La Cour suprême critique le décret gouvernemental qui laisse entre ses mains les mesures contre Covid lorsque l’alarme prend fin

Le bureau technique de la Cour suprême (TS) a émis un premier rapport sur le décret-loi approuvé cette semaine par le gouvernement, afin que le TS ait le dernier mot sur le restrictions adopté par les communautés autonomes après l’état d’alerte, dans lequel il soulève une série de problèmes de procédure et indique une « insuffisance possible » de ce type de norme pour réglementer les questions qui affectent les droits fondamentaux.

Le rapport, auquel Europa Press a eu accès, commence par anticiper qu ‘ »une série de questions ne seront pas examinées » car « elles nécessitent une étude approfondie qui ne peut plus être abordée » car il s’agit « d’une note urgente ».

Cependant, il évoque parmi ces questions, sans toutefois le développer, «le problème de l’insuffisance éventuelle ou gamme inadéquate de la norme utilisée (décret-loi) pour réglementer une question comme celle-ci, qui affecte les droits fondamentaux ».

Il note également, dans le cadre des questions sur lesquelles il ne se prononcera pas, « la problème de constitutionnalité de la position institutionnelle dans laquelle se trouvent les cours de justice, comme une sorte de co-participants exécutifs au processus d’adoption des mesures administratives, à la manière de compétences administratives partagées ».

Réaction législative

Ce qu’il dit expressément, c’est que ce décret-loi «est présenté, implicitement mais clairement, comme une réaction législative contre l’interprétation jurisprudentielle du cadre juridique antérieur».

En ce sens, il rappelle que dans une récente ordonnance du 24 mars 2021, la Haute Cour a expliqué « de manière largement argumentée » que contre les décisions des Cours supérieures de justice (TSJ) et du Tribunal national ayant rejeté ou autorisé la mesures sanitaires « il n’y a eu aucun appel ».

Ayant fait ce préambule, il plonge dans une série de considérations «de nature purement procédurale» pour «révéler quelques doutes d’ordre procédural qui, déjà dans une première impression, soulèvent la lecture de la modification de la loi du contentieux-administratif Juridiction (LJCA) qui vient d’être exploitée. « 

Unification de la doctrine?

Plus précisément, le Cabinet technique prévient que, bien que le décret-loi stipule que la Cour suprême « fixe la doctrine » avec ces résolutions, « il faut tenir compte du fait que cela peut ne pas arriver« .

Précisément, la nécessité d ‘ »unifier la doctrine » était l’une des raisons pour lesquelles le premier vice-président du Gouvernement, Carmen Calvo, a-t-il brandi lors de la conférence de presse après le Conseil des ministres de mardi dernier -lorsque le décret-loi a été approuvé- pour en justifier la nécessité afin d’éviter la situation survenue après le premier état d’alerte, avec des avis judiciaires contradictoires sur des les mesures.

À cet égard, le rapport explique qu’il peut arriver que, étant donné que le traitement préalable est supprimé Afin de déterminer si les conditions légales d’admission de l’appel sont remplies, c’est la Chambre contentieuse administrative de la Cour suprême elle-même qui établit dans sa résolution qu’il devrait être irrecevable pour cette raison ou parce qu’il n’y a aucun intérêt à faire appel « – par exemple parce que c’est « une affaire purement matière » – et ne pas étudier ou se prononcer sur le fond de la question.

À cet égard, il regrette que Éliminer la phase de préparation de l’appel devant la Cour suprême ou la Cour nationale, permettant sa présentation directe devant la Cour suprême, ce qui « soulève de nombreuses questions et problèmes pratiques » se référant surtout à l’impossibilité de filtrer ces exigences légales et à l’intérêt de la cassation.

Délais courts mais extensibles

De même, il exprime des doutes sur la possibilité réelle de pouvoir respecter les délais établi par le décret-loi, qui sont plus courts que les habituels, et la Cour suprême doit le résoudre en huit jours environ, en ajoutant les trois pour transférer les parties à plaider et les cinq suivants pour que la Cour suprême statue.

<< Si, comme il faut le craindre, les litiges dans cette affaire se multiplient, il sera très problématique de résoudre les appels dans un délai aussi court, étant donné que la Cour suprême aura accès, probablement à des dates coïncidentes, aux appels de toutes les juridictions inférieures de cet ordre juridictionnel contentieux-administratif », prévient.

Il met également sur la table la possibilité que ces huit jours puissent être prolongés, le décret-loi ne précisant pas si les trois jours qui sont donnés aux parties pour faire des allégations sont effectifs ou naturels. « Il faudra comprendre que ce sont des jours ouvrables », conclut-il. Dans le même ordre d’idées, elle souligne que la loi n’exige pas – comme il est d’usage en cassation – qu’une ressource de réapprovisionnement mais elle ne l’interdit pas non plus, de sorte que si elle était présentée, elle pourrait prolonger encore les délais de résolution.

Le rôle du procureur

Un autre des points mis en exergue par le Cabinet technique est que le décret-loi permet à l’Administration générale de l’Etat (AGE) de faire appel, « si l’objet de l’autorisation ou de la ratification avait été une mesure adoptée par une autorité sanitaire d’un domaine autre que l’État, conformément à actions coordonnées en santé publique déclaré par le Ministère de la Santé, dans son cas, accord préalable du Conseil Interterritorial du Système National de Santé « .

<< Tout d'abord, la question se pose de savoir si cette entrée dans la procédure du procureur de la République n'est, semble-t-il, que pour la phase de cassation, ou s'il faut comprendre que, dans ces cas, il serait nécessaire de la donner, auparavant, le statut de partie dans l'instance ", elle expose avant de soutenir qu'elle" doit être écartée "car ce type d'autorisation judiciaire" n'envisage pas plus d'intervention que celle de l'administration auteur de l'acte et du procureur.

Il ajoute en outre que « l’attribution hypothétique d’une telle faculté semble très difficile à réconcilier avec la logique juridique de la cassation « , puisqu’elle inciterait le procureur de la République à formuler de nouvelles questions et à remettre en cause les faits constatés comme prouvés en Cour suprême ou devant la Cour nationale », alors que ce qui est voulu en cassation est, en réalité, discutez simplement de l’évaluation casustique des circonstances factuelles de l’affaire. « 

Par conséquent, elle rejette les deux possibilités. Un « troisième problème » qui se pose « est celui de savoir si l’avocat de l’État pourrait comparaître en cassation non pas en tant que requérant, mais en tant que requérant », car si « il est entendu qu’il devrait pouvoir discuter l’ordonnance qu’il considère comme contraire à une loi, il semble que logiquement, il devrait être autorisé à comparaître en cassation s’il en comprend autrement, c’est-à-dire s’il estime que l’ordonnance est conforme à la loi, et a donc un intérêt en s’opposant à un éventuel recours « .

Surcharge de travail

Cependant, il soutient que «la réforme ainsi introduite va avoir un impact très significatif sur la troisième chambre de la Cour suprême « et prévoit que » la section chargée de traiter et de résoudre ces appels aura très probablement besoin de Assistance au cabinet technique, afin de respecter les délais « , pour lesquels il juge » urgent « de se doter de » ressources personnelles et matérielles « , dénonçant que son personnel est déjà » saturé de travail « .

Il recommande également de constituer une nouvelle section qu’il soit spécifiquement dédié à ces ressources, en soulignant que de cette manière il contribuera à «l’uniformité» de leur étude, puisque actuellement les ressources sont réparties en vertu de l’organe qui délivre l’acte attaqué, «qui peut varier selon chaque communauté autonome »,« puisque les mesures sanitaires concernées peuvent provenir de différents conseillers ».

Vous pourriez également aimer...