La maltraitance des enfants et la loi sur l’éducation, points de tension dans la rencontre entre le gouvernement et l’Église

Relations avec l’Église

Les deux parties intensifient l’examen des enregistrements et le gouvernement met 34 961 actifs enregistrés par l’Église

F
Flix Bolaos et Juan José Omella, ce mardi.bassin
  • Patrimoine Le gouvernement ouvre le processus pour revendiquer la propriété de 34 961 biens enregistrés par l’Église
  • politique Le Gouvernement et la Conférence épiscopale nomment des négociateurs pour régler la fiscalité de l’Église

La relation entre le Gouvernement et l’Église continue d’être parsemée de points de tension, de friction. Il y a un effort d’entente, un travail en commun, mais il y a des enjeux qui inquiètent les deux parties. Le ministre de la Présidence, Flix Bolaos, a rencontré ce mardi le président de la Conférence épiscopale, le cardinal Juan Jos Omella. Un rendez-vous dans lequel le malaise des institutions sur des questions telles que les abus ou la loi sur l’éducation a été mis en évidence.

La réunion s’inscrit dans le cadre des réunions que Bolaos organise dans le complexe présidentiel avec des représentants de toutes les confessions religieuses. « Cordialité » est le mot que les deux institutions ont choisi pour décrire la rencontre. Mais, en elle, deux numéros révèlent un malaise.

Lors de la nomination, tous deux ont parlé des enquêtes que l’Église catholique a ouvertes concernant des cas de maltraitance d’enfants, une question dans laquelle le cardinal Omella, comme l’ont expliqué les deux parties, a expliqué les actions qu’elles mènent.

Cependant, le ministre Bolaos a transmis au président de la Conférence épiscopale le souci du gouvernement que tous les cas soient clarifiés et résolus dans les meilleurs délais.

Aux évêques, l’éducation

Il y a quelques jours à peine, dans le cadre de sa visite ad limina et après avoir rencontré le pape François, Omella a exclu « pour le moment » le recours à une commission indépendante pour enquêter sur la maltraitance des enfants.

« Face au problème des abus, nous ressentons tous la grande douleur de ce fait au sein de la société et le désir de tout temps de notre proximité, de tous les évêques, qui ont institué des commissions dans chaque diocèse, de recueillir les plaintes , accompagner ceux qui se sentent blessés et empêcher que ces choses ne se reproduisent à l’avenir », a-t-il déclaré après avoir rencontré le Pape.

Le gouvernement est préoccupé par les cas de maltraitance d’enfants et l’Église est préoccupée par la loi sur l’éducation mise en place par le gouvernement. C’est ainsi qu’Omella l’a transféré à Bolaos. Les évêques s’inquiètent de l’application de cette norme et de son développement dans la sphère des communautés autonomes.

La Conférence épiscopale a déjà montré sa préoccupation que le gouvernement traite la loi « malgré les circonstances difficiles causées par la pandémie et à un rythme extrêmement rapide. Cela a empêché la bonne participation de toute la communauté éducative et des différentes matières sociales ».

Dans une déclaration, ils ont exprimé qu’ils estimaient nécessaire « qu’il offre une plus grande protection du droit à l’éducation et de la liberté d’enseignement, tel que spécifié à l’article 27 de la Constitution ».et dans son interprétation jurisprudentielle. Nous sommes préoccupés par le fait que cette loi introduit des limitations à ces droits et libertés et, en premier lieu, à l’exercice de la responsabilité parentale dans l’éducation des enfants. »

Les marchandises non enregistrées

Lors de la réunion, Bolaos et Omella ont également abordé la situation du travail des trois commissions créées concernant le régime fiscal, l’Obra Pa de Rome et les actifs non enregistrés de l’Église catholique ; commission, cette dernière, qui a intensifié ses travaux depuis sa dernière réunion tenue en août.

Selon un document préparé par le gouvernement, entre 1998 et 2015, l’Église a enregistré un total de 34 961 actifs. Un calcul qui a été atteint grâce aux données et informations collectées dans tous les registres de propriété.

Parmi ceux-ci, 20 014 sont des temples duÉglise catholique ou dépendances complémentaires à celles-ci et 14 947 sont des exploitations agricoles avec d’autres destinations (terres, parcelles, habitations, locaux). Même un fronton est inclus. Sur le total des actifs non enregistrés inclus dans le rapport du gouvernement, 30 335 ont été enregistrés en vertu d’une certification ecclésiastique en application des dispositions de l’article 206 de la loi sur les hypothèques et dans 4 626 propriétés, il est indiqué que l’enregistrement a été effectué sur la base d’un titre différent. .

Vous pourriez également aimer...