La Cour suprême ratifie les peines de deux anciens chefs d’accusation d’Aena pour avoir lié 22 contrats avec le complot Grtel

Confirme cinq ans de prison pour un ancien responsable de la communication de l’entité et un de ses subordonnés, et six ans et trois mois pour Francisco Correa

Francisco Correa, à son arrivée au procès pour la cause principale de l'affaire G
Francisco Correa, à son arrivée au procès de la cause principale de l’affaire Grtel, en 2017.JAVIER BARBANCHO

La Cour suprême a entériné les condamnations prononcées par l’Audiencia Nacional dans l’enquête sur les contrats noués entre Aena et la Parcelle de Grtel entre 2000 et 2002. La Haute Cour n’a que légèrement réduit la peine à deux des quatre condamnés en appliquant la circonstance atténuante de retard injustifié.

Dès lors, les condamnations à cinq ans de prison pour l’ancien directeur de la communication d’Aena deviennent des signatures. Ange Lopez de la Mota et son subordonné Jos Mara Gavarri, que Francisco Correa avait rencontré lorsqu’ils travaillaient au bureau de presse du PP.

Les condamnations pour corruption passive, falsification et fraude à l’encontre des administrations publiques entraînent également 14 ans de disqualification et des amendes de 95 000 et 168 000 euros, respectivement. La Cour suprême n’abaisse pas leur prison ou leurs amendes malgré les retards dans l’affaire car dans leur cas les peines étaient déjà imposées à leur seuil minimum.

Quant au chef du complot corrompu, la peine passe de six ans et neuf mois à six ans et trois mois. Dans son cas, en raison d’un crime continu de corruption active, de fraude contre les administrations publiques, de falsification et de falsification de documents commerciaux. De même, le bénéfice qu’elle a obtenu à la suite des contrats attribués irrégulièrement par Aena à ses sociétés est confisqué, qui s’élevait à 2,2 millions d’euros. L’amende passe de 654 000 euros à 265 000 euros, toujours en raison de retards.

À Jos Luis Izquierdo López, ancien comptable du groupe de sociétés Correa, est maintenu en prison pendant trois ans et trois mois, bien que l’amende soit réduite (de 654 000 euros à 131 750) pour corruption active et falsification d’un document commercial.

Argent et services privés

La condamnation, dont le magistrat Pablo Llarena a été l’orateur, souligne que la Cour nationale a déclaré prouvé que les deux positions d’Aena ont convenu avec Correa « l’attribution irrégulière d’un total de 22 contrats de l’entité publique AENA pour réaliser des événements ou participer à des Salons, le tout en échange de la réception d’espèces ou de certains services d’une nature particulière ».

Elle ajoute que, bien que l’étendue des dommages spécifiques subis par Aena n’ait pas été quantifiée, « la vérité est que les faits avérés proclament que la plupart des contrats ont été attribués avec une surtaxe de marché et des pourcentages de profit très considérables pour les soumissionnaires retenus, payant des factures dans lesquelles les prestations effectuées, les unités de travail exécutées ou les prix unitaires pour chaque article facturé n’étaient pas détaillés ou ventilés. Et tout cela en échange de commissions illicites qui se répercutent sur le prix avec des frais supplémentaires « .

Les magistrats entérinent le raisonnement de l’Audience pour condamner certains contrats « aux marges bénéficiaires disproportionnées » qui ont permis « un enrichissement notable » des sociétés de Correa et qui se sont accompagnés de récompenses financières pour les deux prévenus d’Aena.

Vous pourriez également aimer...