La loi « seulement oui, c’est oui » franchit son étape la plus importante après avoir obtenu un large soutien au Congrès : voici les points clés

La devise féministe « Seul oui est oui » franchit ce jeudi son étape la plus importante pour devenir loi. Le Congrès des députés a soutenu à une large majorité le projet phare de la ministre de l’Égalité, Irene Montero, qui n’a plus qu’un passage formel au Sénat pour être définitivement approuvé et entrer en vigueur.

Celui connu sous le nom de loi de seulement s est spour s’être inspiré des proclamations des mobilisations féministes qui sont descendues dans la rue après la condamnation de Le troupeau, a pour principale nouveauté de placer le consentement sexuel au centre. A partir de là, qu’il y en ait ou non, c’est ce qui sera décisif lorsqu’il s’agira de poursuivre les viols et autres violences sexuelles qui sont inclus dans le projet.

La conséquence la plus visible dans le Code pénal est la fin de la différenciation entre abus et agression sexuelle. Tout comportement sexuel non consenti sera considéré comme une agression et sera puni de diverses peines selon les circonstances et les circonstances aggravantes (violence, usage de soumission chimique, en groupe…).

Le projet de loi obtient un large soutien au Congrès avec le vote en faveur de la PSOE, Unis nous pouvons, MRC, citoyens, PNB, EH Bildu, Plus de pays, engagements, ensembleentre autres.

Au lieu de cela, ils votent contre le polypropylène Oui voix. La principale censure que le populairecomme expliqué Marthe Gonzalez, est que le libellé du consentement « met en cause la présomption d’innocence » car il « renverse la charge de la preuve » sur le prévenu, qui sera celui qui devra prouver qu’il y a eu consentement. De son côté, Vox a également influencé cela car, à son avis, les juges sont « obligés » de « croire les femmes sans preuves » et leur permettent de « mentir » et « d’offenser » sachant qu’à de nombreuses reprises, il est « impossible » de prouver consentement.

La loi a généré un large consensus parmi les groupes, mais la prostitution s’est une fois de plus avérée être une question de conflit, après que cette question ait été au centre des débats et des conflits tout au long du processus. Le PSOE a déploré que la loi sur la liberté sexuelle laisse de côté les femmes qui sont sous ce « joug » et que cela était dû à la « menace » d’autres parties désireuses de renverser la loi sur cette question. le député Laura Berja Il a critiqué le fait que certains groupes « ne savent pas quoi dire parce qu’ils n’ont pas de position » et a insisté pour qu’il suffise de dire « ce n’est pas le moment maintenant » car il est temps de prendre position. Bien que ce soit dans la loi que le PSOE a présentée pour abolir la prostitution.

Pour sa part, la ministre de l’Égalité, Irene Montero, a célébré que le mouvement féministe « refait l’histoire » avec cette loi et a souligné que la loi représente une « étape décisive pour changer la culture sexuelle » du pays, à laisser derrière  » terreur sexuelle », « culpabilité » ou « peur ».

« Nous voulons sortir de la culture du viol et construire une véritable culture du consentement », a-t-il souligné. Ce qu’il a déclaré va se réaliser « malgré » le « bruit réactionnaire », l' »extrême droite » ou la « justice patriarcale ».

Tels sont les points clés de la loi organique pour la garantie intégrale de la liberté sexuelle, dite loi de seulement s est s:

Consentement

C’est l’aspect fondamental qui inspire et soutient la loi et qui sert à juger tous les crimes sexuels. Cela peut se résumer dans le slogan « Seul oui est oui », qui a été utilisé dans les manifestations féministes sur l’affaire Pack. C’est ainsi qu’il est expliqué dans la loi : « On ne comprendra qu’il y a consentement que lorsqu’il a été librement exprimé par des actes qui, compte tenu des circonstances de l’espèce, expriment clairement la volonté de la personne. » C’est-à-dire que le consentement doit être positif, donc le silence, la passivité ou l’absence d’opposition ne sont pas des excuses.

Une fois le consentement placé au centre, il évite de laisser des victimes sans défense qui n’ont pas montré de résistance physique pour différentes raisons, comme la peur ou l’intimidation. Prouver que l’opposition était la clé de l’inculpation du crime d’agression sexuelle.

Mettre fin à la distinction entre abus et agression

Il est lié au point précédent et constitue l’une des questions les plus pertinentes de la loi. La distinction entre abus sexuel et agression prend fin avec une réforme du Code pénal qui considérera comme une infraction tout acte sexuel non consenti par la victime, qui sera puni de différents types de peines selon la gravité et les circonstances. Jusqu’à présent, la distinction était déterminée en fonction de l’existence ou non d’épisodes de violence ou d’intimidation. Changer cela était une demande du mouvement féministe.

Régime des peines allant jusqu’à 15 ans et circonstances aggravantes

Le nouveau système de sanctions va d’une amende à des peines de prison de 12 ans pour les infractions aggravées, et jusqu’à 15 ans lorsque deux circonstances aggravantes concourent. Parmi les circonstances aggravantes figurent, entre autres, les agressions sexuelles commises par deux personnes ou plus, l’usage de drogues ou de drogues pour annuler la volonté de la victime, que la femme soit un partenaire ou un ex-partenaire (même sans vivre ensemble) ou la recours à la violence physique ou aux armes pour menacer.

Bien pour le compliment « intimidant »

Une nouveauté est la poursuite pénale des propos, compliments, comportements ou propositions à caractère sexuel « qui créent une situation objectivement humiliante, hostile ou intimidante pour la victime ». Ils seront passibles d’une amende ou de travaux au profit de la collectivité ou de la peine d’emplacement définitif. Pour cela, la personne lésée devra porter plainte.

la prostitution

Enfin, cette question a été laissée de côté par la loi après une collision frontale qui a mis en péril le traitement de la norme. Le ministère de l’Égalité s’est amendé et de United We Can soutient d’autres groupes parlementaires pour lever de la loi la persécution du tiers lieu, c’est-à-dire le transfert d’espaces, de locaux ou d’appartements pour pratiquer la prostitution, même si c’est volontairement. Le PSOE a présenté un amendement pour durcir cette persécution mais a finalement été contraint de céder et de le retirer car le reste des partis ont menacé de renverser la loi. Et cela l’aurait approuvé avec les votes du PP.

Centres de service 24 heures sur 24

Un catalogue de mesures est établi pour fournir aux victimes de violences sexuelles une assistance globale spécialisée pour faire face à leur situation. Des soins médicaux, psychologiques ou du travail aux conseils juridiques et à l’assistance juridique gratuite. Afin de fournir ce service, des « centres 24 heures sur 24 » seront mis en place selon les critères « d’attention permanente et d’action urgente ».

maisons d’enfants

En ce qui concerne les victimes mineures, les bases sont établies pour mettre en œuvre en Espagne le modèle Maison des enfants anglo-saxon ou Barnahus Scandinave. On cherche à ce que dans ces maisons d’enfants, ils reçoivent une attention spécialisée et aussi l’obtention de la justice, les sources de revictimisation pour l’enfant soient considérablement réduites et de plus grandes garanties soient offertes pour obtenir un témoignage dans des conditions sûres qui facilitent l’enquête.

Sanction pour la diffusion de vidéos à caractère sexuel

La diffusion de photographies et de vidéos privées à caractère sexuel sans consentement sera un comportement passible de trois mois à un an de prison ou d’une amende de six à 12 mois. De même, le partage ou la transmission de ces types d’images via Whatsapp ou d’autres canaux après les avoir reçues sera également passible d’une amende de un à trois mois.

L’éducation sexuelle à tous les niveaux

Le système éducatif proposera des contenus sur « l’éducation sexuelle et l’égalité des genres et l’éducation affective-sexuelle pour les élèves adaptés selon l’âge » et « à tous les niveaux d’enseignement ».

En outre, à toutes les étapes, il y aura des contenus de formation « sur l’utilisation appropriée et critique d’Internet et des nouvelles technologies, visant à sensibiliser et à prévenir les violences sexuelles et la protection de la vie privée.

Autres violences sexuelles

Outre le viol, qui en est l’expression la plus grave, les mutilations génitales féminines, le mariage forcé, le harcèlement sexuel et la traite à des fins d’exploitation sexuelle sont également qualifiés de violence sexuelle.

Vous pourriez également aimer...