La Défense n’autorise pas un hommage pour le centenaire de ceux qui sont morts dans la catastrophe annuelle de Melilla

Le Parti populaire et Vox ont organisé des hommages parallèles en l’absence d’actes prévus par l’événement et le « Aide à Melilla » de la Légion

Pablo Casado et Juan Jos
Pablo Casado et Juan Jos Imbroda au Panten de los Hroes de Melilla, en janvier 2019.DAVID MUDARRA
  • Centenaire Cent ans d’Annuel : le désastre d’une guerre en espadrilles

L’absence d’actes officiels a marqué le début de la centenaire du Catastrophe annuelle, la défaite militaire pendant la guerre du Rif qui a mis fin à la vie de plus de 10 000 soldats espagnols -10 973, selon le ‘Fichier Picasso’ – en un peu plus de deux semaines à 60 kilomètres de Melilla en ligne droite.

Étant donné le manque de prévoyance du gouvernement de la ville autonome, également du gouvernement central, le Fête populaire Oui Vox décidé d’honorer les morts par deux actes devant le Panthéon des héros du cimetière de Pursima dans la ville de Melilla. Cependant, le bref manifeste et l’offrande florale ont dû être laissés aux portes de la crypte faute d’autorisation du Commandement général de Melilla. Le même épisode qui s’est produit la semaine précédente lors de la visite à Melilla du chef de l’opposition, Pablo Casado, un lieu dont l’accès a été autorisé le 2 janvier 2019.

« La mairie n’a pas levé le petit doigt pour fêter le centenaire, alors nous sommes allés demander la permission au Commandement général de Melilla et nous avons été négativement surpris par le fait que l’accès au panthéon n’est pas autorisé, alors qu’il y a des visites guidées tous les jours et que nous nous avions été d’innombrables fois« , déclare à ce journal Juan Jos Imbroda, président de la ville autonome pendant 19 ans, actuel leader du PP à l’Assemblée de Melilla et sénateur.

Imbroda rappelle que l’hommage dans la ville a une double importance : la Catastrophe elle-même et celle dite Aide à Melilla, le siège implacable du Rifei mené par Abd el-Krim à la ville pendant les jours qui ont suivi la Légion, un hôte fatigué qui a voyagé 100 kilomètres à pied à marches forcées. « C’est la première fois politique sectaire avec les victimes d’Annual », assure Imbroda, qui attribue le refus au manque de prévoyance des gouvernements autonomes et centraux. « Ils n’ont pas donné de raisons : ils nous ont dit qu’on n’y a pas accédé, point final », affirme-t-il.

EL MUNDO a eu accès à l’échange de messages entre le directeur du Parti populaire et la Comandancia de Melilla dans lequel ce dernier communique qu’« après avoir soulevé leurs demandes pour notre Chaîne de commande, nous venons d’être informés de la pas d’autorisation pour de telles visites au panthéon susmentionné, « sans en préciser la raison ».C’est le ministère de la Défense qui a dû dire non, le Commandement n’a eu qu’à croiser les messages vers le haut », explique le chef populaire.

Fadela Mohatar Maann, député populaire à l’Assemblée de Melilla, il prétend que les déchus « Ils ont aussi donné leur vie pour l’intégrité territoriale de Melilla » et qu' »il n’est pas compréhensible qu’ils ne nous laissent pas célébrer une chose aussi normale ». Aussi, assure-t-il que « ce n’est pas en danger d’Atapuerca, la crypte est ouverte aux visites guidées tous les jours et il n’y a aucun danger avec la sauvegarde et la protection de la Commanderie. »

IL Y AVAIT D’AUTRES PLANS

Cependant, il y avait un certain nombre d’actes prévus par le État-major de l’armée avant la pandémie. Une circulaire de Mars 2019 (Circulaire 03/2019 du Centenaire émise par l’EME) a ​​envisagé la célébration de l’anniversaire dans le cadre d’un plan intense avec 159 activités programmées pour le centenaire aussi de la fondation de la Légion dans toutes ses unités militaires et tiers. Enfin, presque tout a été réduit à l’acte tenu en Viateur (Almera), base du troisième « Jean d’Autriche », 3 de la Légion, du 20 septembre dernier. Une cérémonie présidée par le Le roi Felipe VI, le ministre de la Défense, Marguerite Robles, et le chef d’état-major de l’armée, le général Francisco Javier Varela Salas.

La circulaire envisageait la commémoration de la Aide à Melilla avec un acte en Rond, avec la course Civile-Militaire de 101 kilomètres de la Légion qui inspire l’exploit ; et avec la clôture du centenaire avec un autre acte en juin, cette fois, dans la ville de Melilla et son siège, « commémoration du fait héroïque de l’événement Terrero« . Immergé dans un crise diplomatiqueNi les gouvernements espagnol ni marocain n’ont prévu à leur agenda de se souvenir de la catastrophe annuelle.

Vous pourriez également aimer...