La frontière de Tarajal à Ceuta rouvre plus de deux ans après

De nombreuses personnes bloquées après la fermeture en 2020, munies d’un passeport en cours de validité, attendaient le moment de traverser et de revenir avec leur famille

un grand non
ANTONIO SEMPERE
  • Diplomatie Le gouvernement voit un « bilan bénéfique » avec le Maroc un an après la crise de Ceuta

Depuis les premières heures de lundi après-midi, de nombreuses personnes s’approchent des abords de la frontière de la Tarajal pour voir de près comment se déroulent les travaux, contre la montre pour que les portes du passage frontalier s’ouvrent à 00.

De nombreuses personnes bloquées après le bouclage il y a deux ans, munies d’un passeport en cours de validité, attendaient le moment de traverser et de revenir avec leurs proches. Le ministère de l’Intérieur a préparé un important dispositif de sécurité pour qu’à minuit le mardi tout soit prêt et que cette journée puisse se dérouler sans aucun type d’incident.

Le dispositif de contrôle de l’entrée des personnes a été renforcé par des agents du commissariat étranger arrivant de Madrid.

Il y a eu beaucoup de désinformation et les dates données par divers médias au cours de ces deux années sur l’éventuelle ouverture de la frontière qui sépare Ceuta depuis Marocmais ce n’est que ce samedi qu’elle est devenue officielle avec la publication de deux arrêtés ministériels au BOE qui ont rendu définitive l’ouverture de la frontière avec le Maroc dans les villes autonomes.

ANTONIO SEMPERE

est également venu un équipe de soins de santéCroix Rouge rester au poste frontière 24 heures sur 24 pendant trois mois. Il s’agit d’un dispositif de santé préventif, « et en partie nous serons responsables des lectures des codes QR des tests de diagnostic », a confirmé Isabelle Braséroporte-parole de la Croix-Rouge espagnole à Ceuta.

La déléguée du gouvernement a visité les installations quelques minutes avant l’ouverture où elle a rencontré le chef supérieur de la police nationale à Ceuta, Javier Nogueroles, à voir sur le terrain le déploiement policier qui a rendu possible la réouverture après deux ans de fermeture en raison de la pandémie.

À 00h00, les portes du col de Tarajal ont été ouvertes où plusieurs personnes attendaient déjà avec l’intention de passer de l’autre côté « Nous n’avons pas pu visiter nos familles depuis deux ans, maintenant nous allons y entrer même si c’est juste pour sentir l’odeur du Maroc » dit une jeune femme quelques minutes avant de pouvoir passer de l’autre côté. D’abord, quelques motos étaient déjà dans les stands mis en place par le Gendarmerie nationale Pour le contrôle documentaire, après avoir passé le processus de sortie, ils se sont rendus dans la zone d’entrée où se trouvent les autorités frontalières marocaines. Quelques minutes plus tard, les premiers véhicules ont été autorisés à traverser et, environ 10 minutes plus tard, les premières personnes sont entrées en Espagne depuis le royaume alaouite.

ANTONIO SEMPERE

Des centaines de personnes sont venues à la frontière d’El Tarajal pour célébrer l’ouverture de la frontière, qui est à nouveau ouvrir après deux ans, deux mois et quatre jours. Les acclamations et chants de joie ils ne se sont pas arrêtés puisque quelques minutes avant minuit s’ouvrent les portes des portes bleues qui permettent aux premières personnes de passer de la cité autonome. Aux portes de la frontière ils se sont formés parmi la foule deux queues, une à gauche des « curieux », les gens qui n’étaient que spectateurs, et une autre à droite, beaucoup plus petite, de ceux qui ne pouvaient pas attendre une minute de plus pour retrouver leur famille. « Je vais voir la famille, ma mère, ma grand-mère, ma tante. Je ne les ai pas vues depuis deux ans », a-t-il déclaré. Mahometun jeune homme acclamant de joie.

Il y avait aussi des familles entières, Samira Elle était parmi les premières de la lignée avec ses quatre jeunes enfants. Elle est d’Alicante mais est à Ceuta depuis quelques années : « Nous allons voir ma belle-mère par surprise, elle ne sait pas, elle va pleurer », nous dit-elle, ne pouvant ou ne voulant pas cacher son bonheur. Chargée de valises, cette femme a osé passer la frontière tôt le matin, son mari est à Malaga pour travailler mais elle n’a pas pu attendre le lendemain. Parmi ses enfants, il y a un bébé de neuf mois qui ne connaît toujours pas une grande partie de sa famille, celle qui est de l’autre côté et avec qui il va faire de belles retrouvailles aujourd’hui.

Les travailleurs frontaliers devront attendre pour entrer à Ceuta jusqu’au 31 mai prochain.

Désormais, il ne reste plus qu’à connaître les termes de l’accord qui réglementera la création de douanes commerciales afin que les marchandises puissent transiter vers et depuis l’Espagne.

Vous pourriez également aimer...