La justice européenne rejette le recours d’Oriol Junqueras contre la perte de son siège

Les magistrats estiment que sa protestation après avoir été remplacé par Jordi Sol « manque de qualité pour agir » et que la décision « n’a produit aucun effet sur sa situation juridique »

Oriol Junqueras, en juillet, à sa sortie de prison
Oriol Junqueras, en juillet, à sa sortie de la prison de Lledoners.PRESSE ARABA
  • Tribunaux Troisième refus de la justice européenne à Oriol Junqueras en moins d’un an
  • Défi de l’indépendance L’Italie suspend le processus de remise de Puigdemont en attendant la décision de la justice européenne

Les Cour générale de justice de l’UE a rejeté le recours déposé l’année dernière par Oriol Junqueras contre la décision du Parlement européen d’élire député européen Jordi Sol après avoir déclaré vacant le siège de dirigeant de l’ERC lors de sa condamnation. Junqueras a été élu aux élections européennes de mai 2019, comme Carles Puigdemont, Toni Comn ou Clara Ponsat, mais contrairement à eux il n’a pas quitté l’Espagne, il a été arrêté et condamné, et il n’a jamais pris sa place au Parlement européen.

En décembre 2019, la CJUE a pris une décision controversée dans laquelle elle considérait que les quatre auraient dû bénéficier de l’immunité parlementaire et de leur siège à partir du moment où le vote a été dépouillé, et non à partir du moment où l’acte a été recueilli, comme les autorités espagnoles et la propre Eurochambre. Mais il a également souligné que, contrairement aux trois autres, ayant été condamnés en Espagne, la situation était différente. Après Mademoiselle la magistrature en faveur de son collègue Sol, Junqueras a fait appel, mais le Tribunal, dans une ordonnance rendue la semaine dernière mais communiquée cet après-midi, a rejeté la demande.

Dans son ordonnance, le Tribunal a déclaré le pourvoi du leader indépendantiste irrecevable « pour défaut de qualité pour agir », car il n’était pas le destinataire dudit acte et estimant qu’« il n’a produit aucun effet sur sa situation juridique, c’est-à-dire qu’il ne l’affectait pas directement. . « À cet égard, il faut noter que l’argumentation du demandeur repose exclusivement sur des postulats purement hypothétiques, précise le texte. la vacance du siège du plaignant, il n’a pas démontré, ni même allégué, que les autorités espagnoles compétentes sont, dès lors, obligées de plein droit de le réintégrer en sa qualité de député européen à la place de M. Sol i Ferrando », ajoute-t-il. .

L’ordonnance est claire tant dans la partie juridique que sur la recevabilité comme dans les interprétations des faits qu’exerce Junqueras sur les décisions du Parlement européen et de la Commission électorale centrale Espanol. « L’allégation du plaignant selon laquelle, en substance, le Parlement a jugé insuffisante la proclamation, par l’accord du 3 janvier 2020 de la Commission électorale centrale, de l’élection de M. Sol i Ferrando car, en séance plénière du 13 janvier 2020 , le président du Parlement a demandé aux autorités espagnoles compétentes de désigner un substitut au plaignant. En effet, cette allégation ne permet pas de démontrer l’implication directe du plaignant et est donc inopérante. De plus, cette allégation n’a aucun fondement factuel , puisque ni l’enregistrement de la séance du Parlement du 13 janvier 2020 ni son procès-verbal ne montrent que le président du Parlement a fait une telle demande,  » peut-on lire.

La décision comporte plusieurs volets, qui vont tous à l’encontre de la ligne de défense. « Quatrièmement, le demandeur fait valoir qu’en reconnaissant à M. Sol i Ferrando la qualité de député européen sur le fondement de l’arrêt du 19 décembre 2019 », la phrase précitée qui a servi à reconnaître les quatre députés depuis les élections, « alors même que, par le biais de l’accord du 23 janvier 2020, la Commission électorale centrale avait déclaré son siège vacant, le Parlement a pris une véritable décision. Selon le requérant, en agissant ainsi, le Parlement a procédé en conséquence. contrairement à ce que les autorités espagnoles compétentes avaient décidé et constaté que la cause de la vacance du siège de M. Sol i Ferrando violait la Loi de l’Union », rappellent les magistrats. « À cet égard, il suffit de souligner que l’allégation du demandeur vise à démontrer que l’acte attaqué a un caractère déterminant et, par conséquent, produit des effets juridiques obligatoires. Eh bien, à supposer même que cette circonstance soit prouvée, elle ne permet pas de prouver que l’acte attaqué produit des effets juridiques obligatoires pour le demandeur. Ainsi, l’allégation du demandeur doit être rejetée, « l’ordonnance tranche.

Les magistrats choisissent également de rejeter la demande d’intervention du Royaume d’Espagne. Junqueras peut faire appel à lui Cour de justice, l’organe supérieur, mais devra supporter les frais et ceux du Parlement.

Les Tribunal luxembourgeois n’a pas encore statué sur les mesures conservatoires récemment demandées par Puigdemont après sa détention à Italie et en attendant un projet de décision sur Luis Puig, un autre ancien conseiller municipal qui se trouve en Belgique et est revendiqué mais dont la livraison en Espagne est remise en cause par les autorités judiciaires belges, qui soutiennent que la Cour suprême n’a pas le pouvoir d’émettre l’ordonnance européenne nécessaire.

Vous pourriez également aimer...