squatters sur un châle New Baztn.JAVIER BARBANCHO

La Communauté de Madrid devrait ouvrir le bureau Madrid 112 Antiokupacin dans les prochains mois pour aider lutter contre le phénomène des vols de logements et fournir également des logements sociaux aux victimes de ces crimes, ont informé Europa Press de sources régionales.

En septembre dernier, après plusieurs cas très médiatisés de squattages et d’habitants d’urbanisations manifestant contre la présence de familles ayant pénétré dans des maisons voisines qui n’étaient pas les leurs, la Communauté de Madrid a annoncé la création de la numéro de téléphone régional ‘112 Squatting’.

Selon le ministre de la Justice, de l’Intérieur et des Victimes, Enrique López, ce serait une mesure « efficace » contre ce phénomène criminel car « ils n’aiment pas prendre des mesures cosmétiques ». « J’aurai une équipe d’experts en sécurité et logement qui conseillera la victime d’appeler et de coordonner immédiatement une réponse policière, de la police nationale, de la garde civile et de la police locale, car elle est située au centre 112 », a-t-il expliqué.

Cependant, l’initiative ne s’est pas concrétisée, bien que le PP l’ait intégrée à son programme électoral le 4 mai. Spécifiquement, la mesure 408 du programme Ayuso promet qu’ils développeront et exécuteront le plan global du 112 Squatting, avec la création d’un bureau coordonné avec les mairies qui disposera d’une ligne téléphonique 900 gratuite « qui offre des réponses à ceux à Madrid qui souffrent de ce fléau ou qui ont des nouvelles que l’usurpation d’une propriété est en cours ».

Les appels reçus à cet égard mettront en service la police locale, la garde civile, les mairies, le bureau du procureur ou la délégation gouvernementale. En plus de ces consultations, ils seront en mesure de coordonner les actions entre les victimes, les administrations et les forces de sécurité.

« Nous allons être un allié face à un crime qui nous paraît très grave et cela génère une énorme inquiétude pour le public. Nous voulons contribuer à la lutte contre le squattage illégal de l’immobilier », lit-on dans le programme PP.

Désormais, après les négociations menées avec les municipalités, elles se rapprochent de l’ouverture de ce bureau dans les prochains mois, en espérant que ce soit avant la fin de l’été. Pour cela, les 112 techniciens en charge devront être formés à travers un centre de coordination municipal créé au sein de cet organe.

D’autre part, la Communauté a signé un accord avec l’Association des registraires de la propriété, du commerce et des biens meubles d’Espagne pour créer une application qui permettra aux agents locaux de savoir en ligne plus rapidement que jusqu’à présent l’information réelle sur la propriété foncière. Une formation a également été dispensée à cet égard.

Sols sociaux pour les personnes affectées par les squatters

Cette action s’accompagnera d’une autre mesure pionnière, approuvée en pleine campagne électorale par le gouvernement régional, qui serait d’offrir temporairement un logement social aux victimes du squat jusqu’à ce qu’elles récupèrent leur bien, comme le précise l’ordonnance 183/2021, du 21 avril, du ministre du Logement et de l’Administration locale publié quelques jours plus tard au Journal officiel de la Communauté.

« Afin de minimiser l’impact que de telles occupations ont sur les propriétaires des logements touchés lorsqu’ils ont été privés de leur résidence habituelle sans autre solution de logement, Le conseiller au logement préconise de leur apporter des solutions d’hébergement pendant la durée de ladite occupation « , souligne le Bulletin, en incluant cette cause comme une exigence supplémentaire dans la procédure d’attribution de logements pour cause d’urgence sociale « , lorsque les personnes concernées se trouvent dans une situation de grave difficulté. logement, dans lequel une intervention publique est nécessaire pour rechercher une solution de logement ».

Pour être bénéficiaire de cette mesure, la personne concernée devra prouver qu’elle y a vécu au cours de la dernière année et avoir la pleine propriété du logement, déposer une plainte pour ce qui s’est passé, ne pas avoir un autre logement en Espagne et une famille annuelle maximale revenu de 3,5 fois l’Indicateur Public de Revenu à Effets Multiples (IPREM). Des techniciens régionaux évalueront et vérifieront le cas.

Téléphone municipal

Fin avril également, le conseil d’administration de la mairie de Madrid a annoncé la création d’un organe similaire pour lutter contre ces crimes, ce qui est également inclus dans le pacte gouvernemental signé entre PP et Ciudadanos pour « protéger la propriété privée des voisins ». » et leur fournir « des informations, une sécurité, une sécurité juridique et des conseils ».

« Les personnes concernées par le squat pourront savoir quelles sont les procédures, comment contacter les forces de sécurité… quelles sont les mesures qui sont prises depuis la zone, et des conseils via le canal téléphonique 010 et le canal télématique du site Web municipal « , a indiqué à ce moment le vice-maire de Madrid, Begoa Villacs.

Pour sa part, la troisième Administration en question, le Gouvernement espagnol considère que le problème du squat n’est pas si important aujourd’hui à Madrid. Il y a quelques jours, dans le Madrid Desayunos de Europa Press, la déléguée du gouvernement à Madrid, Mercedes Gonzlez, a souligné que le squat de maisons dans la capitale a diminué de 70% jusqu’à présent cette année par rapport à la même période de 2019, avec 486 logements usurpés, 235 récupérés et 103 avec lancement judiciaire.

« 2020 a été une année atypique. Il y a un problème de squattage, mais pas aussi alarmant que certaines forces politiques veulent le voir. J’ai donné les vrais chiffres face à une campagne devenue alarmiste », a déclaré Gonzlez, évoquant également l’aide. .s’attaquer à ce problème avec les instructions du Parquet et du Secrétaire d’État concernant les forces et organes de sécurité de l’État.

Vous pourriez également aimer...