La maîtrise de la pandémie de Covid-19, entre les mains de la justice un an et demi plus tard

Les communautés autonomes demandent d’établir de nouvelles restrictions comme un couvre-feu face à l’escalade des infections

Le drapeau en berne au Congrès, en 2020.
Le drapeau en berne au Congrès, en 2020.BASSIN

Le nouveau rebond de la pandémie de coronavirus en Espagne, avec une augmentation de l’incidence accumulée ces derniers jours, a conduit les communautés autonomes à faire marche arrière par rapport aux plans de désescalade prévus et à rechercher et demander des restrictions qu’elles utilisaient auparavant pour tenter de ralentir la cinquième vague.

Il arrive que certaines communautés fassent appel à des restrictions des droits fondamentaux, comme la couvre feu -restreint la mobilité nocturne-, ce qui oblige à demander une autorisation judiciaire, puisqu’il n’y a désormais plus de parapluie d’état d’alerte. Et les cours supérieures de justice se prononcent à nouveau dans des sens différents. Ce mercredi, par exemple, ils ont rejeté la demande des îles Canaries.

Catalogne

La Generalitat de Catalua a demandé ce mercredi l’aval judiciaire pour imposer le couvre-feu dans les communes catalanes de plus de 5 000 habitants entre 01h00 et 06h00 du matin pendant une semaine, prorogeable. S’il reçoit l’approbation de la Cour supérieure de justice de Catalogne, la restriction affectera 158 emplacements, parmi lesquels se trouve Barcelone et sa zone métropolitaine et les principales villes touristiques catalanes, informe Victor Mondelo. Cette mesure s’ajoutera à d’autres restrictions décrétées lundi dernier et déjà entérinées par la justice, comme l’interdiction des rassemblements de plus de 10 personnes.

les îles Canaries

Le gouvernement des îles Canaries a subi un coup dur ce mercredi après que la Cour supérieure de justice des îles Canaries (TSJC) a refusé la possibilité d’établir un couvre-feu entre 00h30 et 06h00 sur les îles avec les niveaux 3 et 4 de Covid-19 pour essayez d’arrêter la propagation des infections et d’être en mesure de contrôler la pandémie.

Le président du Cabildo de Gran Canaria, Image de balise Antonio Morales, a qualifié la décision judiciaire de « discutable » car, considérée, « elle vient remettre en cause les critères scientifiques et sanitaires ». Le président du gouvernement des îles Canaries, Ange Victor Torres, avant le revirement judiciaire, il a avancé que la volonté est de présenter un pourvoi en cassation devant la Cour de cassation.

Les restrictions aux îles Canaries diffèrent d’une île à l’autre en fonction du niveau d’alerte et déterminent le nombre de personnes pouvant se réunir ou l’heure de fermeture de l’hôtel. Par exemple, à Ténérife, Gran Canaria et Fuerteventura, la vie nocturne est fermée.

pays Basque

Le Pays Basque interdira à partir de 00h00 ce vendredi que des groupes de « non-cohabitants » se rassemblent dans l’espace public pendant la nuit. Le décret actuellement en vigueur sur les restrictions pour contrer l’augmentation du Covid-19 intègre « l’impossibilité de permanence » de ces groupes entre minuit et 06h00 du matin. En outre, la norme basque établit « le devoir » de ne pas participer à des fêtes tant à l’intérieur qu’à l’extérieur dans lesquelles les mesures en vigueur ne sont pas appliquées, rapporte Joséan Izarra.

Sans considérer encore le couvre-feu, l’« impossibilité » de former des groupes dans les espaces publics habituellement utilisés par les plus jeunes est déterminée. Le décret en vigueur avait déjà alerté sur l’interdiction de fabriquer des bouteilles incorporant la consommation d’alcool sur la voie publique, dont le contrôle est très difficile pour la police.

Navarre

Le Ministre de la Santé de Navarre, Saints Indurain, a reconnu que le couvre-feu est l’une des mesures que le gouvernement négocie avec les maires navarrais pour activer de nouvelles restrictions la semaine prochaine. Selon les estimations de l’exécutif régional, environ 30 000 citoyens sont confinés car ils sont en contact direct avec des positifs et la Navarre active de nouveaux systèmes pour lutter contre les sources de contagion en localisant des traqueurs avec des agents de santé qui effectuent des tests dans les cliniques ambulatoires de Pampelune, ​​rapports Joséan Izarra.

Cantabrie

La situation en Cantabrie a conduit son président, Miguel ngel Revilla, à demander à la justice l’autorisation d’instaurer un couvre-feu de 01h00 à 06h00 du matin, à solliciter ce jeudi la communauté de 53 communes, afin d’arrêter « l’avalanche » de des jeunes qui  » arrivent chaque jour dans les cliniques et les hôpitaux avec le virus.

Les nouvelles limitations envisagées impliquent la limitation des groupes à six personnes entre 1h00 et 6h00 du matin dans plus de la moitié des communes cantabriques et l’interdiction de la vente d’alcool dans les magasins de détail et les stations-service à partir de 20h00 dans toute la la communauté.

Galice

Cette communauté a annoncé ce mercredi de nouvelles mesures à celles qui étaient déjà en vigueur. Maintenant, il était nécessaire de soumettre un test PCR négatif dans les 48 heures précédant l’utilisation des lieux de vie nocturne dans les localités à risque moyen et il avait également été décidé de fermer les parcs, les plages et les lieux de rassemblement de jeunes dans toute la communauté. évitez les bouteilles la nuit, car elles sont « une source de contagion ».

Désormais, à partir de samedi, la réduction aux groupes de 10 personnes s’ajoute dans l’hôtel, tant qu’il est à l’extérieur, et en gardant le maximum de six à l’intérieur.

Baléares

Le Royaume-Uni a décidé ce mercredi de retirer les îles Baléares de sa liste de destinations sûres seulement 15 jours après les avoir incluses. Actuellement, le gouvernement des Baléares a établi que la capacité maximale des lieux de loisirs et de restauration sera de 100 personnes à l’intérieur et 200 à l’extérieur. De plus, l’occupation maximale des tables sera de six personnes à l’intérieur et 10 à l’extérieur. L’heure de fermeture maximale sera à 02h00, à moins que la réglementation municipale n’établisse une heure préalable.

Communauté Valencienne

La Cour supérieure de justice de la Communauté valencienne (TSJCV) a approuvé ce lundi la demande du gouvernement valencien de récupérer le couvre-feu et de limiter les réunions sociales, publiques et privées, à un maximum de 10 personnes dans l’ensemble de la communauté en raison du risque épidémiologique déclenché ces dernières semaines. De cette façon, il a autorisé que la mobilité nocturne soit restreinte entre 1h00 et 6h00 du matin dans la capitale de Valence et dans 32 autres villes de plus de 5 000 habitants pour les 14 prochains jours, rapporte Inma Lidn.

Andalousie et Madrid

Contrairement à d’autres régions, les gouvernements de ces communautés excluent pour l’instant la mise en œuvre de nouvelles mesures ou restrictions. « Pour le moment, la Communauté de Madrid a une incidence cumulée de 254 cas pour 100 000 habitants par rapport aux 436 de la moyenne en Espagne », a justifié le porte-parole de l’exécutif madrilène, Enrique Ossorio.

Pour sa part, Elas Bendodo, porte-parole du Conseil, a déclaré ce mercredi que l’Andalousie « respecte strictement la loi » et que le couvre-feu « ne peut être décrété par le gouvernement qu’après avoir déclaré l’état d’alerte ».

Vous pourriez également aimer...