La Generalitat protège le directeur de l’institut qui refuse d’appliquer la peine de 25% d’espagnol

Casado demande à Sánchez d’exiger le respect de la décision et d’appliquer 155 si le gouvernement ne rectifie pas

Entrée de l'institut Lacet
Entrée de l’institut Lacetnia.Pierre salé /RABA PRESSE
  • éducation Un institut à Manresa, le premier à refuser de se conformer à la peine 25% de castillan par « indication » du gouvernement

La Generalitat soutient le refus du directeur de l’institut Lacetnia de Manresa de mettre en place 25% d’heures d’enseignement en espagnol dans son école conformément à l’arrêt de la Cour suprême, pour répondre à la demande du père d’un de ses élèves.

Les projets éducatifs ne peuvent pas être modifiés du simple fait qu’une famille en fait la demande, s’est défendu le ministère de l’Éducation après que EL MUNDO ait révélé que le responsable du centre éducatif avait rejeté la demande d’une famille de se conformer en temps voulu à l’arrêt du Tribunal de grande instance.

Le gouvernement retrace l’argument qu’il utilise depuis qu’en novembre la Cour suprême a rejeté l’appel de la Generalitat contre la décision du Tribunal supérieur de justice de Catalogne (TSJC) qui a fixé 25% des heures en espagnol dans toutes les écoles et consacré, ainsi, ce quota obligatoire d’espagnol. Cependant, le ministère de l’Éducation allègue que le directeur de l’institut Lacetnia, Francesc Delis, ne désobéit à aucune décision parce que le père qui a demandé l’enseignement bilingue pour sa fille n’a pas suivi les voies habituelles pour le faire, c’est-à-dire déposer une demande auprès du ministère de l’Éducation et poursuivre l’affaire en cas de réponse négative.

La famille plaignante a présenté directement à l’école un cas dans lequel elle a constaté que l’école ne se conformait pas à la décision de la Cour suprême qui dicte 25 % d’heures en espagnol et a demandé qu’elle continue à le faire, en fournissant comme document à l’appui de leur réclamer l’échec judiciaire.

Le directeur du centre – qui a refusé d’assister à ce journal – a répondu que l’institut suit les instructions que le ministère de l’Éducation fixe à cet égard. C’est pourquoi je décide de continuer avec les critères linguistiques appliqués jusqu’à présent au centre.

Face au premier refus connu et documenté d’une école de Catalogne de se conformer à 25% d’espagnol après la condamnation, le leader du PP, Paul marié, a demandé au président du gouvernement, Pedro Sánchez, d’exiger le respect et, en cas de rébellion de la part de la Generalitat, d’appliquer l’article 155 de la Constitution pour assumer les pouvoirs éducatifs en Catalogne et exécuter la décision de justice.

Il est très inquiétant non seulement qu’un institut se déclare en rébellion contre une condamnation, mais aussi que le ministre de l’Éducation et le président de la Generalitat se soient déclarés par contumace avant la condamnation et que le gouvernement l’autorise, affirme le chef des rangs du populaire.

Dans le même ordre d’idées, le porte-parole de Ciudadanos au Parlement, Nacho Martin Blanco, considère qu’il est intolérable que la Generalitat ordonne aux centres de ne pas se conformer à une décision de justice consolidée. Cela ne peut se produire que dans une communauté autonome où la loi est lettre morte parce que la Generalitat l’entend ainsi. Le gouvernement espagnol ne peut pas continuer à détourner le regard, prévient-il.

Vox, de son côté, étudie déjà des mesures judiciaires à l’encontre de ceux qui, par action ou omission, ne respectent pas la peine des 25%, comme l’a annoncé son porte-parole pédagogique Manuel Acosta, qui rappelle que nul n’est au-dessus des lois ; ni un directeur d’institut, ni les conseillers de la Generalitat.

Qu’une décision de justice ne soit pas respectée est une aberration démocratique de premier ordre, mais ce qui est vraiment grave, c’est qu’on a affaire à un directeur de centre éducatif qui va à l’encontre des intérêts de ses élèves. ne peut être accepté. Un directeur doit œuvrer pour une meilleure qualité d’enseignement dans son centre. Et, finalement, ce qui se passe en Catalogne, c’est que les familles ont dû réagir face à leur propre gouvernement. La seule chose qu’ils demandent, c’est le respect d’une loi sur l’éducation que leur gouvernement a décidé d’appauvrir. C’est le plus gros coup de pied qu’un gouvernement puisse faire. Aller à l’encontre d’une qualité d’enseignement supérieure, réfléchit-il veille parera, leader de la nouvelle formation constitutionnaliste catalane, Valents.

Vous pourriez également aimer...