La loi sur l’enfance de Pablo Iglesias va de l’avant avec le vote du PP et le rejet nationaliste

La loi, baptisée par le PSOE et United We Can comme la loi de Rhodes, n’a pas obtenu le soutien de certains traditionnellement alliés à la formation violette.

Ione Belarra applaudit après l'approbation
Ione Belarra applaudit après l’approbation de la loi.BERNARDO DAZBASSIN
  • Débat La future loi sur l’enfance ne permettra pas aux parents abusifs de rendre visite à leurs enfants
  • Politique Pablo Iglesias lance sa loi sur la protection de l’enfance pour mettre fin aux critiques des abus dans les îles Baléares

La Loi pour la protection complète des enfants et des adolescents, le seul parrainé par l’ancien deuxième vice-président Pablo Iglesias pendant son mandat à la tête de la Ministère des Affaires sociales, a été approuvée par le Congrès à une large majorité grâce au vote des deux forces qui soutiennent l’exécutif, qui a été rejoint par le soutien du premier parti d’opposition, le PP, et des citoyens. Le résultat du vote a donné 268 voix pour contre 57 contre et 16 abstentions.

La loi, baptisée par le PSOE et United We Can comme Loi de Rhodes, cependant, n’a obtenu le soutien d’aucune des forces traditionnellement alliées à la formation logement. Ainsi, EH Bildu a opté pour l’abstention, comme JxCAT, tandis que le PNV a décidé de voter contre. ERC, pour sa part, a soutenu la loi bien que des sources de la formation républicaine déclarent que son s c’est critique ». Les formations indépendantistes et nationalistes considèrent que le texte envahit clairement les pouvoirs autonomes.

Vox n’a pas non plus donné le feu vert à une règle promue déjà en 2017 par le gouvernement de Mariano Rajoy et plus tard collectée et relancée par Iglesias. Pour Vox, c’est une loi imprégnée d’idéologie qui vise à faire un pas de plus dans l’ingérence de l’administration dans l’éducation des enfants et dans la vie des familles.

Le texte va maintenant passer au processus du Sénat, mais peu ou très peu y sera modifié malgré le fait que des organisations non gouvernementales telles que Sauver les enfants ils espèrent qu’il pourra encore être amélioré par l’acceptation d’un autre amendement.

La nouvelle ministre des Droits sociaux, Ione Belarra, a remercié le soutien majoritaire des groupes pour la loi qu’elle hérite de son prédécesseur mais a suscité la controverse quelques minutes avant son approbation lorsqu’elle a profité de son intervention devant la Plénière pour accuser l’Église catholique de complicité de violences sexuelles envers les enfants.

La loi pour la protection complète des enfants et des adolescents a une longue histoire au Congrès et a fait l’objet d’innombrables négociations et amendements, dont beaucoup ont considérablement amélioré le texte original.

Délits sexuels

La norme établit que tous les enfants doivent être entendus dans les procédures qui les concernent; que les professionnels en charge sont spécialisés et que les mécanismes de signalement sont adaptés à leurs besoins, sûrs et confidentiels.

Elle soulève également le début du délai de prescription pour les délits sexuels à partir du moment où la victime atteint l’âge de 35 ans, alors que les ONG pariaient sur l’établissement de la limite à 40 ans.

La loi supprime également le soi-disant syndrome d’aliénation parentale, qui ne peut être pris en compte dans les procédures judiciaires, et la garde conjointe des mineurs est également éliminée s’il y a des signes de violence sexiste dans le noyau familial.

Deux amendements controversés parrainés par United Podemos n’ont finalement pas été introduits dans le texte qui visent, d’une part, à établir l’interdiction de la participation des mineurs aux expositions taurines et, d’autre part, à exiger l’examen préalable d’un juge en les processus de lancement afin d’éviter les expulsions sans alternative de logement si des mineurs sont touchés. Les deux propositions se sont heurtées à l’opposition du PSOE.

Vous pourriez également aimer...