La guerre des ratios: enseignants contre autonomes lors de la rentrée scolaire en septembre

Samedi,
13
juin
2020

02:07

Tous les syndicats sont contrariés par Cela parce qu'il n'oblige pas les conseillers autonomes à baisser le nombre d'élèves par classe

Un enseignant met les tables pour garder la distance de sécurité ...

Un enseignant met les tables pour maintenir la distance de sécurité dans une école de Torrejn de Ardoz (Madrid).
EFE

En planifiant le retour en classe pour septembre, il y a un conflit ouvert entre les enseignants et les gouvernements régionaux en raison du protocole de sécurité contre Covid-19. Les premiers exigent que le nombre d'élèves par classe soit réduit pour éviter une éventuelle contagion. Ces derniers préviennent que cette mesure implique la création de nouveaux groupes, la création d'autres espaces et l'embauche de plus de personnel, avec les difficultés organisationnelles et budgétaires que cela implique. Entre les deux, la ministre Isabel Cela, qui a tenté de conjuguer les intérêts des deux, mais qui, après sa rencontre jeudi avec les conseillers régionaux, a déclenché la rébellion des enseignants. C'est la guerre des ratios.

Les syndicats disent avoir été stupéfaits cette semaine du relâchement de Cela en termes de distance interpersonnelle (de deux à 1,5 mètres); élèves par enseignant (de 15 à 20); utilisation de masques (à l'exclusion des enfants de moins de 10 années), et toute la fréquentation scolaire (il n'y aura pas de fréquentation mixte). Ils accusent le ministre d'avoir cédé à la pression régionale et de ne pas garantir un nouveau cap dans des conditions de sécurité totale.

D'autant plus que la réduction du nombre d'élèves par classe est restée en suspens. Cela elle-même a déclaré jeudi, après la Conférence sectorielle, que les ratios resteront les mêmes car ce sont ceux établis par la loi: 25, 30 et 35 étudiants (selon les étapes). Il a assuré que ce qu'il soulève – soulignant beaucoup que c'est une recommandation qui ne lie pas du tout la LACC – ce sont des groupes stables de coexistence d'un maximum de 20 étudiants en charge d'un adulte. Les groupes sont un euphémisme pour éviter de mentionner les ratios, un mot de tabulation qui provoque le rejet de la LACC.

Peu importe ce que vous appelez, si des ratios ou des groupes de coexistence, expriment Maribel Loranca, de UGT. Ce que nous craignons, c'est que dans le protocole que le gouvernement a promis de travailler avec la LACC, les mesures de sécurité, comme les ratios, soient réduites. Nous sommes préoccupés par le fait que l'intention est de retourner dans des centres d'enseignement normaux à un coût minimum.

"Il n'y a pas assez d'argent"

Le contexte de la guerre est économique. Si les groupes d'élèves sont réduits, plus d'enseignants doivent être embauchés. Le gouvernement a mis 2 000 millions d'euros sur la table à distribuer aux universités. Les syndicats estiment qu'il sera nécessaire entre 3,600 et 5.000 millions, donc il ne peut pas trouver l'argent de l'Etat. Les autonomes devront en mettre plus.

UGT, CCOO, STES, CSIF et Anpe Ils sont très contrariés par le ministre. Ils veulent que je protège l'abaissement des ratios dans la loi, de la même manière que le gouvernement l'a fait avec la distance interpersonnelle de 1,5 mètre: l'inclure dans un arrêté royal de respect obligatoire pour tous.

La distance et les ratios doivent être combinés lors du retour en classe. L'accord de Cela avec 15 réalisateurs a été de très peu de choses et il devrait y avoir une réglementation claire, prévient-il Francisco Garcapar CCOO. Selon lui, les conditions de sécurité devraient être les mêmes pour tous dans ce pays, avec des critères applicables par l'ensemble des communautés autonomes. C'est la même chose qu'il dit Mario Gutirrez, du CSIF. La guerre des ratios a uni les sentiments de tous les syndicats.

Les professeurs veulent avoir des certitudes, nous sommes très inquiets. Pourquoi les élèves de moins de 10 ans ne doivent-ils pas respecter la distance sociale et les élèves plus âgés le font? Nicols Fernndez Guisadopar Anpe.

Plus dur montré Jos Ramn Merino, de STES, qui reproche à Cela son incohérence, ses oscillations et son manque de leadership. Le ministre dit une chose et le lendemain une autre. La Conférence sectorielle a été décevante et le gouvernement s'est lavé les mains, en transférant la responsabilité aux communautés autonomes qui, à leur tour, les renverront aux centres. La responsabilité est en place.

Message des recteurs à Castells

Le président de la Crue, Jos Carlos Gmez Villamandos, a répondu hier au ministre Manuel Castells qu'il ne peut pas renoncer à la fréquentation, notamment dans l'enseignement pratique. Castells, contrairement à Cela, est attaché à un système de roulement rotatif: certains élèves à la maison et d'autres en classe. Mais les recteurs sont opposés. Il est impossible que le premier contact de l'étudiant avec l'université soit télématique, a averti Jos Carlos Gmez Villamandos.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Vous pourriez également aimer...