La Cour nationale a rejeté les demandes d’asile pour les Afghans pour ne pas prouver la « persécution individualisée »

  • Habitent Lire les dernières informations sur l’Afghanistan
  • gouvernement L’Espagne considère la mission en Afghanistan « terminée » mais continuez à chercher, vous allez évacuer plus d’Afghans

La Haute Cour nationale a rejeté les demandes d’asile des Afghans ces derniers mois pour ne pas prouver « une persécution individualisée » ou le risque d’en subir, pour des raisons de race, de religion, de nationalité, d’opinions politiques, d’appartenance à un certain groupe social, de genre ou d’orientation sexuelle. , comme indiqué dans les résolutions recueillies au Centre de documentation judiciaire.

Dans les sentences, les magistrats de la Chambre contentieuse-administrative souligner la nécessité de répondre aux exigences établies par la loi 12/2009, du 30 octobre, qui réglemente le droit d’asile. Les juges des huit sections qui composent cette Chambre seront chargés d’examiner les recours contre les éventuelles résolutions du ministère de l’Intérieur des demandeurs d’asile afghans arrivés en Espagne ces derniers jours.

Selon le chef du département, Fernando Grande-Marlaska, le ministère traitera « avec la plus grande urgence » les demandes des citoyens qui sont arrivés sur le territoire espagnol sur les vols de l’armée de Kaboul (Afghanistan) en ayant « un caractère extraordinaire et spécial ».

Parmi les arrêts rendus par la Cour nationale figure celui du 14 janvier, dans lequel la sixième section a rejeté la demande d’asile de Juan (nom d’emprunt), qui prétendait travailler pour une entreprise afghane qui fournissait des fournitures de bureau à la base militaire de Réaliser (Afghanistan).

L’homme dans son appel a assuré qu’ils « ont toujours pris des précautions » car toute personne qui travaillait « pour les Américains » était considérée comme un « collaborateur » et était « en danger de mort ». « Les talibans avaient menacé de tuer tout le monde dans l’entreprise », a-t-il déclaré.

Dans la résolution du ministère de l’Intérieur de juillet 2018 faisant appel par Juan, le département dirigé par Grande-Marlaska a fait valoir que l’affirmation selon laquelle ceux qui travaillent pour les Américains en Afghanistan sont en danger de mort « peut avoir une correspondance dans les informations disponibles sur le pays d’origine, mais une telle déclaration n’est pas suffisante pour placer automatiquement le demandeur dans le champ d’application de la Convention de Genève« .

Selon la sentence, Juan a indiqué qu’en mai 2016, les talibans ont assassiné son frère et un autre collègue alors qu’ils se rendaient à la base militaire pour l’aider à travailler. Après cet incident, son père a contacté « des trafiquants pour l’emmener en Europe ».

Dans son recours devant la Haute Cour nationale, l’homme a rejeté l’affirmation de l’Intérieur selon laquelle « Kaboul est une ville sûre » et que la base de Logar « a déjà été transférée aux autorités afghanes » car, selon lui, « c’est un fait qu’il est notoire que les talibans sont toujours une menace pour la paix « et que ceux qui ont « collaboré avec les forces américaines » sont « persécutés ».

La Chambre a estimé que les budgets pour accorder le droit d’asile n’étaient pas réunis, puisque «les événements racontés ne reflètent pas la présence d’une persécution ou le risque de la subir, pour des raisons de race, de religion, de nationalité, d’opinions politiques, d’appartenance à un certain groupe social, de genre ou d’orientation sexuelle « . » <

Le 22 juin, la septième section a rejeté la demande de Jos (nom fictif), ressortissant de Pakistan qu’il a exigé une mesure conservatoire pour avoir été « l’objet de persécution par un groupe de talibans qui veut qu’il rejoigne leurs rangs ». L’homme a affirmé que l’organisation fondamentaliste avait incendié sa maison en  » représailles «  et il dut fuir, « protégeant sa femme et ses enfants ».

La résolution contestée reconnaît qu’il y a « des affrontements armés entre les groupes talibans et les forces pakistanaises dans une large frontière avec l’Afghanistan », mais maintient qu’étant donné l’extension du territoire pakistanais et sa population nombreuse « Il n’est pas crédible qu’aucun refuge n’ait pu être trouvé dans le pays d’origine ».

La Chambre a rejeté la requête, considérant que si « dans le propre compte du plaignant, il est dit que sa famille nucléaire a été transférée de sa résidence habituelle vers un lieu sûr », c’est un « indicateur » qu’« il peut trouver une protection dans son pays de origine par un déplacement interne ».

Dans la liste des demandes refusées, il y a aussi Manuel (nom fictif), qui a reçu en juillet 2019 le « non » de la section huit. Dans son appel, il a affirmé avoir fui l’Afghanistan après l’entrée de l’État islamique dans sa ville. Il a indiqué que les militaires voulaient que les jeunes hommes les rejoignent et a assuré que son père avait reçu des menaces de le livrer.

Il a également assuré que l’Etat islamique « a ordonné aux habitants de sa ville de mettre des drapeaux dans sa maison s’il y avait des femmes célibataires ou des femmes veuves ». et il a précisé que lorsqu’il a découvert que c’était pour que les militaires sachent qu’il y avait quelqu’un à épouser, il a décidé de « fuir » avec toute sa famille vers Kaboul.

Craignant d’être recruté en Afghanistan, il s’est rendu à Dubai (Émirats arabes unis), mais a été renvoyé par les autorités pour possession de faux documents. Une fois là-bas, il s’enfuit à nouveau. Dans la décision, la Chambre a soutenu la décision de l’Intérieur de ne pas accorder l’asile car il n’y avait pas de « persécution individualisée » par l’État islamique.

Droits d’asile reconnus

Il existe cependant des cas dans lesquels la Haute Cour nationale a fait droit à l’appel du requérant. As, Javier (nom fictif), en novembre 2019, il a vu comment la deuxième section de la chambre contentieuse-administrative a reconnu son droit d’asile. Les juges se sont appuyés sur le rapport d’instruction – qui faisait également référence à un autre des Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) – dans laquelle il est indiqué que « la crainte du requérant d’être recruté par les talibans semble fondée, puisque dans les circonstances actuelles, compte tenu de l’âge du requérant, le recrutement est une activité aveugle, dirigée vers le sexe masculin, quelle que soit l’origine ethnique et religieux ».

En ce sens, il a souligné qu’il s’inscrivait « parfaitement » dans la « peur d’être persécuté pour appartenance à un groupe social, celui des jeunes hommes, aptes au recrutement, comme l’affirme le HCR, apte à répondre aux exigences de l’article 3 de la loi sur l’asile ».

Le rapport indique que Javier a demandé une protection internationale en Espagne à l’âge de 16 ans et que, selon ses allégations, « les talibans s’étaient adressés à sa famille à plusieurs reprises, demandant que lui et ses frères rejoignent leurs combattants ». Le document indique que son père a été kidnappé et agressé pendant une semaine en raison du refus de remettre ses enfants« Selon le rapport de l’instruction, coïncidant en cet extrême avec celui du HCR, le requérant fait un récit cohérent avec la situation actuelle de son pays d’origine et conformément aux informations disponibles », soutient la condamnation. « La crainte d’être recruté par les talibans est tout aussi plausible et conforme à la situation existante », ont conclu les magistrats.

Vous pourriez également aimer...