La Gauche unie accuse Zelensky de « gestes anti-démocratiques » avant son discours au Congrès

Ministre Alberto Garz
Ministre Alberto Garzn, ce week-end à Cordoue.EPE
  • politique L’Espagne expulse 27 diplomates russes car « ils représentent une menace pour la sécurité » et Moscou annonce « une réponse correspondante »

Quelques minutes avant que Volodmir Zelensky ne s’adresse au Congrès des députés, la Gauche unie a accusé le président ukrainien d’avoir des « gestes anti-démocratiques », évoquant la « suppression » de onze partis politiques en Ukraine dans le cadre de la loi martiale appliquée en ces dernières semaines à la suite de l’invasion russe.

« La suppression de l’activité de 11 partis politiques viole les droits civils du peuple ukrainien et s’ajoute à l’interdiction du Parti communiste et à l’attaque contre les syndicats lancée par Porochenko », a déclaré l’un des partis qui font partie du gouvernement de Pedro Sánchez à travers la coalition United We Can. « Ces gestes anti-démocratiques sont inacceptables dans un pays candidat à l’UE. »

position « critique » du parti

Le message du parti coordonné par le ministre de la Consommation, Alberto Garzn, a été publié sur les réseaux sociaux une heure après l’intervention de Zelenski avant le début de la Chambre basse. De la formation, il a été fait remarquer que le « respect institutionnel » que le parti aura ce mardi devant le président ukrainien est compatible avec la « condamnation » de certaines mesures adoptées ces dernières semaines.

« Notre position sur certaines des mesures prises par Zelenski est critique, et le respect institutionnel ne signifie pas que nous ne les condamnons pas », lit-on dans le communiqué.

Ce n’est pas la première fois qu’IU se démarque concernant le conflit ukrainien. Le 1er mars, le parti n’a pas condamné à Bruxelles la résolution par laquelle il demanderait aux organisations européennes « d’accorder à l’Ukraine le statut de candidat à l’Union européenne ». Quelques jours avant, lorsque l’invasion a eu lieu, des responsables de l’IU, dont Alberto Garzn, ont accusé l’OTAN, la considérant comme un « facteur déstabilisant », c’est pourquoi sa dissolution a été demandée.

Pour le parti, la seule voie pour parvenir à la fin du conflit passe par « une solution diplomatique » et par l’activation « d’un système européen de sécurité collective ». « Nous exigeons que l’Espagne et l’UE accompagnent les négociations entre les parties et continuent à garantir l’accueil des réfugiés », règle le texte publié par IU.

Le CUP empêche la déclaration institutionnelle

Pendant ce temps, la tentative de faire passer une déclaration institutionnelle pour que le Congrès qualifie l’action russe contre l’Ukraine de « crimes de guerre » a échoué. Cela a été transmis par Edmundo Bal, porte-parole parlementaire de Ciudadanos, un parti qui avait porté cette demande à la Chambre basse.

Selon Bal, le seul groupe qui a refusé de soutenir cette déclaration a été le CUP, c’est pourquoi il a refusé. Une attitude que le porte-parole d’orange a reprochée et regrettée, d’autant plus que ce manque d’unité se produit parallèlement à l’intervention de Zelenski.

« Quelques heures après l’intervention du président Zelenski au siège de la souveraineté nationale, le CUP empêchera une déclaration institutionnelle d’aller de l’avant afin que le Congrès puisse qualifier les atrocités de Poutine contre le peuple ukrainien de crimes de guerre. Dommage », a-t-il déclaré.

Vous pourriez également aimer...