La division de Por Andaluca et Adelante Andaluca rejoint la gauche dans une « destruction »

L’espace à gauche du PSOE s’écrase: Inma Nieto remporte cinq sièges et Teresa Rodríguez en obtient deux, loin du 17 de 2018

Por Andaluca blâme les sondages et les médias pour les résultatsLE MONDE (Vidéo) // EFE (Photo)

Les prévisions étaient sombres, mais pas aussi sombres que les résultats. La gauche au-delà du PSOE paie cher la fragmentation résultant de ses luttes internes et subit une débâcle colossale dans un fief historique, preuve du revirement sociologique qu’elle vient de connaître Andalou.

Pour l’Andalousie, la coalition formée par Podemos, IU et Mme Pas, et parrainée par Yolanda Díaz, disposera de cinq sièges au Parlement régional. De son côté, Adelante Andaluca, dirigée par Teresa Rodríguez -l’ancienne dirigeante de Podemos en Andalousie-, aura deux adjoints. Une destruction électorale, comme décrit de Por Andaluca.

Il y a tout juste un mois, la coalition dirigée par Inma Petit-fils géré en interne le décompte de 12 à 13 parlementaires. Rien n’est plus éloigné de la réalité : même la somme avec Adelante Andaluca ne se rapproche pas de tels chiffres. L’espace que les deux formations représentent avait 17 sièges et maintenant il y en aura sept. Tu dois tourner les yeux 2008 de trouver un résultat aussi bas pour l’alternative au PSOE de gauche, quand IU a remporté six sièges.

Le manque d’unité a pénalisé à la fois Inma Nieto et Teresa Rodríguez. Por Andaluca (au terme de cette édition, 281 000 votes) et Adelante Andaluca (168 000) n’ont pas égalé les 586 000 votes obtenus avant la rupture des violets dans la région. En fait, Vox, avec seulement un point de plus dans le pourcentage des voix (13,46%), obtient deux fois plus de députés (14) que l’espace représenté par l’hypothétique front large que Yolanda Díaz aspire à unir au niveau national.

Daz, forcé d’accepter la défaite

Le résultat andalou compromet en effet inévitablement le deuxième vice-président du gouvernement. En moins de 20 jours, Díaz a lancé son projet politique et pour la première fois – après avoir traversé Castilla y León sur la pointe des pieds en février – il a été activement impliqué dans la campagne du 19-J avec plusieurs actes dans lesquels il a souligné que Por Andaluca est le étape précédente à la création de votre plan. De même, il a soutenu l’élection de la candidate de la coalition, Inma Nieto, de l’IU.

Des sources de Por Andaluca, après avoir admis le coup électoral, ont expliqué que les partis qui composent cette coalition sont obligés de faire une réflexion générale dès maintenant et d’étudier pourquoi l’implication de Díaz, le plus grand atout politique que la gauche a à la gauche du Le PSOE, n’a pas réussi à mobiliser l’électorat progressiste andalou traditionnel.

La radiographie territoriale des deux partis est sombre : les gauches n’ont pas obtenu de député à Almera, Huelva (pour Andaluca c’était un peu plus de 600 voix) ni Jan ; Pour l’Andalousie, il obtient un siège pour Cadix, Cordoue, Grenade, Malaga et Séville. Ainsi, les leaders régionaux de Podemos (Juan Antonio Delgado, pour Cdiz) et Mme Pas (Esperanza Gmez, pour Séville) obtiennent une représentation au Parlement. Adelante Andaluca obtient un siège pour Cdiz (où elle bat Por Andaluca de près de 3 000 voix) et aussi pour Séville.

De Por Andaluca, ils ont averti à midi que les données de participation n’étaient pas décisives pour assurer un résultat optimal pour la gauche et ont montré une incertitude quant à un éventuel ralentissement dans l’après-midi en raison de la chaleur, de la plage et des embouteillages sur le chemin du retour vers le principal. capitales provinciales. Malgré le fait que le vote ait effectivement ralenti dans les dernières étapes de la journée, la participation n’a pas sauvé les résultats de la gauche, qui sont revenus à un niveau presque testimonial qui rappelle les années de bipartisme.

Nieto blâme Rodríguez… et les sondages

L’autocritique, mais aussi pointant vers des facteurs externes. Inma Nieto a accusé les sondages publiés pendant la campagne d’avoir créé l’idée impossible à renverser que Moreno serait président sans alternative au changement. La vérité est que la participation a augmenté par rapport à 2018, mais la mobilisation n’a pas profité à la gauche. Il a également accusé Teresa Rodríguez d’avoir empêché l’espace de la gauche radicale de s’unifier aux urnes. L’unité était essentielle, a reproché la dirigeante de Por Andaluca, qui a admis que le résultat obtenu est loin de l’objectif affiché et que son projet a besoin de plus de temps, dans une référence claire au développement qui est désormais entre les mains de Yolanda Díaz. Rodríguez, pour sa part, a évité de mentionner Nieto et a célébré que Vox n’était pas entré au Conseil. Allumer la lumière, c’est chasser les monstres, lança-t-il.

Vous pourriez également aimer...