La Cour suprême rejette la première expulsion de l’une des 3000 maisons protégées vendues à un fonds d’investissement

La Plénière de la Chambre Civile rappelle que la vente par IVIMA a été annulée par la Justice et donc le fonds n’est plus le propriétaire de l’appartement

Le président de l'association

La présidente de l’association des personnes touchées par la vente des maisons Ivima, Sonia Martnez Aguilar, dans la commission d’enquête sur la question à l’Assemblée de Madrid.
LE MONDE

La Cour suprême a rejeté l’expulsion de l’une des près de 3000 logements protégés que l’Institut du logement de Madrid (IVIMA) a vendu en 2013 à un fonds d’investissement.

La décision a été prise par la session plénière du Chambre civile, qui s’aligne sur le défenseur public qui a porté l’affaire devant la société Encasa Cibeles. Les huit magistrats rappellent que la vente a été annulée par le juge, décision qui est ferme car une autre Cour suprême a rejeté le recours contre la décision. Cette nullité signifie que le fonds ne peut plus être considéré comme propriétaire ou bailleur du bien et, par conséquent, ne peut réclamer l’expulsion du locataire.

Le cas étudié, le premier du genre concernant la vente de l’Ivima, concerne un plancher de protection du public de 42 mètres carrés avec un garage et un débarras que la municipalité a loué à un Madrid en 2009. C’était l’une des 2 935 maisons qui en octobre 2013, a été vendue au fonds qui, en 2016, a approché le locataire pour lui indiquer qu’il mettait fin au contrat. La partie touchée a refusé de quitter l’appartement et la société a lancé la procédure d’expulsion.

Le locataire n’a pas reconnu le fonds comme étant le propriétaire, arguant que la transaction de vente était en cour et était susceptible d’être annulée. En outre, elle a indiqué que selon la réglementation applicable, la période de location était renouvelable tous les deux ans, non pas un, et que, par conséquent, dans son cas, elle ne pouvait pas être considérée comme remplie.

Le tribunal de Madrid a rejeté la demande d’expulsion, soutenant que la norme n’autorise pas la résiliation du contrat dans le délai indiqué par le fonds. L’appel de la société devant la Cour provinciale a également été rejeté pour cette raison.

Maintenant, la Cour suprême clôt l’affaire sans remettre en question la question des délais. Les magistrats concluent que l’appel qui leur est parvenu a été présenté par quelqu’un qui ne peut plus être considéré comme le propriétaire de l’appartement, il doit donc être rejeté. Le fonds a tenté en vain de convaincre la Cour suprême de rejeter l’incorporation dans l’affaire de la sentence annulant la vente d’IVIMA et la décision de la chambre contentieuse administrative de la Cour suprême de ne pas admettre l’appel de la société contre cette décision.

La Plénière de la Chambre civile tient compte de ces décisions et considère « particulièrement pertinent » que les motifs de nullité incluent la doctrine de la Cour suprême selon laquelle le locataire d’un logement protégé « n’est pas indifférent à l’identité du propriétaire, compte tenu des conséquences négatives découlant de la disparition des avantages et des fins sociales inhérents à l’action qui correspond à l’IVIMA « .

L’entreprise s’est présentée comme «propriétaire» de l’immeuble devant la Cour suprême, puisqu’elle était toujours propriétaire inscrite. «La réalité incontestable», répond la Chambre, «est la fermeté du prononcé de la juridiction contentieuse-administrative qui déclare la nullité de l’ensemble de la procédure ayant abouti à l’octroi dudit acte, nullité fondée sur l’absence de justification de la non -nécessité des maisons pour l’accomplissement des buts de l’IVIMA « .

Vous pourriez également aimer...