La Cour rejette la tentative de retarder l’extradition de ‘El Pollo’ Carvajal et réitère à la police son ordre de livraison

Après les manœuvres du juge qui veut l’interroger sur le financement de Podemos, la Chambre criminelle informe la Police qu’il ne doit qu’obéir à ses ordres, le laissant au bord de son départ vers les Etats-Unis.

Hugo 'El Pollo' Carvajal, arrêté à Madrid en septembre dernier.
Hugo ‘El Pollo’ Carvajal, arrêté à Madrid en septembre dernier.
  • Tribunaux Le juge informe le tribunal dont dépend la livraison de ‘El Pollo’ Carvajal qu’il lui reste encore à témoigner sur Podemos
  • Profil Hugo Carvajal, le dépositaire des secrets du Chavismo

La Chambre criminelle de la Haute Cour nationale s’est révoltée contre la tentative du juge Manuel Garca-Castelln que l’ancien militaire vénézuélien Hugo Le poulet Carvajal n’est pas extradé vers États Unis avant de comparaître comme témoin pour témoigner sur le prétendu financement irrégulier de Podemos.

La réponse de la Chambre à la lettre officielle dans laquelle le juge l’a informé qu’il avait cité Carvajal comme témoin le 27 a été que cela ne change rien. « Il n’y a lieu ni de suspendre, ni de reporter la matérialisation de la remise extradante aux autorités des États-Unis d’Amérique du Nord du prétendu Hugo Armando Carvajal Barrios ni de participer audit tribunal particulier en ce qui concerne la phase d’exécution de la remise , qui est exclusive à la présente Section en tant que seule autorité judiciaire compétente,  » affirme le tribunal présidé par le magistrat Alfonso Guevara.

La chambre, qui a ordonné mercredi matin l’extradition, rappelle que Carvajal est cité dans une affaire qui a débuté en 2016 sur des événements antérieurs à son arrestation et que lorsqu’elle était à la disposition du tribunal, il n’a pas demandé une telle déclaration. , il n’a pas non plus demandé une telle déclaration « pendant la longue période de près de deux ans qu’a duré le processus d’extradition ».

Le tribunal apprécie une « stratégie dilatoire » de la part de Carvajal alors qu’il entend collaborer désormais avec la justice espagnole, qui s’ajoute au retard de livraison occasionné par son évasion. Il ajoute que selon la loi sa qualité de témoin « n’est pas un motif de suspension » de la délivrance et qu’en tout état de cause la déposition pendante pourrait être faite « par le biais des mécanismes de coopération judiciaire en matière pénale » signés par Espagne et les États-Unis. « Par exemple, par vidéoconférence.

« seule autorité compétente »

La Chambre s’engage à communiquer sa décision au ministère de la Justice et le commissaire en chef de la Bureau de coopération policière internationale. Il informe ce dernier qu’« il se chargera uniquement et exclusivement des commandes envoyées par ce Troisième section de la chambre criminelle du tribunal national, en tant que seule autorité compétente pour statuer sur la présente affaire d’extradition.

Outre ce qui s’est passé dans la sphère pénale, la défense de Carvajal a également été activée dans la sphère contentieuse-administrative. Il y a fait appel du refus de l’Intérieur d’accorder l’asile à l’ancien chef du renseignement sous les gouvernements d’Hugo Chvez et Nicols Maduro. La seule option pour éviter une reddition effective, qui semble désormais imminente, serait d’obtenir une mesure conservatoire qui paralyserait son départ d’Espagne.

Vous pourriez également aimer...