La pauvreté augmente : 12,5 millions de personnes, 620 000 de plus qu’en 2019, sont menacées de pauvreté et d’exclusion

Un rapport du Réseau européen de lutte contre la pauvreté constate que les pauvres sont de plus en plus pauvres malgré l’augmentation du PIB

Pedro S
Pedro Snchez, dans une loi sur la pauvreté des enfants en février dernier.

Blâmer le pandémie et des choses précédentes, le la pauvreté bouger.

Plus que 12,5 millions de personnes sont dans risque de pauvreté et/ou d’exclusion sociale, une définition qui n’empêche pas la misère ou la marginalisation en soi. Il y a 620 000 personnes de plus qu’en 2019, avant la morsure du Covid.

Même si la pandémie n’explique pas tout. Depuis la crise de 2008, les pauvres ont besoin de plus d’argent pour cesser d’être pauvres. C’est ce qu’on appelle l’écart de pauvreté. Si en 2015, l’année la plus dure, ils avaient besoin de 2 705 euros, en 2018 ils en avaient besoin de 2 529 ; en 2019, 2 622 … et en 2020, 2 828. « Ils sont 300 euros de moins qu’en 2018 ».

La phrase vient de Juan Carlos Llano, responsable de la recherche en Espagne du Réseau européen de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale (EAPN-ES), un groupe de 38 organisations non gouvernementales qui a présenté ce jeudi à la Sénat un rapport exhaustif et poignant sur les déshérités du système économique et social.

Le travail s’appelle État de pauvreté 2008-2020 et, en fonction des données du INE, mesure tous les indicateurs pour calculer combien et qui souffrent d’une vie de pénurie.

Toutes les données du rapport n’incluent pas la pandémie. Certains, comme le taux de pauvreté, montent à 2109 et ne couvrent pas encore le Covid car il n’y a toujours pas de chiffres. « Nous ne savons pas si le taux de pauvreté augmentera ou non après la pandémie, car l’approche de cette crise a été différente de celle de 2008. Elle ne s’est pas concentrée sur les coupes, ou sur le déficit 0, et il y a eu des instruments, tels que le Revenu vital minimum, qui ont été approuvées à l’unanimité. Mais il faudra le voir. »

Que 26,4 % des personnes menacées de pauvreté et d’exclusion sont 5 points de plus que la moyenne des UE. Et il suppose que, par rapport à 2015, l’année désignée pour commencer à évaluer les Programme 2030, moins de la moitié a été fait pour atteindre l’objectif de réduction de la pauvreté.

L’un des mondes qui illustre le mieux ce qui se passe est celui de privation matérielle sévère: ne pas pouvoir bien manger, ne pas pouvoir chauffer la maison, ne pas pouvoir se payer un logement… En un an à peine il est passé de 4,7% de la population à 7%, quelque chose qui « bat tous les records.  » Soit, en un an, 1,1 million de personnes supplémentaires ont rejoint cette catégorie de mésaventures, ce qui fait un total de 3,3 millions d’enfants et d’adultes en Espagne.

En 365 jours, il a augmenté de 42 % (5,4 % de la population) qui ne peut pas manger de viande, de poulet ou de poisson tous les deux jours, environ 2 millions de personnes.

Il a augmenté de 43 % (11 %) qui ne peuvent pas garder leur maison à une température convenable.

Et il a augmenté de 62% (13,5%) qui sont obligés de retarder le paiement de votre logement, « parce que quand les gens doivent choisir entre manger ou payer la maison, ils choisissent de manger. »

La privation sévère des choses les plus élémentaires a augmenté depuis 2008 et a atteint 7,1% de la population en 2014, mais elle diminuait à 4,7% en 2019. « L’augmentation extraordinaire cette année, due à la pandémie de Covid-19 qui est tombant sur une société qui n’avait pas résolu dans les années de reprise les conséquences de la crise économique précédente, revalide, en un an seulement, les dommages causés par six ans de crise économique et provoque l’ajout de 1,1 million de nouvelles personnes à une privation matérielle sévère. »

Et cela s’est produit dans 15 des 17 communautés autonomes. Seules Castilla-La Mancha et Aragn échappent à cette folle progression.

La privation touche un enfant et un adolescent sur 10 en Espagne. Une famille monoparentale sur 7 et une sur 4 et une sur 20 unités familiales étrangères hors UE et espagnoles, respectivement.

La grande pauvreté c’est une pauvreté dans la pauvreté. Et cela affecte la moitié de tous les pauvres. Ce sont des personnes dont le revenu est inférieur à 40 % du revenu médian par unité de consommation.

Soit moins de 6 417 euros par an.

Moins de 536 euros par mois.

Moins de 17 euros par jour.

En 2020, il y avait 4,5 millions de personnes en Espagne dans cette situation (9,5% de la population), soit 196 000 personnes de plus qu’en 2019. En 2008, avant la crise, elles représentaient 7,4% de la population espagnole et en 2015, après des années de coupes budgétaires, elles atteignaient 11,2%. Aujourd’hui, pandémie entre les deux, le chiffre est à mi-chemin.

Qui a du mal à joindre les deux bouts ? 45,2% de la population. C’est 4 points de moins qu’en 2019, mais uniquement pour ceux qui ont des difficultés « modérées ». Car ceux qui ont « beaucoup de difficulté » à finir le mois ont grandi en seulement un an de 28% : 10% des personnes.

Vous pourriez également aimer...