La gauche abertzale intègre le dernier chef de l’ETA à parvenir à la « libération nationale » d’Euskal Herria

Près de 89% des militants de Sortu approuvent l’incorporation de David Pla à la direction du parti dirigé par EH Bildu

David Pla (à droite), au congrès de Sortu à Bilbao.
David Pla (à droite), au congrès de Sortu à Bilbao.Corral de PatxiPRESSE ARABE
  • Terrorisme Consuelo Ordóñez dénonce « les portes tournantes de l’ETA » en raison de la présence de Pla à Sortu
  • la chronique Le dernier chef cagoulé d’ETA apparaît dans Bildu

David Pla, le dernier chef de l’organisation terroriste ETA, a rejoint à la tête du cadre d’orientation stratégique de Sortu, le parti promu par la gauche abertzale après la mise hors la loi de Herri Batasuna. Pla, qui a également participé aux négociations avec le gouvernement de Rodríguez Zapatero et lu la déclaration sur la fin du gang en 2011, fera partie d’un exécutif qui entend battre le PNV aux urnes dans le cadre d’un processus de « libération nationale » dans laquelle appelle à la création d’un « Etat ». 89% des militants de Sortu ont entériné leur incorporation à la direction du parti.

Des dizaines d’ikurriñas et de drapeaux de Navarre flottant dans les gradins du fronton de Bizkaia ont accompagné les applaudissements pour la direction remaniée de Sortu. Le secrétaire général, Arkaitz Rodriguez, a commencé son discours par une référence aux prisonniers de l’ETA, se félicitant parce qu’il n’y a plus de prisonniers du gang au premier degré et parce qu’il y a des approches des prisons basques, mais il a exigé une « solution globale et définitive à la question de Les prisonniers ».

Rodríguez a également rappelé l’engagement pris dans la soi-disant déclaration d’Aite du 18 octobre : « les victimes, toutes les victimes, doivent être reconnues et réparées ».

Sortu, parti fondateur de EH Bildu avec Eusko Alkartasuna Oui Alternative, a clôturé son troisième congrès avec un engagement sans équivoque en faveur de la participation institutionnelle et dans le but d’élargir le soutien électoral à la coalition nationaliste dirigée par Arnaldo Otegi, présente à cet événement auquel ont participé 800 membres et invités.

« L’Euskal Herria est une nation et elle doit pouvoir décider librement et démocratiquement de son avenir », a déclaré Rodríguez, appelant ses affiliés à poursuivre un processus de « libération nationale » tant dans les institutions que dans la rue.

Sortu continue de parier sur EH Bildu comme instrument politique pour devenir une alternative politique au PNV en Euskadi et en Navarre. « Un large front pro-souveraineté et progressiste qui mène ce pays vers un avenir de souveraineté et de justice sociale », a affirmé Rodríguez, un parlementaire basque et représentant d’une génération qui remplace les membres historiques de la gauche nationaliste tels que Rufi Etxebarria ou Rafa Diez Usabiaga qu’ils ne continueront pas en direction de Sortu après ce congrès.

La gauche abertzale Basque entend faire sa « révolution » en « entreprenant des propositions concrètes et des luttes capables d’améliorer les conditions de travail et de vie des majorités sociales ici et maintenant », Rodríguez a ratifié l’opposition frontale de Sortu à la réforme du travail convenue par la vice-présidente Yolanda Díaz , le syndicats et la CEOE. Le leader de Sortu a qualifié le contenu du décret qui doit être validé par le Congrès de « tentative honteuse de pérenniser la réforme du travail du PP ».

« Nous sommes nés pour gagner »

Au cours des quatre prochaines années, Sortu développera le contenu de son Papier Herrigaria dans lequel l’objectif d’indépendance est maintenu comme un instrument pour activer les transformations sociales. « La révolution exige de défendre le droit à l’autodétermination et la souveraineté des peuples comme synonyme de capacité politique pour pouvoir mener à bien une profonde transformation sociale », a souligné Rodríguez.

le leader de la gauche abertzale Basque a tenu pour acquis que, comme l’indiquent les sondages électoraux, EH Bildu augmentera son soutien électoral lors du prochain cycle électoral dans les années 2023 et 2024 avec des élections locales et régionales. « Nous faisons un pari clair que EH Bildu gouverne le plus grand nombre possible d’institutions, parce que c’est bon pour le peuple, c’est bon pour le processus de libération », a déclaré Rodríguez qui, à la fin de son discours, a encouragé leurs dirigeants et membres avant le cycle électoral imminent. « Nous ne sommes pas nés pour résister, pas même pour répondre ; nous sommes nés pour gagner, et nous allons gagner », a déclaré Rodríguez.

Vous pourriez également aimer...