La mère des sœurs Terrassa assassinées au Pakistan souligne qu’elles ont été trompées par la famille

Les Mossos prennent une déclaration de la femme par voie électronique après avoir parlé avec le père

Frères des femmes pakistanaises
Les frères des femmes pakistanaises assassinéesLE MONDE
  • événements La mère a été témoin du meurtre des sœurs Terrassa au Pakistan aux mains de son autre frère

Azra Bibi, mère de Arooj Abbas Oui Anesa Abbasa été surpris quand il a vu ses filles dans Pakistan. Il savait qu’elles n’aimaient pas leurs maris, qu’elles avaient dans ce pays, et donc il ne savait pas qu’elles allaient se rendre au village où elles ont trouvé la mort quelques heures après leur arrivée. Alors j’ai dit au Mossos d’Esquadra dans une déclaration télématique puisqu’il est toujours dans son pays, avec un fils mineur, en garde à vue puisqu’il a reçu des menaces de sa famille.

La déclaration de la femme, avancée par le Ser et confirmée par ce moyen, étaye la thèse selon laquelle les victimes, voisines de terrasseils sont allés trompés dans leur pays dans lequel ils étaient torturé et assassiné par sa famille pour avoir voulu se séparer de leurs maris, qui étaient leurs cousins, et ainsi ne pas remplir les formalités administratives pour venir en Espagne.

En ce sens, à partir du Consulat du Pakistan à Barcelone On note que des proches des victimes leur ont dit que leur frère allait se marier et que leur mère était très malade et c’est pourquoi ils sont partis. Ils sont arrivés le 19 et le 20 ils les ont tués en les étouffant avec un mouchoir puis ils les ont abattus. Avant d’être torturés pour changer d’avis. Un de ses frères et un oncle ont reconnu être les auteurs, bien qu’il y ait six détenus et trois autres personnes recherchées.

La mère est arrivée dans le pays il y a des mois et était détenue par des proches et ne pouvait pas communiquer avec ses filles, selon le journal Dawn, elle a donc été surprise de les voir arriver. Les Mossos enquêtent pour savoir si les victimes ont été forcées de se marier, bien que le consulat indique que ce mariage s’est fait avec le consentement des femmes, qui ont vécu avec leurs maris pendant un certain temps avant de venir à terrassedonc soi-disant ce n’était pas un mariage forcé qui est puni dans le code pénal espagnol.

Les victimes n’avaient pas vécu avec leur père depuis des mois et avaient même entamé de nouvelles relations, ce qui n’a pas été accepté par un de ses frères qui a même agressé la compagne de l’un d’entre eux. La police a interrogé l’environnement des femmes, comme les parents, les connaissances, les amis et aussi l’un de leurs petits amis, et maintenant ils essaient de déterminer si elles ont été forcées de se marier, puisque le crime fait l’objet d’une enquête au Pakistan et les accusés risquent des peines allant de 25 ans de prison à la peine de mort.

Les agents ont recueilli à plusieurs reprises la déposition du père du femmes assassinées qui soutient qu’il ignorait qu’ils étaient en Pakistan, puisque depuis qu’ils ont quitté la maison, il n’a plus eu affaire à elle. Son patron dans une épicerie de terrasse, Ulfat Raja, a également témoigné devant Mossos et dans une interview à Europa Press a assuré qu’un frère aurait tué ses sœurs le 20 mai parce qu' »il n’acceptait pas qu’elles soient mariées et aient d’autres partenaires en Espagne » ; que cela, un autre frère et la mère Ils sont partis en vacances au Pakistanet que lorsque ses sœurs se sont rendues là-bas pour rendre visite à leur famille en mai, leurs passeports auraient été coupés afin qu’elles ne puissent pas revenir et ont été tuées dans les maisons de leurs oncles.

A propos du meurtrier présumé, il a dit qu’il avait travaillé avec lui dans le magasin, que c’est un très bon garçon, timide et qu' »il aimait ses sœurs ». « Je ne sais pas ce qui s’est passé ce jour-là, pourquoi il s’est tellement énervé qu’à la fin c’est devenu incontrôlable. Jusqu’à présent, je ne peux pas y croire. Cela nous a tous beaucoup surpris. Tuer les sœurs brutalement… est très fort », a souligné En outre, il a ajouté qu’il y a deux ou trois ans, l’un des frères avait poignardé le petit ami de l’une de ses sœurs parce qu’elle avait un mari au Pakistan et n’acceptait pas la relation.

Il a également souligné que les filles avaient quitté la maison de leurs parents il y a un an, que le père n’avait aucune relation avec elles et que, lorsqu’il a appris le crime, il lui a demandé s’il était impliqué : « Je lui ai dit que s’il savait quelque chose et a menti, ils allaient l’attraper, mais il a dit qu’il n’avait rien à voir avec ça. Je ne pense pas qu’il porte une quelconque responsabilité. Je fais confiance à sa parole.

Les organisations féministes ont appelé une concentration à Terrassa ce jeudi en signe de protestation contre ce crime. Le gouvernement a indiqué qu’il approuvera un protocole-cadre pour lutter contre tous les types de violence sexiste, y compris les mariages forcés. Ce protocole classera les mariages forcés dans le champ des « violences sexistes » et non comme des « coutumes culturelles », comme dans le document précédent. Selon l’Efe, le Département de l’égalité et du féminisme veut développer des actions pour prévenir et traiter les mariages forcés en Catalogne, avec des conseils et une formation pour les professionnels pour les détecter, au-delà des persécutions policières. Justement, à la suite de l’affaire Terrassa, les Mossos ont reçu plusieurs alertes ces derniers jours sur de possibles cas de mariages forcés sur lesquels ils enquêtent.

Vous pourriez également aimer...