La lutte contre la corruption laisse les 97 qu’elle réclamait pour la femme et le fils de Villarejo en six ans de prison

Les 83 ans pour Gema Alcal sont finalement cinq, et les 14 demandés à Villarejo Gil tombent à un seul

Le tribunal de la Haute Cour Nationale qui juge l'affaire T
Le tribunal de la Haute Cour Nationale qui juge le « cas Tndem ».AFP
  • Justice Le juge libère la femme de Villarejo après avoir demandé à Anticorruption qu’elle soit emprisonnée
  • « Affaire Villarejo » Toutes les informations sur l’affaire

L’ultime accusation anti-corruption Lors du premier procès pour valise tandem cela a apporté une légère amélioration pratique à José Manuel Villarejo, mais d’énormes avantages pour sa femme et son fils. La demande initiale de procureur pour les deux, il a atteint un total de 97 ans de prison, mais il a été réduit à six.

Une partie de la réduction correspond à l’examen par le parquet de son accusation une fois les preuves recueillies au procès, mais une autre est une conséquence du fait que les personnes lésées par les délits de révélation de secrets ont décidé de retirer leurs accusations, ce qui a empêché le parquet de les garder par elle-même.

A la femme du commissaire retraité, gemme alcaline, il s’est vu attribuer la commission de 21 crimes totalisant 83 ans et un mois de prison. Dans les conclusions définitives exposées par le ministère public ce lundi, il est accusé de deux délits de corruption, pour lesquels il réclame deux ans et demi pour chacun. Les accusations portaient sur sa performance dans deux des trois opérations de Villarejo qui ont fait l’objet d’un procès, appelées Le fer Oui Terrain.

Dans le cas du fils, José Manuel Villarejo Gilrisquait une peine de 14 ans de prison pour quatre crimes dans une autre pièce intitulée Peintre. Il n’y reste qu’un an, ce qui lui permettrait en cas de condamnation d’éviter une entrée effective en prison. Dans le cas de l’épouse de Villarejo, comme chacun des crimes individuellement a dépassé deux ans, elle n’a pas pu être suspendue. S’il y avait condamnation mais que chaque pot-de-vin serait puni de deux ans au plus, la porte serait ouverte au sursis d’entrée en prison.

Quant à Villarejo lui-même, les 109 premières années revendiquées par l’Anticorruption restent à 83. En cas de condamnation, la conséquence pratique serait que la durée maximale pour purger la peine serait de 18 ans au lieu des 20 initiales (chiffre maximum qui permet au Code criminel sauf pour les crimes très graves).

Après la communication des peines finalement demandées par les accusations, le procès a été suspendu afin que les défenses étudient leurs ultimes requêtes respectives. Il ne reste alors que chacune des parties à présenter son rapport final au tribunal, ce qui durera jusqu’après l’été.

Vous pourriez également aimer...