La Cour suprême confirme les sanctions à TV3 pour son manque de «neutralité» lors des élections

Ratifie l’avis du Conseil électoral selon lequel il a favorisé les thèses prônées par les prisonniers du 1-O au détriment d’autres options politiques

Manifestation

Manifestation en faveur de l’indépendance de la Catalogne tenue à Madrid le 16 mars 2019.
JAVIER BARBANCHO

  • Justice.

    La Cour suprême affirme que TV3 viole la neutralité informative lors des élections: « Il devient le porte-parole d’un parti »

  • Défi de l’indépendance.

    Harcèlement de l’usage résiduel de l’espagnol à TV3

La Cour suprême a confirmé les sanctions imposées à la Corporation Catalane des Mitjans Audiovisuels (CCMA), qui comprend TV3, pour avoir violé le principe de neutralité informationnelle et de respect du pluralisme politique et de l’égalité lors des élections générales d’avril 2019.

Plus précisément, les sanctions du Conseil électoral central Désormais fermes ils se réfèrent à la couverture donnée sur TV3 d’une manifestation à Madrid pour le droit de décider tenue le 16 mars 2019 et à la diffusion sur la même chaîne le 9 avril du documentaire. Un procs dins le procs.

La Chambre contentieuse administrative de la Haute Cour rappelle que la société, bien qu’elle ait la forme d’une société anonyme, est une entité publique appartenant à la Generalitat, de sorte que dans le processus électoral, elle doit respecter les principes de neutralité informationnelle et de respect du pluralisme politique et de l’égalité, comme requis par Loi organique du régime électoral général.

S’agissant de la manifestation à Madrid pour le droit de décider, convoquée par Mnium Cultural et l’ANC, la Cour suprême rappelle que la revendication qu’elle a soulevée était la même que celle défendue par des formations en lice aux élections générales. Il ressort qu’elle a été diffusée dans son intégralité, pendant plus de deux heures, « avec un affichage médiatique important au cours duquel des dirigeants ou des représentants de ces formations ont eu l’occasion de se présenter ».

«Il n’est pas nécessaire de mesurer quantitativement l’impact de la couverture donnée par les médias du Corporacin Catalana de Mitjans Audiovisuals, SA à la manifestation dans l’opinion publique pour apprécier son impact électoral: il suffit de vérifier qu’elle a offert une diffusion qualifiée et par la forme de l’émission et par le canal de messages politico-électoraux défendus par certaines candidatures auxquelles les autres n’ont pas eu accès », affirment les magistrats.

<< Une telle procédure >>, ajoutent-ils, << ne peut être conforme à la neutralité informationnelle ou au respect du pluralisme politique et crée des inégalités entre les personnes présentes aux élections en raison de l'avantage qu'elle procure à ceux qui bénéficient d'un tel traitement. Liberté de communiquer la vérité l'information ne justifie pas d'aller plus loin et de subir la perte de la neutralité requise ".

Quant au documentaire, la Cour suprême souligne qu’il a eu un impact électoral et a été diffusé peu de temps avant les élections, et malgré cela les principes de neutralité de l’information «ont été violés». Il fait valoir que TV3 n’a pas expliqué «quelle raison l’exige» pour diffuser le documentaire précisément pendant la période électorale. « Bien sûr, cela ne pouvait pas être l’intérêt informatif, car la situation dont il est fait écho existait avant le déclenchement des élections générales du 28 avril 2019 et s’est poursuivie après leur tenue, comme on le sait. »

La décision affirme que le documentaire projetait une image qui favorisait les prisonniers 1-O et les idées qu’ils défendent, « qui n’auraient pas la signification considérée ici si elles n’étaient pas essentiellement les mêmes que celles préconisées par certaines forces politiques concurrentes à la élections. qui se tiendront quelques semaines après la diffusion de ce documentaire. « 

Vous pourriez également aimer...