La nouvelle sentence de l’ERE anticipe une épreuve judiciaire pour le PSOE-A dans les 200 pièces qui restent à juger

Deux anciens hauts responsables du PSOE condamné, parmi eux un ancien conseiller de Manuel Chaves et plus tard de José Antonio Grin, des indemnités de plusieurs millions et parfois l’acquittement. La deuxième phrase de la macro-cause de l’ERE pourrait se résumer à la condamnation d’Antonio Fernndez, ancien conseiller pour l’emploi, et de l’ancien directeur général du travail Juan Márquez, coupable de prévarication et de mensonge pour l’aide accordée à une entreprise oléicole, Acyco , en 2003 de manière totalement arbitraire et en contournant tous les contrôles et préceptes légaux.

Mais, au-delà de cela, la résolution du tribunal provincial de Séville est une charge de profondeur -une autre- pour le PSOE à un moment où il aspire à se redresser après avoir perdu le fief andalou en 2018 et à secouer le stigmate de la corruption, un lest très lourd qu’il porte depuis plus d’une décennie et qui comprend la condamnation des anciens présidents Chaves et Grin.

La deuxième condamnation à Fernndez -huit ans de prison qui s’ajoutent aux sept de la première pièce jugée- et à Márquez -quatre ans de prison à ajouter aux huit ans imposés par la Haute Cour en 2009- anticipe, et c’est là le vrai problème pour le Le PSOE-A, un véritable calvaire judiciaire, puisqu’il s’agit de la première des quelque 200 aides accordées par les gouvernements socialistes de Chaves et Grin qui sont toujours en attente de jugement et qui tomberont dans les mois et années à venir.

La phrase d’Acyco marquer le chemin du reste des pièces dans lesquelles la juge Mara Nez Bolaos a divisé la macro-cause en 2015 et le jugement, très sévère, prédit un chapelet de peines à très long terme. Comme si cela ne suffisait pas, la résolution a été connue dans une année électorale et seulement un jour avant que le PSOE ne commence la pré-campagne électorale pour tenter de reconquérir son fief andalou avec un rassemblement avec style ce samedi au cours duquel Pedro Sánchez lancera le candidature de Juan Espadas à la présidence du Conseil.

Ce n’est qu’en 2022 qu’ils sont déjà marqués trois autres poursuites de nombreuses autres pièces séparées de l’affaire de l’ERE. En mars, l’audience aura lieu pour l’aide à un groupe d’entreprises du secteur du liège lié à Ángel Rodríguez de la Borbolla (frère de l’ancien président du Conseil socialiste José Rodríguez de la Borbolla) et ce même mois le procès pour l’aide à Novomag Manufactureras Metlicas, tandis qu’en novembre l’aide correspondant à la boulangerie Picos Yeye est fixée.

Ferraz a nommé l’ancien maire de Séville l’année dernière non seulement pour défier Susana Díaz à la direction du parti, mais aussi pour répondre à la renouvellement et tourner la page, ou c’était l’idée, de la gigantesque tache de corruption à laquelle les gouvernements socialistes d’Andalousie sont associés dans leur dernière étape après la condamnation, il y a trois ans, de Chaves et Grin dans le premier procès de l’ERE, la soi-disant pièce politique. Mais cette deuxième phrase, et surtout celles qui doivent venir, porte un coup à cette stratégie.

La sentence, rendue par la troisième section du tribunal de Séville, conclut que l’aide accordée par l’administration autonome andalouse pour financer la retraite anticipée à Acyco a été traitée et accordée complètement en dehors de la légalité. Du début jusqu’à la fin.

Pour commencer, parce que dans le dossier des subventions -un peu plus de trois millions d’euros- il n’y avait même pas un Demande formelle de la part de l’entreprise, qui n’a pas non plus présenté les documents obligatoires, tels que la déclaration de bénéficiaire d’autres aides, et il n’y avait aucune trace de la justification nécessaire de la finalité ou de l’intérêt social. Comme si cela ne suffisait pas, la phrase précise que la dépense n’a pas été autorisée par le conseil d’administration et que le service juridique n’a pas donné son avis, deux autres exigences essentielles compte tenu de la nature et du montant de la subvention.

Mais c’est qu’en plus, le manque de transparence C’était total et l’ancien directeur général du travail, Francisco Javier Guerrero, s’en est occupé « au su et avec le consentement » du sous-ministre de l’Emploi de l’époque, Antonio Fernndez. Il s’agissait de l’ordre de ne pas publier l’aide au Journal officiel du gouvernement andalou et de ne pas l’enregistrer dans le système comptable interne.

Deux intrus et une fin, profit

Les magistrats du Tribunal de Séville soulignent que le but ultime de toute cette procédure irrégulière était « d’obtenir une avantage économique aux dépens du trésor public » et ils donnent comme exemple l’inclusion dans la liste des travailleurs d’Acyco qui ont pris une retraite anticipée avec l’aide du conseil d’administration de deux personnes qui n’avaient jamais travaillé dans cette entreprise. Il s’agissait de Domingo Martínez, ancien maire du natif de la ville de Guerrero, El Pedroso, et Andrs Carrasco, ami d’enfance de l’ancien directeur du travail et churrero de cette même municipalité, tous deux aujourd’hui décédés.

Les deux se sont glissés dans la liste des préretraites sur ordre de son ami Guerrero et tout a été fait, insiste la résolution, avec la connaissance et l’approbation d’Antonio Fernndez.

Un autre nom ressort également du dossier Acyco, celui d’Encarnación Poto, propriétaire et président du conseil d’administration of Oils and Conservas (Acyco) et qui figurait également parmi les premiers retraités. Poto, qui était affiliée au PSOE et au syndicat UGT, a pris sa retraite anticipée avec ses travailleurs, mais elle a conservé son poste de présidente du conseil d’administration jusqu’en mars 2011 et, jusqu’à ce moment, elle a continué à recevoir des indemnités pour assister aux réunions. de cet organe.

Concrètement, des montants annuels qui variaient entre 24 000 euros en 2005 et 98 995 euros en 2010. Au total, il a perçu plus de 318 000 euros de l’entreprise pour son poste en même temps qu’il a inscrit plus de 276 000 euros pour sa retraite anticipée et à la charge de Conseil. En six ans, entre une chose et une autre, il a empoché près de 600 000 euros.

Mais les absurdités que raconte cette phrase ne s’arrêtent pas là. L’Audiencia crie aussi au ciel pour le surcharges versée par le gouvernement andalou au moment de la signature, avec la médiation de la société Vitalia, de la politique de retraite anticipée. Si sur le marché le « prix » de ces commissions était alors de 4,42 %, des commissions de 15,24 % ont été souscrites dans le cadre de la politique d’Acyco, ce qui représente un surcoût de 10,82 %, soit près de 340 000 €.

Les conditions de la retraite anticipée des employés d’Acyco étaient tout aussi folles si on les compare aux conditions habituelles. La Cour, en ce sens, parle de « avantage économique disproportionné ». A savoir : 90% du salaire plus indemnités de chômage, plus 2% d’augmentation annuelle de salaire, 90% du salaire après la retraite et tout cela avec la possibilité de travailler dans une autre activité qui n’impliquait pas de concurrence avec l’entreprise.

Vous pourriez également aimer...