La Cour nationale enquête sur le financement irrégulier de la CDC par le biais de sociétés de production ayant travaillé avec TV3

Guardia Civil et Mossos d’Esquadra fournissent une vingtaine de documents requis à la Generalitat, aux Corporaci de Mitjans Audiovisuals ou à la mairie de Barcelone

Le procureur de l'affaire 3% quand il est allé demander des renseignements
Le procureur de l’affaire 3% lorsqu’il est allé demander des renseignements à la Generalitat
  • Tribunaux Le juge de l’affaire 3% cite à témoigner l’homme d’affaires qui a accusé la CDC de financement irrégulier

Offensive du Tribunal national pour prouver le prétendu financement illégal de la Convergence démocratique de Catalogne (CDC) à partir d’un élément distinct de la cause des 3%. Concrètement, des agents de la Garde civile et des Mossos d’Esquadra, en équipes conjointes, ont remis des requêtes du Tribunal central d’instruction de l’Audiencia Nacional sur des documents faisant référence à de prétendues factures d’entreprises audiovisuelles à l’administration publique ainsi que pour TV3 lorsqu’ils avaient effectué des travaux pour les campagnes électorales du CDC en 2010 et 2015. En outre, le procureur anticorruption soupçonne que ces paiements auraient été camouflés par le biais de sociétés, telles que Triacom, qui reçoivent de l’argent du radiodiffuseur public catalan.

En ce sens, en février 2020, l’enregistrement de cette société à Barcelone a été ordonné, ce qui a permis de rassembler de nombreux documents analysés par les chercheurs concernant le prétendu financement irrégulier de la CDC entre 2010 et 2016. Selon des sources de l’enquête, le les illégalités passeraient par le gonflage des factures émises aux organismes et entités publiques et une partie prétendument transmise au parti.

Le Tribunal national a également incorporé dans l’affaire l’enquête sur les Mossos dans un tribunal d’instruction numéro 1 de Lleida concernant d’éventuels détournements de fonds publics de l’ancien chef du Conseil provincial de Lleida, Joan Re, également de Convergncia, puisque des factures suspectes ont été trouvées de plus de 420.000 euros pour l’une des sociétés suspectées, Enginyeria Inalba SL pour des travaux à Triacom, une société de production qui facture des programmes TV3 comme « El Gran Dictat ».

Précisément, il y a quelques mois, l’homme d’affaires Juan Manuel Parra, condamné pour « l’affaire des Palaos », a reconnu devant la Cour nationale avoir prétendu avoir facturé à Triacom du travail pour le CDC pendant sa campagne électorale sur ordre de l’ancien ministre Germ Gord et que il doit mettre des concepts fictifs pour les exécuter dans le document.

Tirant ce fil, le parquet et le tribunal national ont demandé ce mardi des informations à 21 entreprises ou organisations publiques telles que la Société catalane de l’audiovisuel Mitjans, l’Agence nationale de l’administration fiscale, Triacom, Sindicatura de Comptes, Center de Telecomunicacions i Tecnologies de la Informaci , Mediapro, Institut Catal de les Empreses Culturals, les départements de l’Économie et de la Présidence de la Generalitat, la Mairie de Barcelone, Servei Meteorolgic de Catalunya ou l’entreprise de construction Benito Arn. Tous les documents requis seront liés aux projets, subventions ou travaux de Triacom.

Les chercheurs considèrent que le financement proviendrait de fausses factures aux entreprises et organismes pour des prestations ou travaux fournis par Triacom entre 2008 et 2016, ce qui pourrait masquer des écarts par rapport à la CDC. Pour cette raison, les documents requis sont destinés à voir s’il y a cette prétendue irrégularité. Les équipes de police mixtes, en civil, ont livré les requêtes du tribunal dans cette nouvelle phase de l’opération contre la formation éteinte et transmutée à JxCat et transmettront les informations obtenues au Tribunal National.

Une partie de la structure

L’ordonnance judiciaire, à laquelle ce média a eu accès, indique que dans le cas de 3%, « des hauts fonctionnaires du parti politique CDC ont fait l’objet d’une enquête qui, par rapport à d’autres postes publics et fonctionnaires de différentes administrations et institutions publiques de Catalogne, et De connivence avec des hommes d’affaires et d’autres postes à caractère politique, ils ont mis en place une structure pour financer illégalement ce parti politique, de manière clandestine. ). Les versements ont été effectués par les entreprises et obtenus par les Fondations et, par conséquent, par le parti politique CDC ».

Dans l’un des dérivés de cette affaire, il a été considéré que Triacom « pouvait vraisemblablement faire partie de la structure de financement illégale du parti politique CDC. cette affaire », puisque Triacom aurait payé la dette de Convergncia avec Hispart, la société de Parra, en utilisant la « fausse facturation ». Concrètement, la CDC avait une dette de 750 000 euros auprès d’Hispart pour l’organisation et la production de la campagne électorale de 2010.

Les chercheurs considèrent qu’il existe « un possible schéma d’action qui révèle que Triacom » a également été utilisé « pour payer des dépenses privées de personnes directement ou indirectement liées au CDC : Joan Re, Anna Vidal (épouse d’Oriol Pujol Ferrusola) ou Sandra Buenvarn ( épouse de David Mad) « et de » recevoir de l’argent de certaines entreprises qui couvrent en fait des dons, comme Telefnica.  » À cet égard, ils ont demandé de la documentation sur cette entreprise de télécommunications et ses relations avec Triacom.

Vous pourriez également aimer...