La Moncloa corrige United We Can : « Une consultation en Catalogne portera sur un accord » à la table de dialogue

Le porte-parole du gouvernement prévient que c’est la « responsabilité » de la « politique » et qu’elle ne sera pas « transférée à la société »

Isabelle Rodr
Isabel Rodríguez (à droite), dans un acte récent, à Madrid.EFE
  • Catalogne Podemos ouvre une nouvelle brèche au sein du gouvernement en demandant un référendum en Catalogne
  • politique Les ministres Montero et Subirats défendent un référendum en Catalogne pour changer « la structure de l’État »

Bien qu’évitée, la question territoriale est cachée dans l’agenda du gouvernement. L’objectif de La Moncloa de sortir le conflit territorial de l’actualité a réussi à réduire son protagonisme, mais la Catalogne continue d’exiger un référendum. Dans le complexe présidentiel, ils ne l’envisagent pas et, de fait, ils se distancient de la revendication des secteurs de United We Can qu’une consultation se tienne dans cette communauté. « Le procs a été laissé loin derrière », raconte-t-on à La Moncloa.

L’un des grands paris politiques de Pedro Sánchez était de tenter de dégonfler le conflit catalan. Pour cela, il a décidé d’assumer les frais de récupération de la table de dialogue et d’accorder le pardon aux dirigeants de la procs. Ce que le président du gouvernement n’envisage pas, c’est un référendum. Pas même une « consultation sur un changement de structure de l’État », comme le soulignait il y a quelques jours Joan Subirats, ministre des Universités et de la sphère United We Can.

À La Moncloa, ils insistent sur le fait que leur dialogue avec la Generalitat se fera « dans le cadre de la Constitution et de la loi ». « Quand il y aura une consultation, ce sera une consultation sur les accords [en la mesa de dilogo]. Nous n’allons pas transférer à la société la responsabilité de faire quelque chose qui correspond à la politique », a déclaré lundi Isabel Rodríguez, porte-parole du gouvernement et ministre de la Politique territoriale.

Une fois qu’il est devenu clair que la relation institutionnelle entre le gouvernement et la Generalitat était en train de reprendre, le PSOE a choisi de mettre fin à la procs. Le temps du référendum était passé, celui aussi de la judiciarisation du conflit, c’est le moment du dialogue, ont soutenu les socialistes. « La société catalane n’est pas dans ce scénario », a soutenu Rodríguez à propos d’un référendum. « 2017 est loin derrière. »

« Nous ne partageons pas l’indépendance »

Rodríguez était le représentant du gouvernement qui a assisté à un acte de Pere Aragons, président de la Generalitat, à Madrid il y a quelques jours, dans lequel, entre autres, il appelait au référendum et désignait le droit à l’autodétermination comme quelque chose « d’inévitable . »

Au gouvernement, dans le secteur socialiste, ils insistent sur le fait que c’est une ligne rouge. « Nous ne partageons pas la position politique de l’indépendance. Dans le domaine de la Constitution et de la loi, ils nous trouveront », déclare Rodríguez, qui s’efforce de faire comprendre que ce qu’il dit est la position du gouvernement.

Depuis qu’il a été décidé de récupérer la table de dialogue, le gouvernement a envisagé que les citoyens catalans puissent voter lors d’une consultation sur l’accord qui, s’il se produit, est conclu dans ce forum. Les mesures ou décisions politiques qui pourraient être convenues par l’Exécutif et la Generalitat. Il y a des marges et des possibilités. Mais pas en allumant une sorte de nouvelle concertation sécessionniste.

En tout cas, l’engagement du gouvernement reste de laisser hiberner le conflit catalan. La décision de geler une nouvelle réunion de la table de dialogue s’inscrit dans cette stratégie, que les sécessionnistes pressent de respecter dès maintenant.

L’agenda du gouvernement

La Moncloa veut donner la priorité absolue à la relance économique, à la gestion des fonds européens et à la lutte contre la pandémie de Covid-19. Ils ne veulent pas ouvrir la porte à des questions qui couvrent cette action gouvernementale introduite dans l’agenda politique, comme cela s’est produit, par exemple, avec la crise provoquée par les déclarations du ministre de la consommation, Albert Garzn, sur le bétail.

Ce qui se réunira dans les prochaines semaines sera la Commission bilatérale Generalitat-État, où se négocient les transferts économiques et les compétences. porte-parole du gouvernement, Plage de Patricia, a annoncé qu’il se réunirait à Barcelone entre fin janvier et début février.

Vous pourriez également aimer...