La Conférence des présidents annoncée par Sánchez pour décembre à La Palma est désormais reportée au début de 2022

Le Président du Gouvernement souligne la nécessité de disposer d’espaces d’accord pour faire face aux « défis de l’État » qui transcendent tout gouvernement

Pedro S
Pedro Snchez, lors de son discours au congrès du PSOE des îles Canaries.EFE
  • Gouvernement de coalition Pablo Iglesias dénonce un complot contre Podemos par les juges, la police, les médias et les militaires
  • Baromètre CEI Le nombre d’électeurs du PSOE qui préfèrent Yolanda Daz comme prochain président du gouvernement augmente

Le président du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, a avancé ce samedi que le prochain Conférence des présidents autonomes Il sera célébré sur l’île Paume, comme il l’a dit il y a des mois, bien qu’il ait indiqué qu’il aura lieu début 2022, au lieu de décembre de cette année comme annoncé en septembre.

C’est ce qu’il a déclaré lors de son discours d’ouverture de la 14 Congrès du PSOE des îles Canaries, qui se tient ce week-end à Les palmiers de Grande Canarie, et où se sont également réunis la ministre canarienne de la Santé, Carolina Darias, ou la porte-parole des socialistes au Congrès des députés, Hector gmez.

Snchez a valorisé la nécessité de disposer d’espaces d’accord pour faire face aux « défis de l’État » qui transcendent tout gouvernement et mettant en évidence en ce sens les réunions interterritoriales de la Santé dans le cadre de la pandémie ou les conférences des présidents, qui vont se célébrer semestriellement.

En tout état de cause, il a souligné que les socialistes doivent être conscients que leur tâche politique « n’est pas seulement de répondre », mais qu’ils doivent « lever le regard et être conscients » que pour résoudre « efficacement » dans un monde globalisé, des crises telles que la pandémie, le changement climatique ou les migrations irrégulières, il faut « renforcer non seulement l’État-providence, mais aussi le projet européen commun et le multilatéralisme ».

Il a ajouté qu’en cas de changement climatique, pour y faire face, il faudra des investissements publics, un engagement des entreprises et des investissements privés pour que la transition écologique « soit juste ». En ce sens, il a rappelé que la transformation numérique et la transition écologique « sont des vecteurs de progrès » pour lesquels une perspective de « justice sociale et territoriale » sera intégrée pour les prochaines générations.

Ce défi, a-t-il souligné, s’ajoute aux crises auxquelles il a dû faire face depuis que le gouvernement est présent et qui, selon lui, ont rendu les sociaux-démocrates « beaucoup plus reconnaissables » qu’il sait « parfaitement » pourquoi ils existent, pourquoi ils gouvernent. pour.

« Nous gouvernons pour augmenter le salaire minimum interprofessionnel, nous gouvernons pour créer un Revenu vital minimum, nous gouvernons pour annuler les coupes dans l’éducation, la santé ou la dépendance, nous gouvernons pour faire passer une loi de mort digne, nous gouvernons pour protéger les travailleurs au pire moment du confinement, 3,5 millions de travailleurs protégés (…) », visait à influencer qu’ils gouvernent pour les « grands majors sociaux des îles Canaries et de toute l’Espagne ».

En ce sens, il a indiqué que lorsqu’il voit les « droits voter contre » la revalorisation des retraites ou le Revenu Minimum Vital, il s’interroge « quels intérêts ils défendent, qui ils représentent, certainement pas la classe moyenne ouvrière, à l’ordinaire. citoyens « .

Il en a ainsi profité pour revendiquer l’histoire du PSOE, puisqu’il a souligné que si la crise du coronavirus « a fait quelque chose, c’est de reconnaître et de reconnaître une grande partie de la société espagnole dans la social-démocratie ».

Vaccin et masque

Sánchez a admis qu’il y avait des défis à venir tels que la pandémie de coronavirus, déclarant qu’il y a un an, il ne pouvait pas être conçu qu’actuellement 89% de la population de plus de 12 ans ait été vaccinée ou que des espaces tels que les écoles aient été « reconquis » de le virus. .

Il a ajouté qu’on observe actuellement comment l’incidence cumulée augmente à nouveau, mais « bien en deçà d’autres régions d’Europe », il a donc demandé que la stratégie axée sur la vaccination et les masques soit digne de confiance.

Il a également ajouté qu’il a été possible d’avoir « 20 millions de personnes employées » qui s’occupent de la Enquête sur la population active (EPA), soulignant que « c’est le niveau de l’emploi avant la crise financière de 2008 », et qu’il montre qu’il y a « deux sorties de crise avec équité ou sans équité », défendant que les socialistes sont « efficaces » dans l’économique mais « équitable » dans la riposte, puisqu’ils parient sur une « juste reprise ».

Vous pourriez également aimer...