La Cour des comptes tranchera jeudi les recours des dirigeants du 1-O contre la caution de 5,4 millions

Artur Mas et Carles Puigdemont, après avoir signé le décret appelant à la saisine
Artur Mas et Carles Puigdemont, après la signature du décret appelant au référendum illégal de 2017.SANTI COGOLLUDO
  • Catalogne Le Gouvernement rectifie et endosse les garanties de la Cour des Comptes
  • Bibliothèque de journaux Le gouvernement plante la Cour des comptes et refuse de commenter si l’approbation par la Generalitat des indépendantistes est illégale

La Salle de justice del Tribunal de Cuentas se reunir este jueves para resolver a puerta cerrada los recursos presentados por los lderes independentistas contra el acta de liquidacin donde se fija en 5,4 millones la fianza reclamada por los recursos pblicos asignados a la ejecucin de polticas de accin exterior de la Generalitat entre 2011 et 2017.

En juin dernier, l’organe de contrôle a informé les anciens présidents de la Generalitat Artur Mas et Carles Puigdemont, l’ancien vice-président catalan Oriol Junqueras, ainsi que 31 autres anciens hauts fonctionnaires de la Gouverne, qui réclame provisoirement un total de 5 422 879,48 euros au titre des frais d’externalisation de la procs indépendantiste.

Selon des sources de l’institution à EL MUNDO, jeudi prochain les magistrats Jos Manuel Surez Robledano, Mara Antonia Lozano Ivarez et Felipe García Ortiz, membres de la chambre de justice, doivent délibérer et trancher les recours des dirigeants du 1-O présentés contre l’instruction effectuée par l’organe lui-même – par le délégué enquêteur Esperanza García-, où plus de cinq millions d’euros sont réclamés au titre de la responsabilité comptable du détournement de fonds publics au cours de la procs. Soyez l’orateur de la résolution Mara Antonia Lozano; en outre, il est prévu que le tribunal fera connaître la décision convenue le même jour.

La Cour des comptes maintient une procédure administrative ouverte pour le prétendu détournement de fonds publics vers les soi-disant « ambassades catalanes » et vers les Conseil de la diplomatie publique de Catalogne, dit « Diplocat », destiné à favoriser le référendum du 1er octobre 2017, déclaré illégal par le Cour constitutionnelle.

Par ailleurs, la Chambre de justice étudiera le même jeudi les recours déposés par les dirigeants indépendantistes contre la décision de l’organe suprême de contrôle de l’Etat d’avoir transféré au Procureur d’État d’émettre un rapport sur les garanties présentées par le Generalitat, à travers le Institut Catal de Finances (ICF), pour le paiement de la caution précitée.

Cependant, cette deuxième batterie de ressources -dont la présentation correspond au magistrat Felipe Garca Ortiz- ont perdu dans l’objet pratique, depuis septembre dernier le Procureur d’État elle a fait savoir qu’elle refusait de délivrer le rapport susmentionné car « la demande d’un rapport à l’une des parties sur des questions qui affectent directement les intérêts des autres peut suggérer la prédisposition de la Cour à suivre les critères de cette partie ».

Depuis le ministère de la Justice Il a été expliqué que si les services judiciaires de l’Etat rendaient leur rapport « les principes de contradiction et d’égalité seraient affectés, en exigeant le rapport à une seule des parties sans entendre les autres » la Cour des comptes. La réalité est qu’avec cette manœuvre le Gouvernement a évité un conflit avec le Gouvernement en pleine négociation de la table de dialogue et des budgets généraux de l’Etat.

Vous pourriez également aimer...